N’Gui Diabaté, Miss France 2015, livre ses quatre vérités : “Je me suis sentie très rabaissée parce que j’ai été présentée comme une étrangère et non une Malienne”

N’Gui Diabaté, Miss France 2015

Malgré sa beauté et son charme, la Miss Mali France N’Gui Diabaté est retournée à Paris bredouille. En d’autres termes, la représentante de la diaspora malienne n’a reçu aucun prix lors de l’élection de Miss Ortm 2015 dont la cérémonie s’est déroulée le 1er janvier dernier, au Centre international des conférences de Bamako (Cicb). Dans cet entretien exclusif, elle dénonce l’organisation de ce concours de beauté, notamment le choix des membres du jury. “Je me suis sentie rabaissée parce que lors du premier passage en tenue traditionnelle, toutes les candidates ont été appelées par leurs prénoms et nom de famille, mais moi, j’ai été appelée comme étant une étrangère. Je pensais que nous étions toutes des Maliennes. Malheureusement, cette nuit-là, on m’a mise de côté” a-t-elle déclaré.

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

N’Gui Diabaté : Merci bien. Je m’appelle N’Gui Diabaté, âgée de 19 ans. Je suis née en France, de parents maliens. Depuis le 28 novembre 2015, je porte la couronne de Miss Mali France. Je suis actuellement en classe préparatoire économique afin de devenir expert-comptable. En tant que Miss Mali France, je représentais la diaspora malienne au concours de beauté Miss ORTM cuvée 2015. C’est ce qui explique ma présence à Bamako.

Comment s’est passée votre élection en France ?

Il faut dire que mon élection à Paris était remplie d’émotion. C’était vraiment une expérience pour moi puisque j’ai beaucoup appris. Il y avait une entente parfaite entre les différentes candidates. Je profite de cette opportunité afin de remercier l’association Esprit Ebène pour avoir initié ce concours de beauté.

Vous avez été élue devant combien de postulantes ?

Nous étions dix candidates dans la course pour la couronne. Dieu merci, j’ai eu la chance d’être élue pour une année. Mais chacune des postulantes était aussi belle. C’est le lieu de féliciter toutes les filles pour avoir eu le courage de se présenter à cette élection.

Peut-on savoir les motivations qui vous ont poussé à vous présenter à ce concours de beauté ?

Il faut dire que c’était l’une de mes ambitions. En décidant de me présenter à l’élection Miss Mali France, je voulais prouver que la culture malienne dispose d’une richesse incroyable à travers notre beauté. Il s’agissait aussi pour moi de me rapprocher de mes racines. En d’autres termes, c’est une occasion pour mettre en valeur la beauté malienne.

Des projets en vue ?

Effectivement ! J’ai un projet sur la protection de l’environnement, surtout avec le changement climatique. Cela à travers différentes campagnes afin de sensibiliser le monde entier. Je compte mettre ce projet en place au Mali. Pour cela, j’ai besoin du soutien des autorités maliennes, en particulier celui des ministères de l’Environnement et de la Culture. Je compte aussi jouer ma partition dans le cadre de l’amélioration des conditions de vie des enfants à travers des actions humanitaires au profit de certains orphelinats.

Quels sont vos rapports avec notre compatriote Malamine Koné ?

C’est une personnalité respectueuse et très importante pour nous, les Maliens de la diaspora. A vrai dire, Malamine Koné fait la fierté du Mali à l’extérieur, plus particulièrement en France. Il nous aide beaucoup à travers ce concours de beauté Miss Mali France. C’est l’occasion pour moi de lui adresser mes sincères remerciements, ainsi qu’à toute son équipe.

En tant que représentante de la diaspora à l’élection Miss ORTM 2015, comment avez-vous apprécié ce concours ?

Tout d’abord, je tiens à remercier Amy Traoré qui nous a encadrées durant deux semaines. Elle nous a également appris à vivre en communauté, puisque nous étions douze jeunes filles venues de différents horizons. C’était une véritable cohésion nationale. Il n’y avait pas de barrière entre nous. Cette élection a été une expérience de plus pour moi et elle est très enrichissante. Moi, en tant que Miss Mali France, j’ai vite intégré le groupe. C’est pour vous dire que l’élection s’est bien passée, malgré le fait que je n’ai pas eu la chance de gagner même un seul prix.

Est-ce à dire que vous contestez le résultat du jury ?

Pas du tout. Mais je sais qu’il y a eu beaucoup de contestations après la proclamation des résultats par le jury. Pour moi, dans ce genre de concours, il faut obligatoirement des gagnantes et des perdantes. Raison pour laquelle, je respecte toujours le choix du jury. Toutes les candidates ne peuvent pas être primées. En tout cas, je suis très fière de participer à cette élection. Je pense avoir bien représenté la diaspora malienne de France. C’est ce qui me conforte le plus.

Beaucoup de gens estiment que vous méritez d’être parmi le trio gagnant ?

C’est vrai qu’il y a eu beaucoup de commentaires sur moi, mais je pense que les résultats du jury sont déjà connus. On ne peut plus refaire cette élection. Donc, il faut accepter volontiers ces résultats. Peut-être que je n’ai pas eu de la chance, sinon je me suis bien battue.

Pourquoi avez-vous choisi de vous exprimer en bambara lors de la soirée ?

Effectivement, je me suis bien exprimée en bambara parce que mon père et ma mère m’ont appris à parler cette langue, malgré que je sois née en France. C’était pour prouver aux Maliens que je peux m’exprimer en bambara pour faire passer un message de paix et de réconciliation nationale. J’espère que beaucoup de gens ont aimé cela.

Etes-vous mariée ou fiancée ?

Pas du tout. Je ne suis ni mariée ni fiancée. Je poursuis mes études afin de devenir expert-comptable. Pour le moment, mon objectif est de terminer mes études.

Et qu’est-ce que vous détestez dans la vie ?

L’injustice est l’une des choses que je déteste de plus dans la vie. Je n’aime du tout l’injustice !

Vous aimez quoi alors ?

J’aime le lien social. Pour moi, c’est très important. Il est plus fort que tout.

Avez-vous un appel à lancer aux organisateurs de Miss Ortm?

Je profite de cette opportunité pour lancer un appel pressant au Comité syndical de l’Ortm, organisateur de ce concours de beauté. Quelque chose m’a choquée lors de cette élection. Je ne peux pas comprendre que les membres du jury soient désignés dans la salle, parmi le public. C’est anormal, pour la simple raison que la plupart de ces gens étaient venus pour supporter leur propre candidate. Je pense aussi qu’il faudra désormais prévoir au moins un prix à la représentante de la diaspora malienne. Que la prestation soit bien faite ou non, je pense que la Miss Mali France mérite une récompense pour l’encourager. Si non, pourquoi nous fatiguer à faire le déplacement de Paris à Bamako, pour rien. Nous arrêtons nos études pendant quelques semaines à cause de cette élection. En contrepartie, nous n’avons rien. C’est vraiment décourageant. Pendant cette soirée, j’ai eu beaucoup de soucis. Je m’en suis sortie bafouée. Je me suis sentie rabaissée parce que lors du premier passage en tenue traditionnelle, toutes les candidates ont été appelées par leurs prénoms et nom de famille. Moi, j’ai été appelée comme étant une étrangère, alors que nous étions toutes des Maliennes. Malheureusement, cette nuit-là, on m’a mise de côté.

Réalisée par Alou Badra Haïdara

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour Chers lecteurs, chères lectrices.
    Toute l’équipe de DiasporAction vous remercie infiniment pour votre fidélité au site.
    Vous pouvez ajouter vos commentaires aux différents articles en vous créant un compte. Il suffit pour cela de cliquer sur l’ onglet « Connecter / rejoindre » puis sur “Enregistrer” placé en haut du site Bonne lecture.

Comments are closed.