Marches, sit-in, anarchie et chaos planifies De gros nuages s’amoncellent dans le ciel malien

Depuis donc cette date de triste mémoire pour toute une nation, le Mali vit les moments les plus tragiques et douloureux de son histoire. Les derniers événements survenus à Kati et Bamako, le mercredi dernier n’encouragent pas à l’optimisme. Au contraire, ils sont annonciateurs de l’anarchie et du chaos que d’aucuns veulent créer dans tout le pays.
Quels en sont le but et les objectifs visés ? Les prochains jours ou semaines nous édifieront sûrement ! Pour l’instant, le constat est que tout cela n’augure absolument rien de bon pour ce pays.

 

En effet, comment ne pas s’inquiéter des conséquences de cette attitude qu’on peut qualifier d’extrême insouciance et inconscience de la part de minorités de fanatiques qui remettent dangereusement en cause l’existence même de notre pays en tant que nation. Aujourd’hui, il y a lieu de se poser sérieusement la question : le Mali survivra-t-il à cet enchaînement extraordinaire de tous ces malheurs qui lui tombent dessus en même temps ?

Développée comme stratégie par Adolf Hitler à sa sortie de prison en 1924 pour conquérir le pouvoir “le fanatisme est la seule chose qui mobilise en même temps les renégats de la société, les faibles et les timides”. C’est incontestablement ce qui semble être aujourd’hui la stratégie des djihadistes au nord et des instigateurs de troubles sociopolitiques au sud du pays.
Y-a-t-il connivences entre les différents protagonistes (islamistes au nord et roublards politiques au sud) ? En tout cas, le citoyen lambda est confus, complètement désorienté par le jusqu’au-boutisme des uns et l’intransigeance injustifiée des autres. Le crime profite à qui ?

En effet, aussi curieux que cela puisse paraître, tout ceci arrive justement au moment où l’armée nationale est contrainte à une guerre de libération contre ce qui ressemble fort à un serpent de mer ayant ses tentacules sur 2/3 de son territoire occupés.
Ainsi, le Mali se retrouve entre plusieurs feux sur plusieurs fronts simultanément. Tiraillé de partout par des ennemis de l’intérieur et de l’extérieur ; balloté dans tous les sens au gré des intérêts égoïstes et sordides ; avec une population complètement déboussolée, meurtrie et au désarroi, le Mali d’aujourd’hui inquiète absolument et son avenir encore plus préoccupant.

Est-ce que réellement “Mali ko don Wa…” ? Sinon, Copam I et II, FPM, FDR, IBK-2012, CSM, ADPS…patati patata pour quoi ? Est-ce si difficile de se mettre d’accord pour sauver l’essentiel si tous sont sincères ?Pendant ce temps, le monde entier assiste passif comme électrocuté par l’extrême volatilité des situations sur le terrain.
Pourvu qu’après que l’inattendue et l’inimaginable se soient produites, que personne ne vienne par la suite crier à l’innocent ou au pyromane !

Bréhima Sidibé

L’ Indicateur Du Renouveau 2013-01-11 00:02:36