« Les enfants gâtés » de la République

Prévue par l’accord pour la paix et la réconciliation, la Conférence d’entente nationale (CEN) a démarré ses assises ce lundi à Bamako nonobstant le faux bond de la Coordination des mouvements de l’Azawad (CMA). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que la volonté de la communauté internationale de passer par cette étape de l’application de l’accord est respectée par le gouvernement du Mali. Mais comme pour la signature de l’accord de paix, les ex-rebelles auront droit à leur cérémonie à eux-seuls, imposés par eux.
Et le président lui-même a annoncé cette perspective. “Cette Conférence d’entente nationale est un train qui démarre. Et ceux qui ne l’auront pas pris dans cette gare peuvent toujours le rattraper à une autre gare, àune autre station. L’essentiel est qu’à l’arrivée, toute la famille soit réunie”.
Idem pour le président de la commission l’organisation qui a laissé entendre que la Charte pour la paix sera élaborée à uneautre occasion et que seule une ébauche du document sera faite au sortir de la CEN ». Une autre concession faite aux leaders qui risquent de ne jamais comprendre l’urgence de mettre fin à la crise. D’ailleurs, une dame résumait bien cette situation en rappelant que les « enfants gâtés sont toujours indifférents aux malheurs de la famille. Seuls leurs désirs et leurs plaisirs comptent ». Et conclut qu’IBK n’avait pas besoin d’attaquer les opposants, mais plutôt les « enfants gâtés » à l’origine de tous nos malheurs.
DAK