Brèves

Avant l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) et la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO), c’est la Banque mondiale et le fond monétaire international qui avaient décidé du gel des financements à la Côte d’Ivoire par la Banque mondiale.

Côte d`Ivoire/BCEAO: décisions non-appliquées pour raisons “techniques” selon Dacoury-Tabley

Le gouverneur démissionnaire de la Banque centrale des Etats d`Afrique de l`Ouest (BCEAO), Philippe-Henry Dacoury-Tabley, a affirmé samedi que c`est pour des raisons “techniques” qu`il n`a pu appliquer des décisions pour isoler le président ivoirien sortant Laurent Gbagbo.
“C`est pour des raisons très techniques que nous n`avons pas pu mettre en oeuvre les décisions des chefs d`Etat. C`est ce que j`ai essayé de leur expliquer”, a déclaré à des journalistes M. Dacoury-Tabley.
“C est avec tristesse que je m`en vais parce que c`est une institution que j`aime beaucoup”, a-t-il ajouté à propos de la BCEAO.

Le gouvernement de Laurent Gbagbo saisit la Cour de justice de l’Uemoa

Le gouvernement de Laurent Gbagbo a immédiatement « récusé cette décision, illégale, nulle et de nul effet », selon le porte-parole du Ahoua Don Mello. Ce dernier a dénoncé la précipitation de la décision des chefs d’Etats  alors que, dit-il, le gouvernement du président ivoirien sortant a un recours pendant devant  la Cour de justice de l’Uemoa. « Le gouvernement récuse cette décision et rejette la démission de Philippe-Henri Dacoury-Tabley », a-t-il ajouté. Ahoua Don Mello a précisé que « toutes les dispositions sont prises pour assurer le bon fonctionnement du système bancaire ivoirien ».

Source RFI 24/01/2011