Le Mali au chevet de la décentralisation

Les présentes assises sur les États généraux de la décentralisation, qui ont commencé le 21 octobre pour s’achever, aujourd’hui se fixent pour objectif d’améliorer la gouvernance par l’approfondissement du processus de décentralisation pour un développement équilibré du territoire national. La rencontre se tient dans un contexte particulier marqué par la sortie du pays d’une grave crise qui a failli mettre fin à son existence en tant qu’Etat souverain. Dans son discours d’ouverture IBK a laissé entendre que le Mali doit avoir un État fort, qui n’est pas incompatible avec la décentralisation. Pour lui,  un accent particulier doit être mis sur ce qu’il appelle : ‘’la déliquescence de l’État’’. Il a invité les participants à œuvrer pour inventer un nouveau modèle de développement dans le cadre de la décentralisation. Il trouve que l’ambition du Mali, d’aujourd’hui, est d’avoir un ”État fort” sur fond de vision non incompatible avec des collectivités décentralisées fortes.

Le Prési IBK a déploré de voir 25% des collectivités maliennes dans des difficultés en termes de ” viabilité financière”. Il a promis que cette situation va changer et qu’elle doit changer, rien que pour préserver et renforcer l’Indépendance du Mali.

Le chef de file des partenaires au développement, l’ambassadeur de la République Fédérale d’ Allemagne au Mali, Günter Overfeld, a déclaré, de son côté que le choix de la décentralisation comme option de développement au Mali n’est pas un fait du hasard, mais une façon de faire prévaloir la démocratie locale au Mali. Il a fait état des acquis favorables, avant de déplorer le timide transfert des ressources et des compétences vers les collectivités décentralisées. Pour la réussite de la décentralisation malienne, l’ambassadeur allemand a insisté sur la nécessité de ce qu’il appelle : un volontarisme politique fort. Il trouve à l’instar des chefs de l’Etat, qu’un Etat fort n’est pas incompatible avec le renforcement des collectivités décentralisées.

Prenant, la parole, le président du Haut Conseil des Collectivités Territoriales (HCCT) du Mali, Oumarou Ag Ibrahim Haïdara, a commenté les succès de la décentralisation en affirmant que si elle n’existait pas il fallait l’inventer. Ce qui ne lui a pas empêché de faire état des difficultés de cette décentralisation à savoir le contentieux lié au découpage territorial, le transfert des compétences et des ressources, qui constituent des goulots d’étranglement à la bonne marche de la démocratie locale au Mali.

En somme, la décentralisation malienne vieille d’une vingtaine d’années est gravement malade d’où la nécessité de lui inculquer un traitement de cheval. C’est à cela, que les présents états

généraux cherchent à trouver la thérapie.

ILK

Le Scorpion 2013-10-23 18:59:47