Le TGV : nouvelle cible d’Al-Qaïda ?

Les TGV sont-ils menacés ? Selon le journal populaire allemand Bild, qui cite des sources proches des services secrets, Al-Qaïda projetterait des attentats sur des TGV dans toute l’Europe. Ceux-ci pourraient prendre la forme d’actes de sabotage sur les voies, dans les tunnels, ainsi que des bombes dans les trains. D’après le quotidien allemand, l’Agence nationale de la sécurité américaine (NSA) a capté, il y a quelques semaines, une conversation téléphonique sur le sujet entre de hauts responsables d’Al Qaida. C’est pour cela que les autorités allemandes surveillent depuis plus de deux semaines les lignes empruntées par les ICE ainsi que les gares, à l’aide d’une série de mesures supplémentaires discrètes, telles des rondes de policiers en civil. Il y a naturellement toujours ce genre d’indications et “nous menons l’enquête”, a dit lundi un porte-parole du ministère allemand de l’Intérieur, Jens Teschke, lors d’un point presse régulier du gouvernement allemand.

Vulnérabilité

Vraies ou fausses, ces informations rappellent la vulnérabilité des TGV. A la fois pour la surveillance des milliers de kilomètres de voies ferrées mais aussi par l’absence de postes d’inspection filtrage avant l’embarquement à bord des trains, à l’exception de l’Eurostar. En effet, n’importe qui peut monter dans un train avec une bombe. La SNCF s’est refusée à tout commentaire

Pas de Vigipirate “écarlate”

En France, de sources proches des services antiterroristes français, on indiquait n’avoir pas été informé de l’interception d’une conversation téléphonique ou d’une menace d’attentat contre des trains, semblables à celles rapportées par Bild. Depuis les attentats de Londres, en juillet 2005, le plan Vigipirate  est au niveau rouge, soit quasiment le niveau le plus haut et on ajoutait : “on ne va pas passer au niveau écarlate”, explique-t-on, un niveau prévu en cas de menace d’attentat imminente et certaine. Dans le cadre du plan Vigipirate rouge, les gares et les trains font déjà partie des cibles potentielles bénéficiant d’une surveillance soutenue en France, avec notamment des patrouilles militaires.

En revanche, les mesures de sûreté ont été renforcées sur les chemins de fer en République tchèque à la suite d’informations parues en Allemagne voisine sur un risque d’attentats contre des trains en Europe, a indiqué lundi l’administration tchèque. Interrogé par l’AFP, le ministère britannique de l’Intérieur a refusé de commenter cet article.

 


Fabrice Gliszczynski | 19/08/2013, 15:08 – 365 mots

LT 2013-08-20 03:01:30