POINT DE VUE: LA COLÈRE D’ACHILLE D’EMMANUEL MACRON:‘’Clarifier des ambiguïtés parfois portées par des responsables politiques’’

J’ai bien aimé la dernière sortie du président français, Emmanuel MACRON, face aux africains; de l’ouest plus précisément.

La situation est très complexe, compliquée et décisive. L’heure est grave, nous sommes à un point de rupture, et même de non-retour. Nous sommes à la veille de “quelque chose va se passer”.

Le 14 décembre 2019, à Pau; l’extrême sud-ouest de la France. À 453 km de Poitiers, une ville chère à Charles MARTEL. Il va se passer quoi à Pau? On le sait déjà. Les cinq vieux vont dire au jeune: “Nous voulons que la France reste. Nous demandons à la France de rester. Nous l’assumons”.

Le problème sera-t-il réglé pour autant? Non. MACRON a dit que l’ambiguïté, à l’égard des Mouvements anti français, était parfois portée par des responsables politiques. C’est surtout ça qui exaspère #Jupiter: il envoie ses soldats se faire tuer par les Sarrazins des ans 2010 et ils rouspètent parfois. Il s’agit de Mais, IBK et ISSOUFOU, les deux faiblards. Et de deux “camarades” de l’International socialiste ! Ce sont ces deux qui ont parfois la langue fourche.
Ils vont se taire désormais !

Mais nous autres, ”peuplades”, ces chef d’État peuvent ils nous faire et notre anti françaisïsme ? Non bien sûr ! IBK vient de voter des lois anti liberté d’expression. Il peut les appliquer, remplir les prisons et en subir les conséquences. C’est à lui de choisir. Mais, moi je ne le lui conseille pas.
Et alors? La question reste entière : Voulons-nous les forces étrangères chez nous. Ou pas ? Il y’a plus de questions, d’inconnus et de zones d’ombre à cette question que de réponses. Le “y’a qu’à…” est puéril. Nous devons nous comporter en adultes. Ou périr pour de bon.

  1. Tall