PROCESSUS ELECTORAL Magouille dans le recrutement des agents électoraux en CVI

Comme d’habitude et en vue d’organiser une bonne élection, l’Etat déploie de gros moyens pour minimiser les cas de fraude. C’est dans ce cadre que les agents électoraux (assesseurs, présidents de bureaux, délégués) sont recrutés. Cette année en CVI, ce recrutement s’est passé dans des conditions les plus obscures.

En effet, depuis le lancement des opérations de recrutement de ces agents électoraux, il s’est développé une certaine course contre la montre. Chacun voulait à tout prix être sur la liste d’agents retenus. Et la priorité avait été accordée aux enseignants par les autorités en charge du processus électoral. Mais contre toute attente, c’est une autre race d’enseignants venue de nulle part, qui a été privilégiée par les responsables en charge des élections de la  Commune VI et principalement, Siaka Koné, membre de la commission électorale à la mairie de la CVI.  

Selon les sources d’informations, au lieu de prendre les enseignants, le nommé Siaka Koné a plutôt préféré recruter les jeunes de tout bord et en mettant devant leurs  noms la mention “enseignant”. Quels absurdité et faux et usage de faux ! Ces mêmes sources d’informations précisent que parmi ce lot, il y a des ménagères. Des jeunes venus de tout bord et qui ne savent même pas tenir un rapport ont été choisis pour veiller au bon déroulement du scrutin et à la fin, dresser des procès-verbaux.

Parmi ces gens, il y en a qui sont incapables d’écrire correctement leurs noms. Conséquence : certains procès-verbaux ne seront pas exploitables le jour du vote. La question qui revient toujours est de savoir : pourquoi demander aux écoles d’envoyer la liste des enseignants qui souhaitent faire partie des agents électoraux s’ils ne seront pas utilisés ? C’est de la magouille pure et dure et à ciel ouvert qui se passe en Commune VI.

Spécialiste dans le tripatouillage de listes, Siaka Koné s’est même mélangé dans ses listes le jour de la formation de ces agents. En effet, quand on lui a demandé d’amener la liste qu’il a élaborée, il s’est présenté avec une nouvelle liste.  La première liste qu’il avait élaborée et sur laquelle figuraient le nom des enseignants a disparu. A force de manœuvrer, il a fini par planter. Sinon comment comprendre que le nom même d’un seul élément des écoles comme  le groupe scolaire de Magnambougou projet qui compte en son sein plus de 50 enseignants ne figure pas sur la liste des agents électoraux de la Commune VI.

Cela veut dire qu’il y a anguille sous roche. En tout cas, cette combine a provoqué une vive ire dans la commune et c’est Siaka Koné qui est pointé du doigt comme seul responsable.
Zakariyaou Fomba

L’indicateur Renouveau 2013-07-26 09:27:23