Règlement de la crise Libyenne : L’espoir est toujours permis

Compte tenu du contexte, on peut considérer  que les choses se sont bien passées en Libye car les médiateurs de l’UA sont parvenus à rencontrer les protagonistes, une première depuis que l’insurrection a débuté dans ce pays en début mars.

 

Tout a commencé dimanche lorsque les présidents malien, sud-africain, mauritanien et congolais sont arrivés à Tripoli. Ils ont été accueillis dans une atmosphère particulièrement « chaude » par des milliers de partisans de Muammar Khadafi à l’aéroport militaire de la ville, hautement sécurisée. Les pro-Khadafi qui étaient en démonstration de force scandaient ce slogan : «Dieu, Muammar (Khadafi), Libye et plus rien d’autre».

Une chose était sûre, l’arrivée des quatre présidents africains a suscité un grand soulagement chez tous les Libyens qui aspirent à la résolution de la crise dans laquelle est plongé leur pays depuis près de deux mois. Après avoir déposé leurs valises dans une ville où régnait un calme de cimetière (très peu de véhicules dans les rues et des magasins fermés), les chefs d’État, accompagnés du ministre ougandais des Affaires étrangères, Henry Oryem Okello, et du président de la Commission de l’UA, Jean Ping, se sont rendus à la résidence Bab al Azizia du Guide libyen où campent actuellement plusieurs milliers de gens, des partisans du dirigeant libyen qui, nuit et jour, chantent et dansent à sa gloire. Le colonel Muammar Khadafi, lui même, était visiblement très heureux de recevoir les émissaires de l’UA.

Après plusieurs heures de discussions, le président sud-africain est sorti de la salle. Dans une courte déclaration à la presse, il a exprimé son optimisme quant au succès de la mission de l’UA avant de quitter Tripoli. Quelques instants après, le communiqué final de la rencontre est tombé alors que la nuit était avancée. Selon le texte final, le Guide de la révolution a confirmé son acceptation de la feuille de route de l’UA qui propose la cessation immédiate de toutes les hostilités, le dialogue entre les parties libyennes et la mise en place d’une période de transition inclusive, en vue de l’adoption et de la mise en œuvre des reformes politiques nécessaires à l’élimination des causes de la crise actuelle. La feuille de route invite aussi les autorités libyennes à coopérer pour faciliter l’acheminement de l’assistance humanitaire aux populations en besoin, la protection des ressortissants étrangers, y compris les travailleurs migrants africains vivant en Libye.

Lundi, les présidents Amadou Toumani Touré, Denis Sassou Nguesso et Mohamed Ould Abdel Aziz ont gagné Benghazi. Dans la ville rebelle, ils ont rencontré les responsables du Conseil national de Transition dirigé par Moustaph Abdel Jalil, un homme timide d’apparence. Leur démarche consistait à convaincre ces derniers d’adhérer à la feuille de route de l’Union africaine pour le règlement de la crise. Les discussions se sont bien déroulées malgré la pression des opposants au régime de Muammar Khadafi qui s’étaient regroupés nombreux devant l’hôtel où s’est tenue la rencontre. Les dirigeants du Conseil national de Transition avaient accepté une grande partie la feuille de route de l’UA avant de se rétracter au moment de valider le communiqué final issu des discussions.

Malgré ce revers, l’UA garde encore l’espoir de parvenir au règlement pacifique de la crise en Libye. “Le fait de venir rencontrer les deux parties en Libye est un grand pas vers le règlement pacifique de la crise. L’UA va continuer à mener sa médiation et je pense qu’il faut être patient”, a ainsi estimé un haut responsable de l’organisation continentale. Demain, une autre rencontre est prévue à Doha (Qatar) à laquelle est convié Jean Ping, le président de la Commission de l’Union africaine.

Envoyé spécial

M. KEITA

Journal l’Essor du mercredi 13 avril 2011