RAPPORT DE LA BANQUE MONDIALE L’économie malienne résiste bien

53

Le Mali, L’Ethiopie, le Kenya, la Côte d’Ivoire, le Rwanda, le Sénégal et la Tanzanie qui, à en croire cette institution, “continuent de montrer une résilience économique, aidés en cela par la demande intérieure”.
La Banque mondiale rappelle que ces pays qui ont affiché des taux de croissance annuels supérieurs à 5,4 % entre 2015 et 2017, concentrent près de 27 % de la population de la région et représentent 13 % de son Produit intérieur brut (PIB) total.
Ce rapport note que la croissance économique en Afrique subsaharienne est en train de rebondir en 2017, après avoir enregistré en 2016, son niveau le plus bas depuis plus de deux décennies.
“La région montre des signes de reprise et la croissance devrait y atteindre 2,6 % en 2017. Cette reprise reste néanmoins faible, et la croissance économique ne devrait se situer que légèrement au-dessus de la croissance démographique, soit un rythme qui entrave les efforts en faveur de l’emploi et de la réduction de la pauvreté”, ajoute le rapport.
Le Nigéria, l’Afrique du Sud et l’Angola sont les principales économies du continent “qui enregistrent un rebond après le ralentissement brutal de 2016, mais ce redressement est lent en raison d’un ajustement insuffisant par rapport à la baisse des prix des matières premières et à l’incertitude des politiques”.
En outre, plusieurs pays exportateurs de pétrole de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (Cémac) sont confrontés à des difficultés économiques.
Commentant ce rapport au cours d’une discussion avec des journalistes de plusieurs capitales africaines, l’économiste en chef de la Banque mondiale pour la région Afrique, Albert Zeufack, a souligné qu’alors “que les pays procèdent à des ajustements budgétaires, nous devons faire en sorte que la conjoncture demeure propice à l’investissement afin que les pays d’Afrique subsaharienne connaissent une reprise plus forte”.
Dans l’ensemble, le rapport appelle à la mise en œuvre urgente de réformes visant à améliorer les institutions qui promeuvent la croissance du secteur privé, développer les marchés financiers locaux, améliorer les infrastructures et renforcer la mobilisation des ressources intérieures.

P5
TRANSFERT DES RESSOURCES FINANCIERES AUX CT : Oxfam fait le point de son étude

Le transfert des 30% des recettes budgétaires de l’Etat aux Collectivités territoriales (CT) pour leur développement reste une préoccupation dans sa mise en œuvre. Pour faire le point de la situation, Oxfam, en partenariat avec la Coopération Suisse au Mali, a fait la restitution de l’étude qu’elle a menée sur la question.

Cet atelier d’hier qui a regroupé, en plus d’Oxfam et la Coopération Suisse, les acteurs de la société civile, les agents des Collectivités locales et les médias, avait pour but de faire l’état d’avancement dans la mise à la disposition des 30% des recettes budgétaires aux CT. Il a été aussi un cadre d’échange et de proposition pour rendre effectif le transfert de ressources aux CT.
Cette rencontre s’est tenue à l’hôtel Massaley, sous la présidence du représentant du Haut conseil des collectivités (HCC), Abdoul Karim Yattara, il était accompagné du coordinateur du programme gouvernance à Oxfam, Fousseyni Diabaté et le chargé de programme gouvernance et paix à la Coopération Suisse au Mali, Abdoul Wahab Dieng.
Le transfert des ressources aux CT est une initiative de l’Etat depuis 2012 pour permettre aux collectivités d’assurer leur développement local en renforçant leur capacité organisationnelle et institutionnelle. Elle devrait être effective en 2018. Mais à un an de ce délai butoir, le transfert de ressources aux collectivités reste à moins de 20%, selon le résultat de l’étude. Malgré l’engagement de l’Etat, les collectivités restent dépendantes, sur le plan de réalisation, à des organes extérieurs à plus de 90 %.
“Plus de 90% des réalisations des Collectivités territoriales sont de l’extérieur et moins de 10% du gouvernement, malgré son engagement à mettre à la disposition de collectivités 30% des recettes budgétaires pour son développement”, a regretté M. Dieng.
Pour atteindre l’objectif principal de la décentralisation, qui n’est autre qu’encourager et favoriser le développement local, le transfert de ressources et de compétences est une nécessité. “Quelle que soit la collectivité sans les ressources nécessaires, elle ne peut pas répondre aux besoins de sa population. Le transfert de compétence et des ressources promis par l’Etat est un passage obligatoire pour assurer le développement communautaire”, a rappelé Abdoul Karim Yattara du HCC.1
Pour faire du transfert des compétences et des ressources financières aux collectivités une réalité, Oxfam propose de l’amélioration du transfert des ressources financières conditionnelles et de la réforme de la fiscalité locale.
Youssouf Coulibaly