HYGIENE ALIMENTAIRE :L’Anssa préconise un changement de comportement

Agence nationale de la securite sanitaire des aliments ANSSA

Le Centre international de conférence de Bamako, a servi de cadre vendredi dernier à la célébration de la Journée mondiale de la santé, placée sous le thème de la sécurité sanitaire des aliments : “Les aliments que vous mangez sont-ils sains ? Du champ à vos assiettes, veillez à la salubrité de votre alimentation”.

La cérémonie de lancement cette journée était présidé par Modibo Diarra, conseiller technique au ministère de la Santé et de l’Hygiène publique (MSHP), représentant son ministre, en présence du directeur national de l’Anssa, Mahamadou Sacko, du représentant de l’OMS, etc.

L’objectif général de cette Journée est d’améliorer la compréhension sur les risques que peuvent présenter les aliments pour un changement de comportement en matière de sécurité sanitaire des aliments.

Pour l’atteinte de cet objectif, l’Anssa vise à informer et à sensibiliser les acteurs sur l’approche intégrée de sécurité sanitaire des aliments et la nouvelle approche du contrôle des aliments, sur le rôle des services techniques de l’Etat dans la sécurité sanitaire des aliments et présenter les avancées du Mali dans le domaine du Codex en Afrique.

Le directeur de l’Anssa a profité de cette journée pour rappeler les missions de son service qui est de coordonner toutes les actions liées à la sécurité sanitaire des aliments ; apporter un appui technique et scientifique aux structures de contrôle ; évaluer les risques sanitaires que peuvent présenter les aliments destinés à l’homme et aux animaux ; assurer la communication sur les risques liés à la consommation des denrées de mauvaise qualité, etc.

Le représentant du MSHP a attiré l’attention des uns et des autres sur les aliments de mauvaise qualité, qui sont causes de plusieurs maladies à travers le monde. “Les conséquences sanitaires de la consommation des denrées de mauvaise qualité ont été parfois dramatiques dans le monde en général et le continent africain en particulier”, a-t-il précisé, avant d’ajouter que 700 000 personnes, tout âge confondu, décèdent chaque année en Afrique des suites de diarrhée d’origine hydrique ou alimentaire, selon les données de l’OMS.

L’OMS, par la voix de son représentant, a invité les consommateurs à un changement de comportement et les conseillée la propreté et la bonne cuisson des aliments avant leur consommation pour se prémunir des maladies liées à la mauvaise alimentation.

Youssouf Coulibaly