Edito / Ado et le devoir d’ingratitude

Un rapport, c’est prévisible, qui donnera du poids à l’argumentaire des anciens dignitaires dénonçant, depuis peu, un tribunal des vainqueurs. Surtout, le brûlot de l’ONG américaine  ne manquera pas de créer de l’embarras dans le camp d’Alassane Ouattara. Pas celui qui fut obligé de conquérir son droit par la force mais celui qui fut investi  président sous les yeux de la planète entière, qui prôna la réconciliation nationale, affirma que chacun répondra de ses actes et proclama que personne ne sera au dessus de la loi.

Human Rights Watch n’est pas infaillible, il faut le souligner. Mais ses accusations sont d’une précision d’horloge suisse contre  trois barons des Frci auxquelles Ouattara doit en partie d’être aujourd’hui investi : le Capitaine Eddy Meddi et  Ousmane Coulibaly qui se seraient distingués dans les horreurs de l’Ouest du pays ainsi que  l’iconique Cherif Ousmane qui aurait ordonné l’exécution de 29 prisonniers.

On voit mal ce dernier dans le box des accusés, sous le feu roulant des questions de l’accusation, avec un Etat devenu ministère public. On voit mal le libérateur derrière les barreaux purgeant une peine proportionnelle à sa faute. Pour être un président impartial et mû par la seule passion de la Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara  est tenu au  devoir d’ingratitude. Mais les circonstances et les conditions qui l’ont amené là où il se trouve aujourd’hui ne l’y aident pas. Elles le freinent, au contraire.

Adam Thiam

Le R”publicain 06/06/2011