LIVRE BLANC N°2 DE L’OPI : Vingt-quatre mesures pour l’industrialisation malienne

Le nouveau document, qui sera remis aux autorités le 19 novembre à l’occasion de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique, propose 24 mesures pour la relance de l’industrie malienne. Le document a été présenté hier à la presse.

L’Organisation patronale des industriels du Mali (OPI) célèbre du 19 au 20 novembre 2016, la Journée de l’industrialisation de l’Afrique (JIA) à travers une foire au Parc des expositions de Bamako. Cette grande manifestation des industriels sera marquée par la présentation du tome II du Livre blanc élaboré pour relancer l’industrie malienne.
Sur quatorze pages, le document énumère 24 mesures pour relever le défi de l’industrialisation. Selon le président de l’OPI, Cyril Achcar, le livre préconise la réduction à 5 % uniquement pour les produits manufacturés et non importés, la suppression de la taxe sur les activités financière (Taf), la relecture du décret 299/P-RM du 3 juin 2002 portant sur la répartition des produits amendés, confiscations, pénalités, frais de poursuite et de prime sur les recettes budgétaires, l’application du tarif extérieur commun aux produits frauduleusement originaires de l’Uémoa et de la Cédéao dont l’agrément TPC est contesté.
De même, les industriels demandent l’implication de leur organisation dans le processus d’attribution les parcelles à usage industriel via le d’administration de l’Azi, la réduction du coût de cession des parcelles des zones industrielles, etc.
“Nous voulons amener l’industrie malienne à un niveau normal, c’est-à-dire porter sa contribution au PIB à un taux entre 10 % et 20 %. Une industrie qui permettra de créer des richesses et des emplois et d’améliorer durablement le niveau de vie des citoyens”, a ajouté le président Achcar.
Pour la célébration de la Journée de l’industrialisation de l’Afrique, l’OPI organise les 19 et 20 novembre, une foire d’exposition de produits made in Mali. Selon la présidente de la commission d’organisation, Mme Jamilla Ben Baba, plus d’une centaine d’exposants sont attendus et une soixantaine de société industrielles. Des panels seront également organisés.
Le directeur national de l’industrie, Sékou Kéita, a salué l’OPI pour les actes qu’elle pose ces dernières années pour le développement de l’industrie malienne. Selon lui, les industriels prennent leur rôle dans le développement du secteur. Il a réitéré l’engagement des plus hautes autorités à faire de l’industrie le moteur du développement de notre économie. D’où la création du ministère du Développement industriel.
Maliki Diallo