KOLONDIEBA : Festival International du Mbolon 2019 reporté

La commission d’organisation du festival international du Mbolon compatit avec les autres Maliens dans le cadre de l’observation du deuil national de 3 jours décrété par le président de la République. En plus du report du festival à une date ultérieure, la commission a initié des prières dans toutes les mosquées des 12 communes de Kolondiéba pour les militaires tombés au front.

La 3e édition du festival international du Mbolon devait se tenir du 22 au 24 mars 2019 à Kolondiéba. Malgré l’installation des sonorisations, du podium et des stands, le président du festival, Sidiki N’Fa Konaté et ses hommes, ont pris une décision courageuse à la veille du festival à cause du deuil de 3 jours décrété par le président de la République qui coïncidait avec le festival. Il fallait donc faire un choix. Il a été vite fait car l’ancien directeur général de l’ORTM a décidé de surseoir à la tenue du festival au profit de l’observation du deuil national décrété à la suite de l’attaque de Dioura.
Au cours d’un point de presse, le président de la commission d’organisation, Abdoul Berthé a exprimé sa tristesse avant de demander aussi aux festivaliers de prier pour les disparus.
Contrairement aux rumeurs sur un possible sabotage du festival, à la demande du président du festival, Sidiki N’Fa Konaté, la commission d’organisation a décidé de le reporter pour le respect du deuil. Tout était prêt pour un festival historique, car tous les artistes et des Ivoiriens étaient présents à Kolondiéba. Plus de 600 festivaliers étaient déjà sur place dont 100 Ivoiriens et une centaine de stands.
En lieu et place des manifestations artistiques, des expositions, des conférences débats et des visites des sites touristiques, la commission d’organisation a initié des prières dans les mosquées des 12 communes du cercle de Kolondiéba pour le repos des âmes des militaires tombés au front.
Notons que la 3e édition du festival international du Mbolon était placée sous thème : “Culture et développement local”.
Y. Doumbia