POUR UNE EDUCATION DE BASE DE QUALITE “Apprendre par les Tic” fait son entrée à Sikasso

Image illustrant le réseau internet.

Pour améliorer la qualité de l’enseignement fondamental au Mali, l’AEA, à travers l’Agence française de développement (AFD) et Orange-Mali, vient de lancer un projet appelé “Apprendre par les Tic”.

Relever le niveau des compétences professionnelles de 840 maîtres du fondamental et la qualité de l’éducation primaire dans deux Académies d’enseignement de la région de Sikasso est l’objectif visé par l’association Aide et action et ses partenaires AFD et Orange-Mali. Le projet “Apprendre par les Tic” a été lancé jeudi dernier au siège de DFA-Communication à l’ACI-2000.

Bien planifié et doté d’un support scientifique, “Apprendre par les Tic” contribuera à améliorer la qualité de l’éducation : en testant de nouvelles modalités de formation initiale et continue des enseignants à travers la rénovation de leurs pratiques pédagogiques pour un développement plus efficace des compétences des élèves via la téléphonie mobile.

Pour y parvenir, le projet créera des ressources pédagogiques en ligne et off-line en sciences et en mathématiques et dotera 720 maîtres en livrets imprimés, en fichier et vidéo, puis 120 directeurs d’école en livrets pour administrer et animer les équipes pédagogiques.
En plus, 24 tuteurs seront formés à l’utilisation des Tic, 2 conseillers en animation pédagogique verront leurs capacités renforcées, à travers une plateforme accessible via le web.

Le coût de ce projet novateur de l’AEA et ses partenaires est estimé à 716 370 euros, dont 68 694 euros sont à rechercher. Il durera 2 ans avec pour résultats : amener 720 maîtres en poste dans 120 écoles primaires de la région de Sikasso à développer des méthodes pédagogiques facilitant les apprentissages en sciences et en mathématiques et utiliser un langage mieux adapté à l’enseignement des disciplines.

“Apprendre par les Tic” concernera exclusivement les élèves et enseignants des classes de 5e et 6e années de l’école fondamentale.

Zoumana Coulibaly

Encadré
Constat alarmants
Tous les acteurs de l’école s’accordent pour déplorer la mauvaise qualité de l’enseignement primaire. Parmi les causes de cette dégradation figurent les faibles compétences des enseignants (liées au recrutement massif d’enseignants contractuels, le plus souvent sans niveau académique et sans formation pédagogique préalable, à la faiblesse du dispositif de formation initiale des enseignants…)
S’y ajoutent les faibles performances du dispositif de formation continue et d’encadrement des enseignants et les faibles capacités et motivations des chefs d’établissements à administrer et à animer les équipes pédagogiques des écoles.
Z. B.

Source: L’Indicateur Du Renouveau