STABILISATION, REDRESSEMENT ET RELANCE DU MALIba IBK arrive ! Enfin, un vrai Président à Koulouba ?

La forte mobilisation pour les deux tours de ce scrutin présidentiel atteste de la soif des populations pour enfin plus de démocratie, de justice, de progrès et de bonheur partagé.

Le candidat qui incarnait le mieux le profil adapté à de telles attentes a été élu.
Passé le moment d’euphorie de la victoire ( ?), l’heure doit surement être à la méditation sur les énormes défis actuels et les enjeux de la renaissance d’une Nation forte et respectée qui occuperait gaillardement la place qui doit être la sienne au double plans sous-régional et international. Pour ce faire, les seuls slogans et autres professions de foi d’une campagne électorale ne suffiront pas.

Il va devoir diriger. Ce qui suppose prendre des décisions importantes au moment opportun ; sanctionner quand il faut ; reconnaitre le mérite ; instaurer une justice égale pour tous, une administration respectueuse du citoyen lui-même désormais conscient de ses droits et obligations vis-à-vis de la République… Ce qui n’a pas toujours été le cas avec les régimes qui se sont jusqu’à présent succédés dans notre pays.

Le Mali doit non seulement renaitre, mais il doit également se positionner définitivement comme une nation respectueuse de son passé et soucieuse de l’avenir de ses fils et filles de par le monde tout en tenant compte de la perpétuelle et permanente évolution de son environnement.

Victime d’une rébellion jamais égalée dans son histoire plus que cinquantenaire, le Mali a été fortement ébranlé ces deux dernières années par plusieurs facteurs tant endogènes qu’exogènes. Tout ou presque a été dit et écrit à ce sujet. Surement les historiens aideront à une meilleure compréhension des raisons profondes à la base d’une telle chute vertigineuse d’une nation jusque-là reconnue pour la solidité de son socle socioculturel.

Aujourd’hui, il est de notoriété à reconnaitre que redresser un Etat quasi-inexistant et un pays qui vit “sous tutelle” grâce à la solidarité de la communauté internationale, n’est pas chose aisée quelles que soient les capacités et les compétences d’un seul individu, fut-il un certain Ibrahim Boubacar Keita, ancien Premier ministre d’Alpha Oumar Konaré, ancien président du parti majoritaire et ancien président de l’Assemblée nationale également.

L’homme a le parcours qui sied à ses nouvelles missions. Il reste maintenant à prouver qu’il en a les moyens, tellement les défis sont grands, surtout qu’il s’apprête à succéder à un pouvoir de transition qui semble tout mettre en œuvre pour ne pas lui faciliter la tâche au regard de certains de ses actes récents.

Certainement, le président élu a sa propre lecture et analyse de la situation d’ensemble du pays. Mais, s’il y a une certitude que tous les observateurs partagent, c’est le fait que l’état des lieux est loin d’être reluisant et que sa mission ne sera pas du tout une partie de plaisir.

D’une brève présentation de la situation, il est évident que le Chef de l’Etat devra, dès sa prise de fonction, courageusement faire face  à tous ces dossiers qui se disputent l’urgence, sans ordre de priorité précis.

Il s’agit entre autres des problèmes au sein des forces armées et de sécurité, dont certains éléments (des Bérets rouges) viennent d’être radiés pour “acte d’indiscipline” ; les présumés grincements de dents entre ex-camarades du Cnrdre ; les promotions à la pelle au nom d’une soi-disant réconciliation qui ne tiennent malheureusement pas compte du mérite ; le bradage des ressources du pays à des multinationales minières par un régime de transition qui semble outrepasser ses prérogatives en la matière ; une corruption outrancière gangrenant tous les secteurs de la vie nationale ; une justice qui n’existe que de nom malgré la volonté d’un jeune ministre et la détermination d’un Procureur général dont les prises de position ont souvent dérangé jusqu’au sommet de l’Etat ; le panier de la ménagère qui s’effrite chaque jour davantage à ne plus pouvoir  assurer les trois repas ordinaires quotidiens ; le père de famille désemparé et gagné par la fatalité face aux multiples difficultés de la vie devenues insurmontables et insupportables ; le citoyen désabusé ne sachant plus à quel saint se vouer tant le pays est dessus-dessous, le désordre grand, la pauvreté avilissante, la mal gouvernance endémique et le désespoir sans limite, etc.

Pour tout dire, IBK a du pain sur la planche pour prétendre redresser une telle situation. Y parviendra-t-il ? C’est l’équation à plusieurs inconnues selon nombre d’observateurs. Cependant, les citoyens mêmes auront une très grande part dans la réussite des nouvelles autorités. En effet, il faut que chacun accepte de jouer franchement sa partition, de faire des sacrifices, de mettre l’intérêt supérieur de la nation au-dessus de toutes considérations personnelle, sectariste …

Il va nécessairement falloir opérer également le changement de mentalité qu’exige le renouveau tant souhaité et réclamé par tous. C’est à ces conditions et seulement à ces conditions que l’on aidera le nouveau régime à poser véritablement les jalons du Mali de nos rêves. En attendant, on peut continuer de se nourrir de nos espoirs et de notre espérance partagée en un avenir commun des plus radieux.

Bréhima Sidibé

L’ indicateur Renouveau 2013-08-22 15:31:42