MORT DE 11 MILITAIRES MALIENS DANS UN RAID DE L’ARMEE FRANÇAISE : Le Mali confirme, la France continue de démentir

Malgré la confirmation dans un communiqué diffusé lundi par les autorités maliennes de la mort de 11 militaires maliens dans un raid de l’armée française dans la nuit du 23 au 24 octobre, à Abeïbara dans la région de Kidal, du côté français, on est catégorique et on dément toute bavure.
Pour Barkhane, il n’y a aucun doute sur la nature de la cible. C’est bien un campement terroriste, un camp d’entraînement qui a été touché. Au sein de la force française, on rejette donc toute accusation de bavure et on dénonce une manipulation.
“Parfois, il arrive que des otages soient retournés et rejoignent le camp des groupes armés”, rappelle l’armée française qui fait comprendre que, quel que soit leur statut antérieur, ce sont des terroristes qui ont été visés fin octobre.
De source française, on note aussi que c’est évidemment dans l’intérêt d’Iyad Ag Ghali, le chef du groupe terroriste visé, de faire porter le chapeau de la mort de soldats maliens à l’armée française. L’affaire sert aussi des intérêts politiques.
“Nous risquons de devenir le punching-ball des Maliens à l’approche de la présidentielle prévue l’année prochaine”, craint même une source contactée par RFI.