Journée du droit du savoir :Comment faire bavarder la seconde grande muette?

Dans son discours d’ouverture, le Commissaire au développement institutionnel, Ousmane Oumarou Sidibé a indiqué que le droit du savoir est très important, c’est pourquoi, le CDI  travaille depuis une décennie sur cette problématique. Beaucoup a été fait pour ouvrir l’administration aux usagers, celle-ci a un devoir d’informer les usagers, a-t-il ajouté.

Toujours selon Sidibé, un grand travail sera sur les chartes d’accueil, de même que l’élaboration d’un guide de démarches administratives dans lequel les informations relatives aux prestations de l’administration sont expliquées. Comme l’obtention du permis de conduire, des titres fonciers, etc.                                                                                                                          

Son discours a été suivi de la présentation de Moriba Camara de la Direction nationale du commerce et de la concurrence (DNCC), qui a été une structure pilote en matière de stratégie d’accès  à l’information et de Robert Diarra, Directeur général du Budget. Intervenant le premier, Moriba Camara a souligné qu’avant la stratégie d’accès à l’information, le citoyen avait des difficultés pour accéder à l’information, s’il n’avait pas de connaissance ou des relations dans les services de l’Etat, il était donc comme un orphelin. Toujours selon Moriba Camara,le bureau d’accès de la DNCC est relativement bien organisé et équipé et fonctionne. Dans l’ensemble, les usagers sont satisfaits par le niveau du service d’accueil offert à la DNCC, car depuis 2008 aucune plainte n’a été enregistrée. En effet, aujourd’hui 90% des usagers sont satisfaits de l’accueil à la DNCC contre 75% en 2007. Ensuite, c’est Robert Diarra, Directeur général du Budget qui a fait une communication sur le budget-citoyen.

Pour lui, il s’agit de rendre l’information accessible au plus grand nombre de citoyens sur comment le budget est monté. Il a parlé de l’expérience malienne en matière de transparence budgétaire. Ainsi, le premier budget-citoyen a été produit en 2011, mais déjà certaines informations budgétaires sont publiées : loi des finances ; rapport d’exécution trimestrielle du budget ; production de dépliants sur le budget de l’Etat ; traduction de la note de présentation du budget dans dix langues nationales. Robert Diarra a exposé les actions futures de sa structures, il s’agit entre autres de : expliquer comment l’argent du peuple est utilisé ; augmenter la sensibilisation du public sur le budget et cibler tous les utilisateurs potentiels du budget-citoyen.                                                                                   

Le Dirpub de votre serviteur, Mahamane Hamèye Cissé a affirmé, pour sa part, qu’après une décennie, ce droit n’est pas encore diffusé. Et d’ajouter que le Mali et le CDI font beaucoup de choses. Pour lui : ” on n’a pas une loi spécifique d’accès à l’information, le Mali a été pionnier, mais a été devancé par d’autres pays depuis, nous devons évoluer dans notre législation “. Et d’informer l’assistance de l’existence d’une coalition malienne du droit d’accès à l’information, dont le CDI est membre et peut même être la locomotive, à l’instar de l’AMDH, qui a, pour la circonstance, produit un communiqué de presse mettant en exergue le droit d’accès à l’information, en cette journée du 28 septembre..                                            

Massa Sidibé

Le Scorpion 07/10/2011