Fourre-tout

Le garde, la banque et la Kalash

Une scène inimaginable à vivre dans un pays normal a été captée par nos fouineurs dans une agence d’une banque de la place à l’ACI 2000. Le garde chargé de la sécurité des lieux préparait consciencieusement du thé devant la rentrée tout  en devisant tranquillement  avec une vendeuse d’arachides. Où était son arme de service ?

La kalash était posée tout bonnement sur une chaise à l’intérieur face aux guichets. Imaginez un peu un bandit de haut vol sur ces lieux pendant ce temps. A chacun de se faire un moral sur ces enfants recrutés sur des bases subjectives dans les rangs des services chargés de la sécurité des biens et des personnes dans le Mali de Zounzani 1er.

Oumar  Mariko Un dépité pas courageux

Tous ceux qui ont suivi avec attention les débats forts sympathiques entre les applaudisseurs professionnels de Bagadadji et Mariam Kaïdama Sidibé ont entendu le premier vrai candidat à la probable élection présidentielle de 2012, le dépité Oumar Mariko, dire clairement que son parti ne peut accorder son soutien au nième gofernement de mission de Zounzani 1er (OUF). Ainsi au décompte des voix qui soutiennent Mariam, Dioncounda Traoré, le barbu de Nara annonce fièrement 140 dépités.

Au décompte des abstentions, 0 voix. Au décompte des voix contre, 0 voix. Mais diantre que sont devenues les voix de Sadi,  le parti qui ne soutient pas et qui n’a pas annoncé publiquement son abstention ? En fait Mariko et les siens ont filé gentiment à l’anglaise. L’autre aurait dit qu’il y avait un manque de courage à aller au bout de ses convictions chez le bouillant ex-Secrégé de l’Aeem.

Me Amidou Diabaté Le bon avocastre d’AQMI

L’excellent et très bouillant avocastre et non moins dépité du Parena (une excroissance du Cnid de Me Chauve-souris), Me Amidou Diabaté apparaît ces derniers temps avec un look à faire pâlir d’envie n’importe quel djihadiste en herbe. Me Diabaté que l’on a connu, il y a quelque temps, rasé de très près est devenu ab subito barbu. Sa barbichette est bien en évidence, on ne sait pour quel dessein.

On soupçonne chez cet avocastre qui sait flairer les bons coups de se positionner pour certains futurs clients de nos tribunaux au cas où.

D’ailleurs Mariam Kaïdama a déjà annoncé 11 éventuels clients pour ” la confrérie ” de Me Diabaté après les accrochages du weekend end dernier dans la forêt du Ouagadou entre Aqmi, nos bidasses et leurs collègues de Mauritanie.  

Zounzani 1er Avion stoppeur national

Ceux qui ont en mémoire la transition se souviennent encore des difficultés qu’avait à l’époque ATT à se trouver un aéronef pour se rendre à l’extérieur. Les habitués de l’aéroport international de Bamako Sénou en ont vu de toutes les couleurs à l’occasion des déplacements du chef de la transition. On ne compte pas le nombre de chefs d’Etat qui ont juste fait la virée de Bamako pour embarquer ATT pour des sommets.

Il semble que Zounzani 1er a décidé de remettre le couvert.  Ainsi, le weekend dernier, on l’a vu fièrement grimper dans l’avion présidentiel mauritanien pour se rendre en compagnie du président Ould Abdel Aziz à Pretoria. Chassez le naturel, il revient au galop !

PPR – Boubèye Des ministres prisés auprès des dépités de leur camp

Me Amidou Diabaté, brillant avocastre connu pour sa grande honnêteté intellectuelle a rassuré le PM du soutien du Parena tant  figure dans son gofernement le meilleur d’entre eux avec toute sa signification et tout son sens. Même si cela ne les amène pas à le faire aveuglement au risque de courir des risques (les réformes constitutionnelles et un très risqué référendum qui n’apporte rien), qui n’en valent pas la peine pour le Mali en cette fin de mandat présidentiel.

Il en a été ainsi du brillant Pr. Tioulenta, président du Groupe parlementaire ADEMA qui, tout en assurant la cheftaine du Gofernement du vote favorable de la DPG par son groupe, a soutenu quils le font d’autant plus que notre diplomatie brille et est très audible et bruyante contrairement à il y a peu. Qui dit mieux !  

RAVEC ou RACE Le gofernement et les politicards sont au point zéro

Les prochaines élections seront faites sur la base du RAVEC ou du RACE ? Une question qui n’arrive pas à être tranchée par la faute des uns et des autres. Le gofernement n’arrive pas à faire un choix définitif et la classe politique est profondément divisée sur la question. La société civile, pour sa part, est, elle aussi, divisée sur la question.

Certaines de ses structures ont opté pour le fichier biométrique. Par contre, d’autres structures comme le Réseau APEM conseillent aux acteurs électoraux de choisir le RACE. Le Président de ce réseau, Ibrahim Sangho a  affirmé lors d’une récente confépresse qu’il n’y a pas de choix entre le RACE qui existe et qui peut être amélioré et le RAVEC qui n’existe pas. Il a laissé entendre qu’il faut en arriver à l’audit du présent fichier pour le nettoyer et le réactualiser afin que les élections puissent se tenir dans un climat apaisé.

Dr Oumar Mariko au secours des Maliens de la diaspora en détresse

Dans sa série de questions au PM Mariam Kaïdama Cissé, après la présentation de sa déclaration de politique générale (DPG), le Secrégé de SADI et non moins dépité de l’opposition,

Dr Oumar Mariko s’est étalé longuement sur le sort des Maliens qui sont en détresse en RCI, en Libye, en France et au Mali après leur expulsion manu militari. Il trouve que l’Etat ne fait rien pour leur venir en aide tant dans les pays d’accueil qu’au Mali.

Pourtant, il trouve que c’est ce même Etat qui mobilise toutes ses ressources et énergies pour tenter de libérer les otages européens cachés chez nous par les terroristes de l’AQMI. Il a fustigé nos gouvernants plus soucieux des étrangers (des pays offrants) que nos compatriotes.

Le dépité Parena juge inopportunes, les réformes constitutionnelles

Selon lui, à  moins de dix mois de la tenue des élections générales, le Mali ne dispose pas de fichier électoral fiable. Or, ce qui est urgent, c’est l’organisation des élections générales.

Ces scrutins, à ses yeux, sont urgents et opportuns. Ce qui, de son avis, n’est pas le cas pour les réformes constitutionnelles qui  risquent d’interférer sur le bon déroulement des scrutins. Pour le Président du groupe parlementaire Parena, Me Hamidou Diabaté elles sont donc inopportunes. Il trouve que les réformes ont trop traîné entre les mains du gofernement qui les détenait depuis avril 2010.

Et c’est seulement maintenant qu’il les présente à l’Assemblée nationale à seulement dix mois des échéances électorales.

Des politicards pour l’abandon des réformes constitutionnelles

Plusieurs formations politiques de la place s’activent à la préparation d’une déclaration demandant aux autorités de surseoir aux reformes constitutionnelles qui viennent d’être adoptées par le gofernement, la semaine dernière, et qui seront très bientôt sur la table du Président de la Rue Publique pour adoption en attendant que le peuple l’approuve par référendum.

Les politicards qui demandent cette suspension de reformes craignent de voir le Mali passer à côté de l’essentiel qui n’est autre que l’organisation d’élections libres et transparentes. Reste à  savoir s’ils seront écoutés par le locataire de la Maison Mali de Koulouba qui semble déterminer à faire passer de force ces réformes avant de quitter le pouvoir. Orgueil, quand tu nous tiens !

Arrestation desterroristes d’AQMI dans la bande sahélosaharienne L’armée malienne se manifeste enfin

Nos soldats ont répondu à l’attente du peuple en mettant le grappin sur 11 terroristes notoires d’Al Qaeda pour le Maghreb Islamique dans la bande saharienne de Wagadou à la frontière Mauritano malienne. Tous les bandits arrêtés ont été acheminés à Bamako où ils seront mis à la disposition de la justice. Le terrorisme est un crime puni par la législation malienne.

En plus, les personnes arrêtées pourraient contribuer à donner plus d’information sur l’organisation et le mode d’opération d’AQMI sur le territoire malien. Ils pourront donner aussi des informations précieuses sur les 04 otages français détenus par la nébuleuse d’AQMI dans le grand Sahara.

La traque de l’armée malienne est une preuve suffisante qui montre que les autorités sont disposées à redorer l’image du Mali qui a été ternie, ces dernières années, par le soupçon d’inaction de notre pays face à des groupes terroristes et des narcotrafiquants qui pilulent dans la bande sahélo-saharienne.

Le scropion 29/06/2011