Taser : mort d’un Malien à Colombes, des associations demandent un moratoire sur le Taser

Les faits se sont déroulés vers minuit, quand la police a été appelée en raison d’un différend entre la victime et l’ami qui l’hébergeait. L’homme, qui était sans papiers, s’est rebellé quand les policiers ont voulu contrôler son identité et a tenté de frapper l’un d’entre eux avec “une sorte de marteau”. Un voisin, qui dit avoir vu l’arrestation en regardant par le judas de la porte de son appartement, a indiqué sur France Info que les policiers lui avaient demandé plusieurs fois de lâcher l’outil, en vain.

Sur BFMTV , Laurent Arnaudas, du syndicat SGP-FO, raconte que ses collègues ont utilisé un tonfa pour le désarmer puis des gaz lacrymogènes qui lui ont fait prendre la fuite. “Une fois retrouvé dans les étages, l’homme, toujours aussi virulent, agressif et violent, a été maîtrisé après deux décharges de Taser”, indique-t-il. Violent et de forte corpulence selon la police, l’homme aurait blessé quatre des huit agents de police venus le maîtriser. C’est alors que les policiers le descendaient du 12e étage au rez-de-chaussée que l’homme a été victime d’un malaise et qu’il est mort malgré l’intervention du SAMU et des pompiers.

Le voisin témoin évoque, lui, trois tirs : “Ils étaient au moins une dizaine de policiers. Il y a eu trois tirs de Taser”, a-t-il déclaré à l’AFP. L’homme “a commencé à crier au premier tir. Après le deuxième tir, il donnait des coups de pied par terre et au troisième tir, alors qu’il était à terre, on n’entendait plus aucun bruit”. “Les policiers l’ont alors porté, allongé, jusqu’à l’ascenseur. On aurait dit un sac de patates”, a dit ce témoin. Une journaliste de l’AFP a constaté mardi une tache de sang d’une quinzaine de centimètres sur le palier.

“LÉGITIME DÉFENSE”

Une autopsie a été ordonnée, et une double enquête judiciaire et administrative a été confiée à l’inspection générale des services (IGS, la police des polices), a annoncé Brice Hortefeux dans la matinée. “J’attends les conclusions de l’enquête pour prendre toutes les mesures qui s’imposent”, a-t-il dit, expliquant toutefois que l’interdiction de cette arme n’était pas envisagée pour l’instant : “L’alternative, c’est l’arme à feu”, a-t-il dit. Le ministre a précisé que les policiers, blessés pendant l’intervention, s’étaient trouvés face à un individu “extrêmement agressif”.

Alliance, deuxième syndicat de gardiens de la paix, a invoqué la “légitime défense” pour expliquer l’utilisation du Taser. “Nos collègues, victimes de l’acharnement de cet individu excessivement violent, ont fait usage du Taser dans les règles les plus strictes de la légitime défense afin de préserver leur intégrité physique”, affirme Alliance, qui a dit “redouter que certains se servent de cet événement dramatique, non imputable aux collègues intervenants, pour faire une nouvelle fois le procès de la police”.

“LE DRAME, C’EST DE PENSER QUE LE TASER N’EST PAS MORTEL”

Le Réseau d’alerte et d’intervention pour les droits de l’homme (Raidh) a réclamé “un moratoire immédiat” de l’utilisation des Taser, une “arme de torture susceptible de donner la mort”, “conformément aux recommandations du Comité contre la torture des Nations unies” rappelant que cette arme “adresse une décharge de 50 000 volts”. Le Parti de gauche a exprimé “son indignation et sa colère” et exigé, lui aussi “un moratoire immédiat sur le sujet et la mise en place d’une commission d’enquête”. Le socialiste Julien Dray a demandé un réexamen des “conditions d’emploi” de l’arme, Jean-Michel Baylet (PRG) une “enquête parlementaire”.  Le président de la LDH a ajouté qu’il espérait que la victime, bien que sans papiers, serait prise en considération comme s’il avait des papiers. “On imagine pas qu’il y ait une sous-enquête comme s’il y avait des sous-êtres humains.”

L’Indicateur Renouveau 02/12/2010