Oumar Mariko-Kafougouna kone:La joute reportée au 2 décembre

Joint par nos soins, le député du groupe PARENA-SADI, l’honorable Oumar Mariko, non moins 9ème vice-président de l’Assemblée nationale, a soutenu que le Mali ne peut pas continuer dans l’impunité et le laisser aller que profitent les maires pour s’adonner à des spéculations foncières inacceptables. Son interpellation concernera précisément des dossiers fonciers dans les six communes de Bamako,  la commune urbaine et le cercle de Kati devenue un sanctuaire des spéculateurs fonciers. Il souhaite obtenir des explications du ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, Kafougouna Koné, sur les dossiers en souffrance depuis des années sur sa table et surtout la lettre circulaire ayant pour objet “la levée de la mesure de suspension des attributions de parcelles de terrains du domaine privé immobilier de l’Etat ” dans laquelle le ministre souligne qu’ ” il m’est revenu que des attributions de terrains ont été effectuées pendant la période de suspension en dépit de mes instructions… “.

Le député  de l’opposition qui prévient qu’il va dire ce qu’il pense, a le soutien des centaines de personnes victimes de déguerpissement et de spoliation.  On dit que les maires agissent avec la complicité des autorités politiques et judiciaires de notre pays. Dans des différentes décisions d’attributions de parcelles dans le district de Bamako, il ressort que les lotissements dans les différents quartiers de Bamako ( Yirimadio en commune VI et Kalambabougou et Djicoroni à Côté de l’ex-institut Marchoux)  et à Kita ont d’abord profité aux directeurs généraux de la police et de la gendarmerie, les chefs d’Etat majors, des responsables des renseignements généraux, les magistrats et les ministres et leurs collaborateurs ainsi qu’à des conseillers à la présidence de la République. Certains ont promis de mettre à la disposition d’Oumar Mariko les copies de ces dossiers très compromettants. C’est donc avec beaucoup d’impatience et d’intérêt qu’on attend la plénière du 2 décembre prochain qui verra aussi le vote la loi autorisant la création de  télévisions privées.

Abdoulaye Diakité

L’Indicateur Renouveau 26/11/2010