Rentrée des cours et tribunaux : Quand les grèves enseignantes inspirent le judiciaire

Le thème de cette année  intitulé “Droit de grève : force et faiblesse”  atteste de la volonté des pouvoirs publics et de la famille judiciaire de faire de notre pays un havre de paix et de prospérité. Il va surtout permettre d’apprécier l’usage du droit de grève au Mali à travers des analyses pertinentes.

Il s’agira surtout de tirer profit de certains événements récents vécus comme les grèves illimitées des professeurs dont ont souffert l’école et les populations maliennes. En effet, notre capitale grouille d’étudiants venus de l’intérieur comme de l’étranger. Ces étudiants sont logés soit chez des parents ou au campus universitaire. Souvent n’ils ont pas de soutien autre que la bourse scolaire et quelque apport matériel et financier des parents.

Avec l’arrêt des cours pour cause des grèves du corps professoral de nos établissements supérieurs, ils vivent un calvaire par moments. Les étudiants en général et ceux venus des régions sont les plus touchés par ces grèves perlées. Vu la situation de plus en plus insupportable, beaucoup d’étudiants ont choisi d’autres voies de recours pour s’en sortir.

Pour éviter à notre pays de revivre les grèves illimitées aux conséquences incalculables, les hommes et les femmes seront appelés à réfléchir et à donner des pistes de solution pour éviter l’usage abusif de ce droit.

Abdoulaye Diakité

L’ Indicateur Renouveau 08/11/2010