L’armée nigériane annonce la mort probable du chef de Boko Haram

Les Etats-Unis l’ont déclaré “terroriste international” et ont offert en mars 2013 une prime de 7 millions de dollars (5,3 millions d’euros) sur sa tête. Dans l’un de ses derniers messages vidéo, il affirmait : “J’aime tuer quiconque Dieu me demande de tuer, de la même manière que j’aime tuer des poulets et des moutons”.

Mercredi 14 août, les autorités du pays avait affirmé avoir tué le numéro 2 de Boko Haram, Momodu Bama, au cours d’affrontements armés début août dans le nord-est du pays. Une récompense de 25 millions de nairas (117 000 euros) avait été mise sur sa tête.

3 600 MORTS DEPUIS 2009

Malgré la percée de l’armée nigériane, Boko Haram a mené récemment plusieurs attaques dans le nord-est du pays. Ainsi, jeudi 15 août, des membres présumés du groupe islamiste ont tué onze personnes après avoir ouvert le feu sur des policiers et des civils à Damboa, dans l’Etat de Borno, un fief de la secte, où les autorités ont imposé l’état d’urgence.

Les violences de Boko Haram et leur répression souvent brutale ont fait 3 600 morts depuis 2009, selon l’ONG Human Rights Watch.

Le groupe rejette tout dialogue avec le gouvernement et affirme combattre pour la création d’un Etat islamique dans le nord du Nigeria. Des violences ont aussi eu lieu aux frontières du Cameroun, du Tchad et du Niger, et Boko Haram avait revendiqué en février l’enlèvement au Cameroun d’une famille française, relâchée en avril.

Le Monde.fr 2013-08-20 03:29:15