CONSEQUENCE DU COUP D’ETAT DU 22 MARS Le Mali n’est plus sur la liste des Etats sûrs

Les ressortissants du Mali déposant une demande d’asile en Suisse auront dorénavant droit à un examen de leur qualité de réfugié. Cette possibilité découle du fait que le Conseil fédéral a décidé vendredi de biffer le Mali de la liste des Etats sûrs

Depuis début 2007, le Mali était considéré comme un Etat sûr. Au printemps de cette année, toutefois, après plusieurs années de stabilité politique, le pays a connu un bouleversement majeur : son gouvernement élu démocratiquement a été renversé par un putsch militaire. Simultanément, le soulèvement d’une coalition de groupes islamistes et de rebelles touaregs a entraîné une scission du Nord du pays. Il est très peu probable que le Mali parvienne rapidement à retrouver un véritable ordre démocratique.

Compte tenu de la détérioration de la situation des droits de l’Homme au Mali après le putsch militaire survenu au printemps, ce pays africain n’est plus considéré comme sûr, a précisé le Département fédéral de justice et police (DFJP). Les demandes d’asile déposées par des ressortissants de ce pays auront dès lors à nouveau droit à un examen sous l’angle matériel.

Dès lors, le Conseil fédéral a décidé de ne plus classer le Mali parmi les Etats tiers sûrs (“Safe Countries”). Les conclusions du Conseil fédéral s’appuient notamment sur des analyses et un état des lieux de l’Office fédéral des migrations (ODM), partagés par le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE).

.
L’ndicateur du renouveau 17/09/2012