L’opposant ougandais Bobi Wine arrêté par la police

Le chanteur et député d’opposition Bobi Wine a été interpellé par la police, qui a utilisé du gaz lacrymogène contre ses partisans et le convoi qui l’emmenait vers le lieu d’un concert interdit par les autorités.

L’opposant ougandais Bobi Wine arrêté par la police

L'opposant Robert Kyagulanyi, alias Bobi Wine, lors d'un concert à Busabala, le 10 novembre 2018.
L’opposant Robert Kyagulanyi, alias Bobi Wine, lors d’un concert à Busabala, le 10 novembre 2018. Isaac Kasamani, AFP

Le chanteur et député d’opposition Bobi Wine a été interpellé par la police, qui a utilisé du gaz lacrymogène contre ses partisans et le convoi qui l’emmenait vers le lieu d’un concert interdit par les autorités.

PUBLICITÉ

Le chanteur et député d’opposition Bobi Wine a de nouveau été interpellé par la policeougandaise lundi 22 avril.

“Il a été arrêté (dans le quartier de) Busabala, où il devait parler aux médias à propos de l’annulation de son concert par la police”, a déclaré Barbie Itungo Kyagulanyi, l’épouse du chanteur. “Nous avons contacté ses avocats pour savoir où il avait été emmené”.

Le porte-parole de la police ougandaise Fred Enanga n’a lui pas voulu confirmer une “arrestation”, mais a indiqué que la police “l’avait interpellé et emmené en véhicule”.

Gaz lacrymogène

L’un des organisateurs du concert et partisan de Bobi Wine, Moses Mugwanya, présent sur place, a assuré que “la police a[vait] pénétré dans la voiture dans laquelle il se trouvait, l’a[vait] extrait de force, l’a[vait] mis dans un véhicule de police et emmené”. Les forces de l’ordre ont utilisé du gaz lacrymogène contre ses partisans et le convoi qui l’emmenait vers le lieu d’un concert interdit par les autorités.

“Bobi Wine, Robert Kyagulanyi de son vrai nom, avait prévu de donner un concert dans un club qui lui appartient sur une plage du lac Victoria. Mais les autorités ont décidé dimanche d’annuler le concert, évoquant des mesures de sécurité insuffisantes.

L’opposant ougandais Bobi Wine arrêté par la police

L'opposant Robert Kyagulanyi, alias Bobi Wine, lors d'un concert à Busabala, le 10 novembre 2018.
L’opposant Robert Kyagulanyi, alias Bobi Wine, lors d’un concert à Busabala, le 10 novembre 2018. Isaac Kasamani, AFP

Le chanteur et député d’opposition Bobi Wine a été interpellé par la police, qui a utilisé du gaz lacrymogène contre ses partisans et le convoi qui l’emmenait vers le lieu d’un concert interdit par les autorités.

PUBLICITÉ

Le chanteur et député d’opposition Bobi Wine a de nouveau été interpellé par la policeougandaise lundi 22 avril.

“Il a été arrêté (dans le quartier de) Busabala, où il devait parler aux médias à propos de l’annulation de son concert par la police”, a déclaré Barbie Itungo Kyagulanyi, l’épouse du chanteur. “Nous avons contacté ses avocats pour savoir où il avait été emmené”.

Le porte-parole de la police ougandaise Fred Enanga n’a lui pas voulu confirmer une “arrestation”, mais a indiqué que la police “l’avait interpellé et emmené en véhicule”.

Gaz lacrymogène

L’un des organisateurs du concert et partisan de Bobi Wine, Moses Mugwanya, présent sur place, a assuré que “la police a[vait] pénétré dans la voiture dans laquelle il se trouvait, l’a[vait] extrait de force, l’a[vait] mis dans un véhicule de police et emmené”. Les forces de l’ordre ont utilisé du gaz lacrymogène contre ses partisans et le convoi qui l’emmenait vers le lieu d’un concert interdit par les autorités.

“Bobi Wine, Robert Kyagulanyi de son vrai nom, avait prévu de donner un concert dans un club qui lui appartient sur une plage du lac Victoria. Mais les autorités ont décidé dimanche d’annuler le concert, évoquant des mesures de sécurité insuffisantes.

Vidéo intégrée

BOBI WINE

@HEBobiwine

VIDEO: @PoliceUg breaking into Bobi Wine’s car and arresting him

📸 @NinyeTabz

1 776 personnes parlent à ce sujet

Avant son arrestation, Bobi Wine avait indiquésur son compte Twitter que la police tentait de pénétrer dans sa voiture. “Du gaz lacrymogène tiré, des gens battus, beaucoup arrêtés”, avait-il dit. Plus tard, un message signé “admin” a été publié sur le même compte, assurant que le député avait été “violemment arrêté”.

Depuis qu’il s’est affirmé en 2017 comme un ferme opposant du président Yoweri Museveni, 74 ans et au pouvoir depuis 1986, les autorités ont à plusieurs reprises empêché Bobi Wine de se produire en public.

Le député d’opposition avait été arrêté et inculpé de trahison à la suite du caillassage du convoi de Yoweri Museveni, en marge d’une élection législative partielle à Arua, le 14 août 2018. Dans les échauffourées qui avaient suivi ce jour-là à Arua, la police avait ouvert le feu et tué le chauffeur de Bobi Wine.

Avec AFP

France 24