ASSOCIATIONS Ecoles : l’AEEM troque la hache de guerre contre l’arme de la persuasion

L’Association des élèves et étudiants du Mali (AEEM) n’utilisera plus les poings, mais les arguments pour faire valoir ses droits. C’est l’assurance donnée aux autorités scolaires par le bureau de coordination de l’AEEM à la clôture de sa Semaine le week-end dernier.

Autour du thème “Sécurité, paix et réconciliation, l’AEEM s’engage”, les activités de la 1re édition de la Semaine scientifique, culturelle, pédagogique et sportive de l’Association des élèves et étudiants du Mali se sont déroulées. La semaine a été marquée par des concours de débats ou catch universitaire, des prestations d’artistes, un tournoi de football, un dîner de gala…
L’événement a enregistré la participation de plusieurs autorités universitaires et administratives, les représentants des deux ministères en charge de l’Education, des étudiants des universités de Bamako et de Ségou.
Pour le secrétaire général du bureau de la coordination de l’AEEM, Abdoul Salam Togola, cette rencontre a été un espace de promotion de la cohésion, de la citoyenneté et de l’intégration entre tous les élèves et étudiants du Mali.
“Ça été une réussite. Ce n’était facile mais avec le courage des uns et des autres, nous sommes arrivés à atteindre nos objectifs. Le débat inter universitaire est une nouvelle manière de lutte des élèves et étudiants du Mali. Ce n’est plus avec les armes. Ce n’est plus les coups de poing. C’est avec des arguments que nous allons nous affronter”, a promis M. Togola.
Le recteur de l’Université des lettres et des sciences humaines de Bamako, Pr. Macky Samaké s’est félicité de l’initiative :”J’ai compris et cela est confirmé par les différents messages que l’AEEM a pris une bonne ligne qui est celle de la paix. Je pense sincèrement que l’AEEM a un grand rôle à jouer pour ce qui est le thème de la Semaine : paix, sécurité et réconciliation. Ce que j’ai entendu me réconforte”.
Au cours de cette semaine, le catch le plus spectaculaire a mis aux prises l’Université des sciences sociales et de gestion de Bamako et celle des sciences juridiques et politiques de Bamako au tour du thème : l’insécurité, un blocage pour le développement.
A l’issue d’une belle joute oratoire, l’Université des sciences juridiques et politiques de Bamako a été déclarée championne. Et le prix du meilleur orateur est revenu à Seydou Ballo de l’Université des Sciences sociales et de gestion de Bamako.
Ousmane Sagara