Cheick Modibo Diarra annoncera sa candidature entre mai et juin prochain

Pour l’astrophysicien, son ambition de diriger le Mali est pour lui un remboursement de la dette morale contractée auprès du peuple malien : « on ne peut pas se faire éduquer par ses citoyens, avoir son diplôme, mener une vie aisée, alors que le pays s’effondre dans un marasme économique et mental », prêche-t-il.
“Nous avons toujours eu une grande ambition pour le Mali et l’Afrique. Notre vision, nous l’avons exprimée et concrétisée à travers de nombreuses activités sur le terrain”, a déclaré Cheick Modibo Diarra lors de la cérémonie de lancement de son parti.

Il a fait savoir que ce parti est l’expression de la volonté d’hommes et de femmes déterminés à donner une autre image du Mali. “A la demande d’hommes et de femmes de tous les horizons d’ici et ailleurs, nous avons décidé de traduire cette vision en projet de société soutenu par un parti politique”, a-t-il souligné.
Les objectifs de ce parti, selon Modibo Diarra, sont la construction par l’exercice démocratique des pouvoirs d’une société qui offre une égalité de chances à ses citoyens et la promotion du libre exercice des libertés individuelles et collectives.

“Le RPDM s’attachera à l’instauration des relations de bon voisinage et des règlements pacifiques des conflits les principaux cardinaux de la gouvernance, à assurer autosuffisance alimentaire du pays, à favoriser l’accès de tous à la santé et l’accès universel à une éducation primaire de qualité”, a-t-il ajouté.
C’est dire qu’après sa vie d’astrophysicien, Cheick Modibo Diarra, est décidé à gravir les marches de Koulouba en 2012.

Lui qui vient à peine de commencer avec cette marche vers Koulouba fera certainement des ravages au sein de la classe politique pour arriver à ses fins. Déjà le Congrès national d’initiative démocratique (CNID Faso Yiriwa Ton) de Me Mountaga Tall a fait les frais de l’intrusion du navigateur interplanétaire dans la vie politique. Le premier vice-président de son parti n’est autre que l’ancien maire CNID de Ségou, Mamadou Fanta Simaga qui était fièrement installé au présidium le dimanche dernier aux côtés de Cheick Modibo Diarra. D’importants débauchages sont annoncés pour les jours à venir.
Cheick Modibo Diarra est le beau-fils de l’ancien président malien Moussa Traoré renversé en mars 1991 après 23 ans de pouvoir, par un coup d’Etat militaire dirigé par l’actuel président Amadou Toumani Touré.

Abdoulaye Diakité

L’ Indicateur Renouveau 09/03/2011