VIOLENCE A L’EGARD DES FEMMES ET DES FILLES PAR LES SOLDATS DE LA PAIX : l’ONU décrète la tolérance zéro

Les Nations unies ont célébré le lundi passé la Journée internationale pour lélimination de la violence à légard des femmes et des filles. Au cours de cette célébration, António Guterres, secrétaire général des Nations unies, a dénoncé une “pandémie mondiale” qui a de lourdes conséquences pour les familles et la société.

LONU, à travers son chef, a réaffirmé une politique de tolérance zéro à légard du harcèlement sexuel et de lagression sexuelle commis par des responsables et des partenaires de toutes les nations dans lesquelles elles interviennent. Que cela soit pour les pays où elles sont là-bas en termes dhumanitaires ou dans le cadre des forces de paix, des mesures draconiennes seront prises pour endiguer ce fléau.
A cette fin, António Guterres a indiqué que des enquêteurs spécialisés dans le harcèlement sexuel avaient été recrutés. Il a réaffirmé son engagement “à mettre fin à toutes les formes dexploitation et dabus sexuels commis par des soldats de la paix et des responsables de lONU sur le terrain”.
Une centaine dEtats membres soutenant les opérations de terrain des Nations unies ont à présent signé des accords volontaires pour remédier au problème et ont appelé de plus en plus de pays à assumer pleinement leurs responsabilités en matière de formation, mais également à mettre fin à limpunité.
Dans son allocution, le chef des Nations Unies a expliqué le travail accompli dans le cadre du Fonds daffectation spéciale des Nations Unies pour mettre fin à la violence à légard des femmes. Le Fonds met laccent sur la prévention de la violence, la mise en uvre de lois et de politiques et lamélioration de laccès aux services essentiels pour les victimes.
Avec plus de 460 programmes dans 139 pays et territoires au cours des deux dernières décennies, le Fonds a investi dans des organisations de la société civile qui défendent les droits des femmes.
Le secrétaire général de lONU a souligné que “la violence à légard des femmes et des filles sous toutes ses formes est la manifestation dun profond manque de respect, un échec des hommes à reconnaître légalité et la dignité des femmes”.
Pour le chef du Secrétariat des Nations unies, il sagit dune question de droits humains fondamentaux. “Cette violence peut revêtir de nombreuses formes, allant de la violence domestique au trafic des personnes, de la violence sexuelle dans les conflits au mariage des enfants, en passant par les mutilations génitales et le féminicide”, a-t-il souligné.
António Guterres a aussi rappelé que cette violence “a de lourdes conséquences pour les familles et la société, avec de graves conséquences pour les enfants ainsi que des conséquences à long terme pour la santé physique et mentale et des coûts pour les individus et la société”.
Pour lui, cette question est aussi politique, car “la violence à légard des femmes est liée à des questions plus larges de pouvoir et de contrôle des sociétés” dans un monde dominé par les hommes dans lequel “les femmes sont vulnérables à la violence de multiples façons”.
Maria Fernanda Espinosa, présidente de lAssemblée générale des Nations unies, a signalé que 35 % des femmes auraient été victimes de violence physique ou sexuelle et que 38 % des meurtres de femmes ont été commis par un partenaire intime. “Il est triste de constater, pour lensemble des communautés, des Etats et des Nations unies, que le monde est encore loin datteindre lobjectif de mettre fin à la violence à légard des femmes et des filles”, a-t-elle déclaré lundi.
Pour sa part, Phumzile Mlambo-Ngcuka, directrice exécutive dONU-Femmes, lentité de lOrganisation pour légalité des sexes, a souligné que les initiatives de lONU visant à modifier les moyens de subsistance des femmes sont un espoir de progrès.
Elle a aussi estimé qu”une culture qui passe de la remise en question de la crédibilité des victimes à la poursuite de la responsabilité des auteurs dans le respect des procédures, est possible”.
Moribafing Camara