La Chine a gagné le combat de l’intelligence artificielle

La Chine a remporté la bataille de l’intelligence artificielle (IA) contre les États-Unis et se dirige vers une domination mondiale grâce à ses avancées technologiques, a déclaré l’ancien responsable des logiciels du Pentagone au Financial Times.

Selon les évaluations des services de renseignement occidentaux, la Chine, deuxième économie mondiale, devrait dominer d’ici 10 ans bon nombre des principales technologies émergentes, notamment l’intelligence artificielle, la biologie synthétique et la génétique.

Nicolas Chaillan, qui a été le premier chef des logiciels du Pentagone, a démissionné début septembre pour protester contre la lenteur de la transformation technologique de l’armée américaine. Selon lui, cette absence de réaction met les États-Unis en danger.

“Nous n’avons aucune chance de nous battre contre la Chine dans 15 à 20 ans.

À l’heure actuelle, c’est déjà une affaire réglée, c’est déjà fini à mon avis”, a-t-il déclaré au journal.

“Qu’il faille une guerre ou pas, c’est un peu anecdotique”.

Le géant asiatique est prêt à dominer l’avenir du monde, en contrôlant tout, des récits médiatiques à la géopolitique, a-t-il déclaré.

Elle mange 3 dattes par jour pendant 2 semaines, les résultats sont incroyables !

Trucs et Astuces
vous vous souvenez de lui ?

voyez à quoi il ressemble aujourd’hui (photo)
Dad’s News
Les plus belles ruines que l’on peut encore admirer dans le monde
Petit Futé
Ils attendaient une fille. Le médecin voit les scans et appelle la police
Do It Houses
Une femme refuse de retirer son sac du siège, elle en tire une belle leçon
Bedtimez
par Taboola Contenu Sponsorisé
Nicolas Chaillan a mis en cause la lenteur de l’innovation, la réticence des entreprises américaines telles que Google à travailler avec l’État en matière d’intelligence artificielle et les débats éthiques sur cette technologie.

Google n’était pas immédiatement disponible pour un commentaire.

Selon Nicolas Chaillan, les entreprises chinoises sont obligées de travailler avec leur gouvernement et font des “investissements massifs” dans l’IA sans tenir compte de l’éthique.

Dans le même temps, les moyens de cyberdéfense des États-Unis dans certains ministères sont au “niveau de la maternelle”, déplore-t-il.

L’ancien chef des logiciels du Pentagone a regretté lors de sa démission que des responsables militaires soient chargés d’initiatives cybernétiques pour lesquelles ils manquent d’expérience, selon lui.

Un porte-parole du département de l’armée de l’air a déclaré que Frank Kendall, secrétaire de l’armée de l’air américaine, avait discuté avec Nicolas Chaillan de ses recommandations pour le développement futur des logiciels du département après sa démission et l’avait remercié pour ses contributions, rapporte le Financial Times.

Source: sputniknews