Désavoué et dénoncé dans son propre bastion Zoumana Mory Coulibaly annonce ses adieux à l’Adéma

“Je vais quitter l’Adéma !”. C’est l’aveu fait par le bailleur autoproclamé des soutiens à Modibo Sidibé, Zoumana Mory Coulibaly, après avoir été mis en minorité et essuyé un cuisant échec sur l’ensemble de ses prétentions, lors de la réunion extraordinaire, en fin de semaine.

Première désillusion : le Comité Exécutif, par une écrasante majorité, a décidé  de ne point entériner les propositions du SP relativement au report des échéances initialement arrêtées pour le dépôt des candidatures ainsi que pour l’investiture du candidat Adéma de 2012. En effet, excepté les rares voix aux calculs et motivations discrets, toutes les tendances constitutives de l’instance décisionnelle trouve, selon nos sources, qu’aucun argument solide n’a été avancé en appui au report des dates. Ce n’est pas faute d’avoir essayé. Voulant tirer profit d’une démarche déclenchée depuis la coordination des sections Adéma de la Région de Sikasso, le 7ème vice-président du CE a aussitôt entrepris une démarche similaire dans son bastion où il a investi les structures de son parti par le biais d’envoyés chargés de rafler des signatures en faveur du report des dates.

C’est en vertu desdites signatures, entre autres, qu’il a obtenu du Secrétariat Permanent que la question soit examinée en réunion extraordinaire seulement pour un éventuel ajournement de la date d’investiture. Le SP ayant été déjà catégorique et inflexible sur le maintien de l’échéance  limite de dépôt des candidatures. Le hic, c’est qu’entre la réunion du SP, mercredi, et celle du CE, vendredi, beaucoup d’eau a coulé sous le pont.

– Sur fond de faux et usage de faux

Vérification faite, en effet, les structures du Parti de l’Abeille en 4ème Région se sont rendu compte que le secrétaire général de la Section Adéma de Bla a engagé toute une coordination dans sa propre logique à lui : orienter les positions et options de son parti en fonction d’intérêts et calculs à peine avoués. C’est du moins ce qui ressort d’une correspondance que le président de la coordination régionale des Adémistes de la Ségou a fait parvenir au Comité Exécutif, un jour avant la réunion devant trancher les propositions de report de l’investiture du candidat jusqu’en octobre.

Dans la missive en question, il est clairement signifié au président du Parti de l’Abeille que Zoumana Mory Coulibaly est l’instigateur d’une “mission clandestine dans les structures de la Région de Ségou où il se fait aider par les nommés Alassane Dembélé et Dasson Mallé ci-devant : secrétaire permanent de la coordination et secrétaire général de la section de Macina. Leur mission, selon le contenu de la correspondance, consiste à faire signer un document dont l’objet est de prendre position pour un report des échéances relatives au choix du candidat du Parti aux élections présidentielles de 2012”. Et le président de la coordination régionale des sections Adéma de Ségou d’accuser implicitement  les envoyés de “Zou” de faux pour avoir abusé les responsables de structure en se présentant à eux comme des missionnaires de la coordination régionale.

C’est pourquoi, les secrétaires généraux des sections de San et Tominian, toujours selon la missive, menacent de porter plainte contre les auteurs de la mascarade tout en se désolidarisant des signataires du document initié par le 7ème vice-président du Comité Exécutif. Idem pour les sections de Bla (son bastion) et de Macina où l’engagement initié en leur nom, selon le président de la coordination, n’a jamais été l’objet de discussions encore moins d’un accord quelconque entre membres desdites structures.

En tout état de cause, la coordination régionale des sections Adéma de la 4ème Région persiste et signe : le document présenté pour tenir lieu de demande de report pour le compte des sections Adéma de Ségou ne saurait d’aucune façon engager leur responsabilité. Et les mêmes structures d’étayer leur position dans la protestation avec la teneur que voici : “Nous secrétaires généraux des sections Adéma de la région  Ségou et président de la conférence régionale des sections Adéma-PASJ de Ségou avons appris avec regret que certains camarades ont adressé au nom de la coordination une lettre demandant le report de la date retenue pour le choix du candidat du Parti aux élections présidentielles de 2012. Nous démarquons des initiateurs de telle aventure et condamnons de tels comportements qui sont de nature à entacher l’image de notre coordination. Rassurons le CE de notre adhésion totale à toutes directives allant dans le sens du renforcement de la cohésion de notre parti”.

– Du désaveu à la tentation de rupture

Outre le président de la coordination régionale, cette lettre de protestation comporte le sceau des secrétaires généraux de San, Baraouéli, Niono, Tominian, Ségou, ainsi que celui de deux autres secrétaires généraux-adjoints qui parlent tous de la même voix en dénonçant la pratique ayant consisté à les instrumentaliser à des fins personnelles. Comme on peut le constater, le désaveu a été cinglant pour un baron du Comité Exécutif qui avait plutôt à cœur de démontrer à son mentor d’ancien PM que son soutien repose sur des assises politiques réelles. Pis: en lieu et place du report envisagé par Zoumana Mory Coulibaly, la réunion a plutôt tourné en un impitoyable réquisitoire contre le 7ème vice-président et non moins secrétaire général de l’Adéma de Bla.

Selon nos indiscrétions, le déclic est parti d’un signataire de la lettre de protestation, en l’occurrence Ahmed El Madani Diallo.

Le secrétaire général de la section Adéma de Ségou n’est pas allé de mainmorte pour qualifier de comportement anti-militant la démarche de son camarade et son document de tract. Il n’en fallait pas plus pour que tout un torrent de récriminations proviennent d’autres membres du Comité Exécutif tout aussi excédés par la constance des écarts disciplinaires au sommet du PASJ. Il y eut par exemple cette sortie publique de “Zou” pour annoncer le soutien à la candidature de Modibo Sidibé, après que le CE ait pourtant publiquement tranché la question de son appartenance à l’Adéma. Il y eut également d’autres épisodes plus audacieux comme l’inauguration du siège des clubs de soutien à l’ancien PM auxquels des monts et des merveilles avaient été promis par le même responsable auparavant, ainsi que le parrainage d’une manifestation publique pour le compte de l’ancien PM à la devanture du siège de l’Adéma-PASJ. C’est pour l’ensemble de ces épisodes longtemps encaissés que le chef du Bureau des Produits Pétroliers a dû payer, à la réunion du vendredi, par une pluie d’accusations sur sa personne. Mais l’intéressé n’a daigné esquiver les coups, selon nos sources, et a courageusement  reconnu avoir effectivement été le principal  instigateur des signatures en faveur du report des dates pour le compte de la région de Ségou. Face à sa témérité, nous a-t-on rapporté, le Comité Exécutif, par une écrasante majorité de ses membres, l’a mis en garde en lui signifiant que le Parti de l’Abeille n’en est plus au stade où il peut tolérer les dérives anti-disciplinaires et s’emploiera à y mettre un terme par des sanctions aussitôt après la désignation de son candidat.

Il s’agit, comme  il est loisible de le comprendre, d’un rappel à l’ordre voire d’une menace de représailles qui n’est point tombée non plus dans une oreille de sourd. Et pour cause: le 7ème vice-président, toujours selon nos sources, aurait rétorqué en laissant entendre que les mesures disciplinaires auront trouvé qu’il a déjà dit ses adieux à l’Adéma-PASJ.

Nonobstant, Zoumana Mory Coulibaly a choisi de pousser le bouchon jusqu’au fond en faveur de son mentor, en soulevant notamment la question de la recevabilité de la candidature de Modibo Sidibé. Ce à quoi ses camarades lui ont répondu que la commission de dépouillement s’en chargera conformément à la position du Comité Exécutif sur le sujet.

Par A.Keïta

Aurore 20/06/2011