Infrastructures sanitaires de San et de Sévare Mme Diallo Madeleine Ba satisfaite

C’est très tôt dans la matinée, du jeudi 21 juillet, que la ministre de la Santé, Mme Diallo Madeleine Ba, accompagnée d’une très forte délégation a quitté Bamako pour San, première étape de sa visite de prise de contact et de surveillance des travaux de chantier. Elle a été accueillie à l’entrée de la ville de Ségou par le gouverneur de la 4ème région, les autorités politiques et le Directeur régional de la santé de Ségou,  Dr Faoussoubi Camara.

Mme Diallo Madeleine Ba s’est, aussitôt, rendue au Centre de Santé de Référence de San, où elle a visité les travaux de construction en cours. Il s’agit  de 9 salles devant abriter l’administration (le bloc technique avec dentisterie, le bloc opératoire, le bloc consultation, la maternité, un bloc chaîne de froid), la  réhabilitation des salles existantes, l’aménagement des espaces publics, jardins et plantations.

A la fin de cette première visite, Mme Diallo Madeleine Ba s’est dite satisfaite du fait que le chantier est presque terminé. Avant d’ajouter, “on attend qu’on déménage dans les nouvelles salles pour continuer la réhabilitation des anciens locaux. Je me rends compte que les travaux  sont très avancés à part quelques petits détails”.  Même satisfaction du côté de l’AGETIER-Mali, “tous les travaux de construction sont désormais terminés”, a déclaré son représentant, Amadou Ballo. Evoquant le retard accusé dans le délai d’exécution des travaux, ce dernier dira : “il y a une rupture de fonds, le ministre a promis de faire tout pour que les travaux continuent”.

En effet, le Centre de santé de référence de San fait partie des infrastructures à réaliser dans le cadre de la convention, signée le 26 novembre 2008, par l’AGETIER-Mali avec le ministère de la santé pour un coût total de 1.574.492.722 FCFA.

A Mopti,  deuxième étape de la mission, Mme Diallo Madeleine Ba, fut accueillie à l’entrée de Sévaré par le gouverneur de Mopti, les membres de son cabinet et les autorités politiques de la place. Elle a aussitôt entamé la visite du nouvel Hôpital de Mopti à Sévaré en construction. Et c’est avec la même satisfaction que Mme la ministre de la Santé a pu constater que les travaux avancent très vite. Surtout que le représentant de l’AGETIER l’a rassurée que d’ici le 31 décembre les travaux seront complètement achevés. Elle a, ensuite, déclaré que l’Hôpital de Mopti rentre dans le cadre du renforcement de la prise en charge des malades, l’important étant sa très grande capacité d’accueil.

L’entreprise de construction du Hanan de Chine (CHECEC), une équipe forte de 11 chinois et de 200 maliens, travaille nuit et jour pour la réalisation, dans les délais, de ce véritable joyau architectural. D’un coût total de 5.948.9089.763 FCFA, financé par l’Agence française de développement (AFD) à hauteur de 50% et par la Coopération Technique belge (CTB) à 50%, l’Hôpital de Mopti est un imposant bâtiment de deux niveaux. Bâti selon les normes internationales, il rentre dans le Programme d’appui au développement sanitaire et social (PADSS), en 5ème région. Mme Diallo Madeleine Ba s’est ensuite rendue au site contigu au nouvel hôpital de Mopti, devant abriter l’Institut national de formation en sciences de la santé. Huit logements y sont en construction ainsi qu’une zone d’attente. Ici les travaux, qui ne viennent que de démarrer, sont réalisés à 22%.

Pour boucler la boucle, la ministre de la Santé et sa suite se sont transportés à l’ancien hôpital de Mopti. Là, elle a visité les différents services avant de s’entretenir avec le corps médical de cet établissement. Le Directeur de l’hôpital, le médecin colonel Boubacar Diallo, a fait remarquer à l’illustre hôte que “l’hôpital qu’il dirige est hors normes et complètement dépassé. Malgré les apports du PADSS, le plateau technique reste toujours insuffisant”.

Pendant la rencontre avec le personnel soignant, il a surtout été question de l’effectif devant intégrer le nouvel Hôpital de Mopti.

Concernant l’épidémie de choléra déclarée dans les zones inondées, notamment à Youwarou, l’on dénombre 67 cas dont huit décès, à Tombouctou 25 autres cas dont 3 décès. Dix personnes sont atteintes à Niafunké. Toutefois, Mme Diallo Madeleine Ba se veut rassurante : “tout un dispositif pour contenir l’épidémie en question est déjà mis en place”. D’autre part, a-t-elle affirmé, deux équipes techniques de Bamako ont été dépêchées pour appuyer les équipes en place à Youwarou et à Tombouctou.

Il faut, enfin, noter que la délégation ministérielle était composée du Chef de cabinet, Dr Chérif Oumar Haïdara, du Conseiller technique, Dr Aboubacar B. Maïga,  du Directeur du CNIECS, Dr Bogomba Diarra et du Directeur du CEPRIS (Cellule d’exécution des programmes de renforcement des infrastructures sanitaires), Dr Mama Koumaré.

Pierre Fo’o Medjo, envoyé spécial

Le 22 Septembre

25/07/2011