Stade 26 mars interdit aux clubs des amis de Moussa Sinko Coulibaly : IBK et son Gouvernement pointés du doigt

472

Entre le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta et l’ancien Directeur général de l’Ecole de maintien de la paix Alioune Blondin Bèye, le Général Moussa Sinko Coulibaly, c’est désormais la guerre ouverte. C’est le moins que l’on puisse dire depuis que la Direction du stade du 26 Mars s’est subitement rétractée à louer, le 20 janvier 2018, le stade aux membres des clubs de soutien au Général démissionnaire après avoir, au préalable, donné son consentement à la suite de plusieurs semaines de négociations. Et derrière ce changement de veste de dernière minute, le Général Moussa Sinko Coulibaly voit la main visible du président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta et son Gouvernement dirigé par Soumeylou Boubèye Maïga. Lors d’un point de presse qu’il a animé, cet après-midi, au Quartier général de la « Plateforme pour le changement », a pris l’opinion nationale à témoin de l’injustice subie par son mouvement du fait du régime. « Nous tenons à informer que le président Kéïta et son Gouvernement dirigé par le Premier ministre Maïga ont décidé de saboter le lancement du mouvement populaire « Plateforme pour le changement ». Depuis plusieurs semaines, les sympathisants et membres des clubs de soutien à Moussa Sinko Coulibaly ont entamé les démarches nécessaires pour la location du stade du 26 mars afin de procéder  au lancement de la Plateforme pour le changement. Après avoir conclu un accord avec la direction du stade, les membres des clubs de soutien à Moussa Sinko Coulibaly ont entrepris de communiquer à la communauté nationale et internationale la date du 20 janvier pour le lancement du mouvement populaire « Plateforme pour le changement ». Le président Kéïta et son Gouvernement dirigé par le Premier ministre Maïga, après avoir constaté qu’un demi-million de Maliens sont prêts à  aller au stade pour manifester leur désir de changement, ont décidé d’annuler l’autorisation qui nous avait été au préalable accordée », s’est indigné le Général qui ajoute que plusieurs négociations ont été menées dans le souci de maintenir le climat de paix sociale sans succès. « Au passage, le président IBK et son Gouvernement avancent le motif que l’association Ançardine internationale a détruit et rendu le stade inutilisable pour plusieurs mois. Notre surprise a été grande quand voulant chercher des solutions de rechange, nous avons découvert que les instructions ont été données à tous les établissements publics de refuser l’accès aux forces du changement, en particulier celles qui soutiennent Moussa Sinko Coulibaly. Un régime qui ferme les stations radio sans raison, un régime qui harcèle les stations télé sans raison, un régime qui empêche les manifestations publiques sans raison : on appelle ce régime en français une dictature. Nous demandons à cette dictature d’arrêter sans délai ce petit jeu qui ne mène nulle part », a dit Moussa Sinko Coulibaly.

Par ailleurs, Moussa Sinko Coulibaly poursuit en disant le mouvement Plateforme pour le changement maintient toujours la date du 20 janvier 2018 pour le lancement de ses activités. Mais sur un terrain privé.

Youssouf Z KEITA

www.diasporaction.fr