LITIGE FONCIER A MISSABOUGOU La Séma-SA et des populations à couteaux tirés

La situation est tendue à Missabougou depuis mardi dernier à propos de l’aménagement d’un “verger” de 12 ha par la Séma-SA. Se voyant dépossédés de leurs champs de maraichage, qu’ils cultivaient depuis plus de 30 ans, les occupants protestent vigoureusement et entendent tout mettre en œuvre pour empêcher l’aménagement.

Après un premier affrontement mardi dernier, les travaux d’aménagement ont continué hier sous la surveillance de forces de l’ordre. Selon les témoignages recueillis sur place, l’espace ne doit en aucun cas pas être vendu à la Séma, car il est réservé pour servir de verger à des maraîchers. “Il a été convenu entre la population de Missabougou et les autorités que cet espace serve strictement de verger”, a martelé Abdoulaye Daou leader des jeunes.

Forte de cet argument, la population est allée au charbon pour forcer l’arrêt de travaux. Cause perdue, puisque les manifestants ont fait face aux agents de la sécurité qui veillaient à la bonne exécution des travaux.

Compte tenu de l’ampleur de la situation, le maire de la Commune VI et celui délégué de Missabougou, ainsi que le député de Yélimané, l’honorable Mamadou Hawa Gassama, se sont rendus sur place pour s’imprégner de la réalité du terrain.

L’honorable Gassama a assuré les populations de son soutien, à condition qu’elles prouvent de ce qu’elles avancent.

Youssouf Coulibaly
Source:L’Indicateur Du Renouveau 12/05/2016