Communiqué n°02/ 2012-MNLA : le signe annonciateur de l’attaque du 17 janvier

Après plusieurs mois de tentatives de négociations, de médiations, d’appel à la
raison du MNLA, en direction de monsieur le Président de la République du Mali
Amadou Toumani Touré (A.T.T), voici la réponse en guise de non-recevoir:
• Manœuvres médiatiques et diplomatiques en vue d’assimiler le MNLA à l’AQMI,
aux trafiquants de drogues, à l’armée de Kadhafi en déroute;
• Instrumentalisation des populations (création et armement des milices) pour
s’attaquer aux civils après le passage de l’armée;
• Déploiement de l’armée malienne dans l’Azawad;
• Prédisposition des avions de guerre sur le territoire de l’Azawad;
• Multiples exactions de l’armée et des forces de sécurité (fouilles systématiques,
confiscation de matériels, humiliations des populations).
Nous prenons à témoin la communauté internationale devant l’ampleur de la
mauvaise foi de monsieur A.T.T et son choix délibéré pour la violence comme
moyen de règlement du problème politique, économique et social de l’Azawad qui
perdure depuis l’indépendance du Mali.
Moussa AG Acharatoumane, responsable des droits de l’homme MNLA

Le MNLA «ouvert à un dialogue sincère»
Le Mouvement National pour la Libération de l’Azawad (MNLA) exprime ses vifs
remerciements aux Autorités Françaises pour l’intérêt qu’elles accordent à la
révolution du peuple de l’Azawad.
Le bureau exécutif, salue l’initiative de la France, telle qu’exprimée par son Ministre
des Affaires Etrangères, Son Excellence Alain Jupé face au Sénat Français ce mardi
07/02/2012, soutenant que la question de la révolution du peuple de l’Azawad, mérite
d’être traitée au fond pour une issue définitive, étant donné que militairement, le Mali
a échoué face aux combattants du MNLA.
Le Mouvement National pour la Libération de l’Azawad (MNLA) se déclare ouvert
à un dialogue sincère sur le principe du respect et de la reconnaissance du droit à
l’autodétermination au peuple de l’Azawad.
Le Mouvement National pour la Libération de l’Azawad (MNLA) accueille
ouvertement le soutien de la France pour la recherche d’une solution durable et
définitive de cette crise.

La MNLA a annoncé dans un communiqué, que la guerre qui vient d’éclater au nord
du Mali lui a été imposée par le gouvernement, “qui n’a, à aucun moment voulu
engager un dialogue sérieux avec les habitants de l’Azawad à propos de leur droit de
disposer d’eux-mêmes”.

Notre commentaire:
Ce communiqué du MNLA n’est ni plus ni moins qu’une provocation, parce
qu’il continue de parler de «l’autodétermination au peuple de l’Azawad».
Les responsables cette rébellion savent bien qu’aucun Malien n’acceptera,
même au prix de son sang, céder un centime de notre vaste territoire.
Ensuite, la mauvaise foi du MNLA est manifeste, lorsqu’il affirme que «c’est le
gouvernement qui lui a imposé cette guerre, qui n’a, à aucun moment voulu
engager un dialogue sérieux avec les habitants de l’Azawad à propos de leur
droit de disposer d’eux-mêmes». Tout le monde sait que si ATT est aujourd’hui
en porte-à-faux avec l’opinion publique, c’est parce qu’il s’est obstiné à
vouloir dialoguer avec les bandits en leur accordant des avantages qui jurent
souvent avec la Constitution. Tout cela, pour éviter au Mali cette guerre inutile.
Malheureusement, ATT a été payé en monnaie de singe.
Chahana Takiou

22 Septembre 16/02/2012