CEDEAO : Cap sur l’architecture de la sécurité régionale

Dans son intervention, Mme Annette Lohmann, représentante de la Fondation Friedrich Ebert, a souligné l’importance du thème. ” Aujourd’hui, l’espace sahélo saharien est en proie à de nouvelles menaces sécuritaires caractérisées par des conflits d’intérêt et de leadership autour du trafic de drogue, d’alcool, d’armes et de stupéfiants impliquant des chefs narco trafiquants étrangers, des jeunes locaux de toutes les communautés ” a-t-elle argué avant d’estimer que la présence d’AQMI dans la zone constitue une menace supplémentaire, non seulement pour les étrangers, mais aussi pour l’Etat malien lui-même et les Etats voisins. Les événements sociopolitiques en cours depuis quelques mois en Libye, et le retour au Mali des libyens d’origine malienne avec des armes constituent aujourd’hui un motif de préoccupation pour la région sahélienne.

Mme Annette Lotmann pense la gestion du problème exige aujourd’hui une approche régionale dans le cadre d’une coopération interétatique tant au niveau national qu’au niveau sous-régional. Ce qui permettra de rassembler les moyens et de prendre en compte toutes les facettes des conflits pour la paix et la sécurité, gage d’un développement durable.

Quant à l’honorable El Hadj Baba Haïdara, 5ème vice-président de l’Assemblée nationale et responsable de la cellule de crise pour la sécurité au Nord, il a affirmé que le thème correspond parfaitement à la vision du Parlement malien. Il a en outre expliqué que la cellule a vu le jour suite aux douloureux événements en Libye. En effet, le dépité envisage d’aller sur le terrain pour  rencontrer les libyens présents au Mali afin de  proposer des solutions.

Par ailleurs, le Dr. Zeini Moulaye du Mali a expliqué les tenants et aboutissants de cette architecture qui constitue un mécanisme par lequel la CEDEAO intervient pour prévenir les conflits. Tout comme le Prof. Masser Diallo du Sénégal, le Dr. Boubacar Diallo du Niger s’est appesanti sur le nécessité de favoriser la bonne compréhension de la dimension régionale du système de conflit au centre du Sahara entre les acteurs politiques.

M.MAÏGA

Le Scorpion 02/11/2011