Remise du “Prix Kéba Mbaye pour l’éthique”, le 16 avril prochain à Amadou Toumani Touré

Outre le rétablissement de l’Etat, la consolidation de l’indépendance de la magistrature et l’appui à l’éclosion d’une presse libre au Mali, le lauréat est récompensé pour ses activités humanitaires et de médiation dans le monde.

Sous la direction du président Touré, indique le communiqué de la Fondation Kéba Mbaye, son pays s’est révélé “une démocratie exemplaire dotée d’une constitution respectée”.

Créée en septembre 2008, la Fondation Kéba Mbaye est reconnue d’utilité  publique, dans le but “de perpétuer et d’honorer la mémoire du juge” qui s’était toujours battu pour une société juste et paisible.

La fondation réalise l’octroi de bourses universitaires et sportives, l’aide à l’édition d’ouvrages traitant de la question de l’étique, des droits de l’homme, ainsi que l’aide aux daaras et le don d’équipements sportifs.

En prélude à la remise du premier à son premier lauréat, un diner de gala sera animé par l’artiste-chanteur Youssou Ndour, le 15 avril au Méridien-Président de Dakar.

Kéba Mbaye est décédé le 11 janvier 2007 à Dakar, à l’âge de 82 ans, après avoir occupé les fonctions de Premier président de la Cour suprême (1964-1982) et président du Conseil constitutionnel du Sénégal (1990-1993).

Ancien vice-président de la Cour internationale de justice de la Haye et de vice-président du Comité international olympique (CIO), M. Mbaye a créé le comité d’éthique du CIO et le Tribunal arbitral du sport (TAS) dont il fut le président jusqu’à sa disparition.

APS

L’ Indicateur Renouveau 18/03/2011