Transition Malienne Le gouvernement CMD rejeté par la communauté internationale

La multiplication des voix au sein de la Cédéao se traduisant par celle du ministre des Affaires Etrangères du Niger, Monsieur Bazoum qui, sur rfi le 5 juin 2012, a appelé les Maliens à mettre en place « un gouvernement sérieux ». On peut évoquer  la déclaration de M Bertrand Soret, premier conseiller de la Délégation de l’Union Européenne à Bamako invitant à une concertation des forces vives de notre pays car, selon lui, « Ce gouvernement n’est pas issu d’un processus de concertation nationale » (Interview : Le Républicain du 5 juin 2012). Aussi, la déclaration des autorités algériennes, en date du 5 juin 2012 appelant à la nécessité pour les Maliens de mettre en place des structures nationales crédibles et solides ne va pas en faveur du  gouvernement de Cheick Modibo Diarra déjà contesté par une bonne partie de la classe politique et cela autant dans le camp des anti-putsch que celui des pro-putsch.

De son côté, les Etats-Unis d’Amérique ne reconnaissent même pas le gouvernement contre qui ils ont prononcé les mêmes sanctions que celles contre les putschistes : l’interdiction de voyages… Aussi, comme l’Union européenne, le pays de Barack Obama exige la recomposition du gouvernement avec des places faites aux   partis politiques et aux forces vives de la nation seule condition pour le Mali de bénéficier de leurs appuis financiers.

Cette pression internationale fait échos aux contestations nationales de Cheick Modibo Diarra et son équipe. Le FDR, coalition de partis qui a rejeté le récent coup d’Etat, par la voix de son  secrétaire politique, Amadou Koïta, a demandé la semaine dernière l’ouverture sans délai de consultations avec les forces politiques et sociales en vue de mettre en place un Premier ministre et un gouvernement d’union nationale.

La Coalition patriotique pour le Mali (CPM) du Professeur Dialla Konaté, pourtant pro-junte, continue elle aussi de réclamer «  la mise en place des structures institutionnelles (président, gouvernement, organe législatif) de transition reflétant les aspirations de nos populations ». Avant,  c’est le parti Sadi du Dr Oumar Mariko qui avait dénoncé dans un communiqué que « depuis sa mise en place, le gouvernement de Cheick Modibo Diarra s’est caractérisé d’abord par son mépris et son ignorance de la volonté populaire, en minimisant l’ampleur des manifestations et autres formes concrètes d’expression, ensuite par le blackout total sur tous les actes démocratiques posés par les organisations politiques, associatives, syndicales dans le sens de la sauvegarde de la souveraineté du Mali et de la dignité de notre peuple”. Il reste à savoir comment le navigateur résistera à ces critiques.

Abdoulaye Diakité

 

L’ Indicateur Du Renouveau 2/06/2012