DEMOCRATIE ET EMERGENCE EN AFRIQUE: Résoudre l’équation de la confusion sémantique pour mieux appréhender le développement

Emergence, démocratie et développement sont trois concepts au centre de tous les discours des chercheurs et des politiques en ce début du 21e siècle. Leur importance est telle, dans les processus politique, économique et social de la vie publique des nations, qu’il semble indispensable de les clarifier pour mettre fin à la confusion sémantique afin d’en faciliter la compréhension de la rationalité et de la complémentarité. Cela nous permettra de remettre les pendules à l’heure afin de recentrer la réflexion sur leur rationalité et leur complémentarité dans la problématique globale du développement.

 «Le concept de pays émergents est né dans les années 1980 avec le développement des marchés boursiers dans les pays en développement», rappelle Wikipédia. Selon cette encyclopédie, c’est en 1981 que le terme “émergent” a été utilisé pour la première fois par Antoine van Agtmael, économiste néerlandais à la Société financière internationale (SFI), pour parler de pays en développement offrant des opportunités pour les investisseurs.

De là, en général, on a considéré que les pays émergents sont ceux en “développement” qui ne font pas partie des “pays les moins avancés”. Mais cette définition est réduite à celle des “nouveaux pays industrialisés”. Ce qui lui confère une dose d’ambiguïté sémantique qui a été levée au fil de l’histoire sans, toutefois, aboutir à un consensus.

La notion de pays émergent trouve sa consécration en 2001 lorsque la banque d’affaires Goldman Sachs constate l’important potentiel, en matière de croissance économique, de quatre pays que sont le Brésil, la Russie, l’Inde et la Chine (BRIC), anciennement considérés comme des puissances pauvres. En effet, le Brésil est une ancienne dictature de l’Amérique latine ; la Russie et la Chine sont issues du bloc communiste et l’Inde est un ex-pays non-aligné. Mais le Brésil est devenu un géant agricole, l’un des leaders des biocarburants ; la Chine, un géant manufacturier et l’Inde un géant dans les nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Le caractère émergent de ces quatre pays, exportant plus de biens et ayant une balance commerciale positive, apparait à travers leur bonne intégration dans l’économie mondiale. Dès 2004, selon le rapport de Goldman Sachs, les BRIC appartiennent aux 15 premiers PIB (la Chine en 6e position, l’Inde 10e, le Brésil 14e et la Russie 15e). Ces pays émergents se caractérisent par une imposante population, des capacités technologiques qui impulsent une mutation profonde, la taille gigantesque de réservoir de main-d’œuvre, la richesse des sous-sols, particulièrement pour la Russie.

La diversité des études sur les pays émergents révèle combien le contenu de ce concept a fondamentalement évolué, excluant rigoureusement tout consensus. Le Centre d’études prospectives et d’informations internationales (CEPII, 1996) définit le concept de pays émergent à partir de trois critères. Il s’agit du niveau de richesse (revenu moyen par tête en 1996 inférieur de 70 % au niveau moyen des pays de l’OCDE) ; de la participation croissante aux échanges internationaux de produits manufacturés (croissance des exportations de produits manufacturés supérieure de 2 % par an à la croissance des échanges mondiaux) ; de l’attraction exercée sur les flux internationaux de capitaux (rôle des places financières).

Près de 2,78 milliards d’individus et 13 % du PIB mondial

 Au-delà du produit intérieur brut (PIB), le CEPII considère deux autres indicateurs qui se réfèrent à la place des pays dans les relations internationales. L’émergence économique s’inscrit ainsi dans une logique d’ouverture économique vers l’extérieur dans le cadre du libre-échange caractérisant les échanges internationaux sous l’égide de la rationalité de la vision classique de l’économie internationale.

En 2008, une étude, intitulée “Après les BRICS, les prochaines 13” (Fontagné A. et coll. 2008) fait remarquer que les économies brésilienne, russe, indienne et chinoise sont désormais considérées comme des puissances mondiales. Elles constituent ensemble environ 2,78 milliards d’individus et représentent 13 % du PIB mondial et 47 % du PIB des pays en voie de développement.

Sur la base de trois nouveaux critères (taux de croissance de 7 à 8 %, cadre macroéconomique plus discipliné, donc plus résistant, et environnement institutionnel de qualité), l’étude prend en compte de nouveaux pays qui sont classés parmi les pays émergents, faisant ainsi évoluer le sigle “BRIC”. De nouvelles configurations sont mises en exergue : les BRICS (avec l’introduction de l’Afrique du Sud), les BRICM (avec le Mexique), les BRICK (avec la Corée du Sud) et les BRICSAM (avec l’Afrique du Sud, l’Argentine et le Mexique).

Philippe Hugon (2010), professeur émérite, chercheur à l’Institut des Relations internationales et stratégiques (IRIS), faisant la synthèse des réflexions récentes sur les économies émergentes dans la revue géopolitique consacrée à l’histoire des mondialisations, propose ses critères pour être pays émergent. Il s’agit notamment du taux de croissance économique, de la taille de la population, de la diversification de la production, de l’importance des exportations et des importations (taux d’ouverture), de l’intégration au monde financier international, du rôle stratégique de l’État pour le développement et des investissements dans la recherche et le développement. Tout comme la capacité de protéger le territoire.

L’émergence d’un pays renvoie à une vision fortement systémique qui prend en compte des critères économiques, politiques et stratégiques s’inscrivant dans une dynamique nationale et internationale. L’émergence vise également l’objectif de “puissance économique” dans un environnement mondial turbulent. La redéfinition du rôle de l’État constitue une réhabilitation de son interventionnisme en tant qu’acteur stratégique capable de “booster” la dynamique du développement.

En définitive, la définition de l’émergence économique renferme une dose de subjectivité liée au choix des critères de classification qui présente des pays émergents selon le FMI, Standards & Poors, l’IRIS, le CEPII, etc. (E. Brière, 2009). Toutefois, l’émergence observée par ces institutions est «nettement différente de celle qu’a connue la triade» (Kenichi Ohmae, 1985).

Le pouvoir du peuple de gérer son destin

 La définition la plus courante de la démocratie est “le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple” (Abraham Lincoln). Pour être plus concret, on pourrait dire que, dans un système démocratique, le pouvoir vient du peuple qui l’exerce en vue de ses propres intérêts.

Les droits de l’Homme sont bien plus qu’une simple composante de la démocratie. Ils représentent la condition sine qua non pour le bon fonctionnement d’un système démocratique. Le développement et l’évolution des droits humains ne sont possibles que si les hommes vivent au sein d’une démocratie puisque ce n’est que dans ce système que la population peut élaborer elle-même les lois qui vont la régir et contrôler publiquement les trois pouvoirs : le législatif (le pouvoir du parlement de proposer et de voter des lois), l’exécutif (le pouvoir du président de la République et du gouvernement d’appliquer la loi) et le judiciaire.

Par ailleurs, les droits de l’Homme ne sont efficaces que lorsque le pouvoir d’Etat est lié à un droit autonome et indépendant et que tous les hommes sont traités sur un pied d’égalité devant cette justice. De même, il est essentiel, dans les démocraties, de bien établir une séparation des pouvoirs pour que la justice soit autonome et indépendante. Il en résulte une relation triangulaire entre démocratie, droits de l’Homme et séparation des pouvoirs qui représentent ainsi des éléments interdépendants.

Ce que la notion de “droits de l’Homme” veut vraiment dire ? Une définition stricte décrirait les droits humains comme des droits inhérents à l’individualité de chacun en matière de protection contre toute velléité de l’Etat à porter atteinte à sa personne. L’homme jouit de ces droits dès sa naissance et l’Etat ne peut les lui retirer. Ils forment la base même des relations humaines qui régissent la vie en société, que ce soit au plan international, national, local ou familial. Ils embrassent différents domaines que nous allons expliquer de manière succincte.

Les droits de la personnalité individuelle forment le noyau des droits de l’Homme puisqu’ils incluent, entre autres, le droit à la vie et le droit au libre épanouissement de la personnalité. Grâce à ces droits, l’Homme peut, par exemple, être protégé des attaques et manifestations de violence contre sa personne et préserver son intégrité et sa dignité.

Les droits politiques et civils sont là pour garantir à chaque citoyen une libre participation à la vie politique de sa communauté. Ce qui signifie qu’il ou elle ne doit craindre aucune sanction non justifiée. Les droits les plus importants concernent, sur ce point, aussi bien la liberté d’opinion, la liberté de presse, la liberté de se réunir que celle de s’associer.

En respect des droits sociaux et économiques, le minimum vital pour la survie de l’être humain doit lui être garanti. Y est inclus, entre autres, le droit à l’éducation, puisqu’il faut partir du principe que toute personne doit bénéficier d’une formation pour ne pas se retrouver affamée et sans ressource.

Des droits relativement nouveaux ont été ajoutés à cette liste : ce sont les droits de la 3e génération. Ils sont là pour démontrer que les droits de l’Homme peuvent évoluer et qu’ils ne restent pas immuables, fixés sur leur point de départ. Ils sont, entre autres, composés des droits au développement, qui visent la réduction du fossé séparant les riches des pauvres, et des droits à l’environnement garantissant que les espèces vitales à l’Homme ne soient ni endommagées, ni détruites…

Développement et émergence

 Des définitions et explications du concept d’émergence, il ressort que ce concept n’est pas lié à la démocratie. Il n’est ni le contenant, encore moins le contenu que nous lui donnons en le confondant avec le développement. Bien sûr, il se confond avec celui-ci au sens littéral du terme. Mais n’oublions jamais que l’émergence a le sens que lui donnent les financiers néolibéraux dans le cadre des critères de croissance économique et d’intégration au marché capitaliste mondial qui jurent avec les préoccupations du développement humain sans lesquelles la croissance est synonyme d’injustices et d’inégalités.

A mon humble avis, l’émergence néolibérale est une déviation dans le processus de développement en détachant la croissance de la satisfaction des critères de sortie de la pauvreté des masses populaires des pays de la périphérie. La préoccupation de l’émergence néolibérale est la rentabilité.

Heureusement, pour une des rares fois, les Africains ont fait un travail, non pas de déconstruction, mais de conceptualisation de l’émergence en tant que concept porteur à la fois des critères de croissance économique, de démocratie mais aussi et surtout de développement.

Ainsi, l’Observatoire pour l’émergence en Afrique (OBEMA), un “think tank” d’experts africains, a rendu publique la première édition de son “index de l’émergence en Afrique” qui classe les pays africains selon une approche méthodologique nouvelle et adaptée aux réalités du continent. En effet, selon le professeur Mamoudou Gazibo et le chercheur Olivier Mbabia, respectivement coordonnateur et coordonnateur adjoint de l’OBEMA, ainsi que concepteurs de cet index, «il n’existe pas de conceptualisation claire et adaptée à l’Afrique de la notion d’émergence.» Et, ce, en dépit de l’agitation constatée sur le continent concernant cette question. Notant, par la même occasion, que sur 54 pays africains, 37 ont lancé un plan visant à se hisser au rang des pays émergents.

Toujours selon les concepteurs de cet index, cette frénésie observée sur le continent concernant l’émergence reste, en fait, sous-tendue par l’idée de bonds économiques, tout en s’inspirant implicitement de la trajectoire des États développementaux asiatiques.

A ce propos, les tentatives de définition de l’émergence dépendent, jusqu’à présent, d’approches différentes sur le sujet. Celles-ci tenant principalement, d’une part, des considérations de l’émergence du point de vue de la finance internationale. D’où l’expression “marché émergent” ! Et, d’autre part, des considérations visant à appréhender l’impact du phénomène de l’émergence sur la recomposition des équilibres géoéconomiques et géopolitiques internationaux. Ceci, dans la mesure où les pays émergents (en parlant surtout des BRICS) s’affirment sur la scène internationale aux dépens des puissances issues des vagues de développement antérieures.

Ainsi, “l’Index de l’émergence en Afrique 2017” tente de corriger ces manques en adoptant une approche fondée sur les facteurs aussi bien universels en matière de développement que spécifiques à la réalité africaine d’aujourd’hui. Il propose donc de définir l’émergence comme «un processus de transformation économique soutenue qui se traduit par des performances aux plans social et humain et qui prend place dans un contexte politique et institutionnel stable susceptible d’en assurer la soutenabilité».

Une approche nouvelle, d’ailleurs saluée par l’Agence du NEPAD. «Les paramètres macro-économiques purement quantitatifs ont leurs limites. La croissance du PIB ne dit rien de sa répartition et donc des effets d’entraînement sur l’économie. De même, une simple mesure de la dette ne permet pas de distinguer ses usages, parfois économiquement non rentables, mais socialement indispensables», précise Dr. Ibrahim Assane Mayaki, secrétaire exécutif du NEPAD, en préfaçant cet index.

Par contre, souligne-t-il, «une croissance plus faible mais mieux répartie, réinvestie dans des projets structurants et des investissements dans un secteur public qui relaie efficacement l’action de l’Etat ne sont pas incompatibles avec des économies puissantes. Ainsi, le montre l’exemple du Japon et des pays scandinaves dans le premier cas, de la Chine dans le second

Appréhendant l’émergence comme un phénomène multidimensionnel et contextuel, l’index retient donc 23 indicateurs comme fournissant un cadre opératoire permettant de saisir les dynamiques éventuelles (ou non) d’émergence. Ceux-ci sont regroupés en quatre dimensions dont la première est politique et tient à la stabilité démocratique (1) ; au leadership (2) ; à l’intégrité de la bureaucratie (3) ; à la corruption (4) ; à la gestion publique (5) et à l’appareil de sécurité (6). La seconde dimension est économique et regroupe la croissance du PIB (7) ; les infrastructures (8) ; le climat des affaires (9) ; le secteur rural (10) ; la diversification (11) et la qualité de l’intégration régionale (12).

La 3e dimension relève, quant à elle, du développement humain et regroupe l’indice d’éducation (13) ; l’émigration des personnes qualifiées (14) ; le ratio emploi-population (15) ; le taux de participation des femmes à la population active (16) et le taux d’alphabétisation (17). Enfin, la quatrième dimension est sociétale et regroupe notamment les dépenses dans le domaine de la santé en pourcentage du PIB (18) ; l’espérance de vie à la naissance (19) ; l’accès à l’eau potable (20) ; l’accès à l’électricité (21) ; la protection de l’environnement (22) et l’inégalité de revenu sur la base du coefficient de Gini (23).

Ainsi, sur la base de scores allant de 0 à 100, “l’index de l’émergence en Afrique 2017″ établit une classification (réservant de nombreuses surprises) des pays africains en les qualifiant d’”émergent”, de “seuil”, de “potentiel” ou d’”autre”. Sont donc qualifiés de pays “émergents” ceux qui sont engagés dans un processus de transformation économique soutenue dans un contexte sociopolitique inclusif et institutionnel stable, susceptible d’en assurer la soutenabilité. On y retrouve onze pays africains avec, à leur tête, Maurice (1er), l’Afrique du Sud (2e) et les Seychelles (3e).

Le “seuil” désigne, quant à lui, les pays qui sont à la limite au-delà de laquelle pourrait s’amorcer le processus d’émergence. On y retrouve également onze pays avec, en tête, l’Egypte (12e), l’Ouganda (13e) et l’Algérie (14e). Pour sa part, la catégorie qualifiée de “potentiel” concerne les pays qui, certes, possèdent des ressources et des capacités importantes mais ne réussissent pas encore à les mobiliser en vue de l’émergence. Il concentre le plus gros contingent avec 21 pays africains parmi lesquels on retrouve Djibouti (23e), les Comores (24e) ou encore le Libéria (25e).

Enfin, la catégorie “autre” correspond aux pays dont les performances ne permettent pas, en ce moment du moins, de les positionner sur la voie de l’émergence. On y retrouve aussi onze pays avec, en fin de classement, le Tchad (52e), le Soudan du Sud (53e) et, enfin, la Somalie (54e).

Au niveau régional, l’Afrique australe arrive en tête dans la dimension politique avec un score de 45, suivie respectivement de l’Afrique de l’Ouest (44), de l’Afrique de l’Est (31), de l’Afrique centrale (30) et de l’Afrique du Nord (30). Au niveau économique, l’Afrique du Nord devance le classement avec un score de 45, suivie respectivement de l’Afrique australe (40), de l’Afrique de l’Ouest (37), de l’Afrique de l’Est (35) et, enfin, de l’Afrique centrale (30).

Dans le domaine du développement humain, l’Afrique australe arrive encore en tête avec un score de 58, suivie respectivement de l’Afrique centrale (54), de l’Afrique de l’Est (52), de l’Afrique de l’Ouest (48) et de l’Afrique du Nord (47). Enfin, au niveau sociétal, c’est l’Afrique du Nord qui domine le classement avec un score de 75, suivie respectivement de l’Afrique australe (56), de l’Afrique de l’Est (54), de l’Afrique de l’Ouest (53) et de l’Afrique centrale (48).

Au total, on observe que l’Afrique australe devance les autres régions dans les domaines du politique et du développement humain, tandis que l’Afrique du Nord occupe la première place dans les deux autres dimensions (économique et sociétal). La région méridionale du continent constitue donc la seule à se positionner convenablement dans toutes les dimensions de “l’index de l’émergence en Afrique 2017”.

DEMOCRATIE ET RENAISSANCE AFRICAINE: Se réarmer politiquement pour se déconnecter de l’influence occidentale

Lorsque nous observons l’Afrique ces deux dernières décennies, nous constatons que les pays qui ont réellement émergé sont ceux qui ont mis en veilleuse la démocratie dans sa conception occidentale, notamment l’Ethiopie et le Rwanda. La démocratie, telle que nous la vivons aujourd’hui, peut-elle favoriser l’émergence de nos Etats, notamment au Mali, voire en Afrique francophone ?

Pour se développer, l’Africain doit se réarmer politiquement, donc être capable de concevoir un projet de renaissance et de mutation de l’Afrique et d’appliquer ce processus de renversement du cours de l’histoire. Et, cela, à travers les Etats-Unis d’Afrique déconnectés ; le triple réarmement culturel, politique et économique.

Les deux pays africains cités comme exemples, le Rwanda et l’Ethiopie, sont des modèles des schémas d’émergence en Afrique. Si nous nous référons à la singerie de la démocratie occidentale que nous constatons dans la majorité des pays africains, le régime de Paul Kagamé n’est pas démocratique parce qu’il refuse de se soumettre aux exigences des puissances néocoloniales.

Par contre, si la démocratie est, sans aucune contrainte extérieure, la conception et l’application des lois et règlements qui régissent le vivre-ensemble et le processus de socialisation et de progrès, alors le Rwanda est une démocratie. Par contre, si l’on se réfère aux critères économiques et financiers néolibéraux d’émergence, le Rwanda, comme 90 % des 54 pays africains, ne peut devenir émergent que dans le cadre de la dynamique de polarisation du développement capitaliste à l’échelle mondiale. Mais si l’on se réfère à la définition africaine (OBEMA) de l’émergence, alors le Rwanda est bel et bien un exemple africain sur la voie de l’émergence.

Selon le classement 2017 de l’Observatoire pour l’émergence de l’Afrique (OBEMA), le Rwanda est 6e sur 54 pays africains. Quant à l’Ethiopie, elle se classe 29e sur 54. Sur le plan de la démocratie, son régime est classé comme autoritaire pour ne pas dire pas démocratique selon les critères européens.

Jugée en fonction des critères économiques et financiers néolibéraux, l’Ethiopie est loin d’être émergent. Mais, c’est un peuple qui porte dans son ADN la volonté démocratique de souveraineté dans la conception et l’application des lois et règlements de sa vie communautaire. C’est le seul pays africain qui a pu échapper au partage de l’Afrique entre les puissances européennes. Bien sûr, il y a eu la sanglante tentative de colonisation italienne à laquelle le peuple éthiopien a résisté victorieusement.

Afin d’accélérer le développement, aidé par l’industrialisation, le régime ouvrit le pays aux investissements directs étrangers (IDE). En 2009, Meles Zenawi a inauguré le barrage le plus élevé d’Afrique sur le Tekezē au Te gray. Ce qui a permis au ministère de l’Agriculture d’offrir trois millions d’hectares, soit un septième de la surface agricole utilisée (SAU), à l’agro-industrie. Depuis 2012, de grandes serres ont hissé l’Éthiopie au 2e rang africain des exportateurs de fleurs coupées. Une vague de constructions a déferlé d’Addis-Abeba sur les petites villes. Sans compter que, chaque mois, les routes s’allongent et la capitale, traversée par un tramway, est méconnaissable pour qui revient après un an d’absence.

Le Grand barrage de la renaissance éthiopienne (le 2e d’Afrique) et de nouveaux ouvrages géants ont consacré l’indépendance énergétique de l’Éthiopie qui a vendu du courant à ses voisins et électrifié son nouveau réseau ferroviaire. Publié en 2010, le Growth and Transformation Plan (GTP, héritage de Meles Zenawi décédé en 2012) fait du pays un immense chantier.

A la traîne du développement jadis, l’Ethiopie est désormais à l’avant-garde. Le régime prétend que la croissance économique “à deux chiffres”, la règle depuis dix ans, va s’inscrire dans la durée : en 2013, le RNB/habitant (revenu national brut par habitant) a atteint 1 140 dollars/ppa (contre 870 dollars en 2008). Pourra-t-il tenir le pari ? En effet, aujourd’hui démographiquement au second rang en Afrique avec plus de 107 millions d’habitants, l’Éthiopie en comptera vraisemblablement environ 178 millions en 2050.

 

Quid de la renaissance à l’échelle africaine ?

 Le sous-développement est un cercle vicieux. Or, il est prouvé qu’on ne sort pas d’un cercle vicieux : il faut le rompre. Face à l’ardente obligation de l’Afrique de renaitre à elle-même et au reste du monde, que doit-elle faire ?

Du 16e siècle jusqu’à nos jours, l’Afrique a été inhibée. Elle a été confinée à l’imitation, à la consommation des inventions d’autrui, à consommer ce qu’elle ne produit pas. Pour renverser cette tendance doublée du complexe de l’Occident, il faut nécessairement avoir confiance en nous-mêmes, compter d’abord sur nos propres forces et réaliser les quatre révolutions préalables à la Renaissance et au basculement scientifique et technologique de l’Afrique. Il s’agit des révolutions culturelle, politique et institutionnelle, économique et sociale

Avec plus de 60 % des terres arables du monde, l’Afrique n’arrive pas à se nourrir. Avec près d’un milliard d’habitants en majorité jeunes, elle n’arrive pas à sortir des sentiers battus, à faire preuve d’innovation et de créativité pour mettre en valeur ses ressources humaines. Pour comprendre ces paradoxes, il est nécessaire de rappeler que toute guerre (surtout économique et sociale) est avant tout celle de l’intelligence.

La bataille du développement se pense, se conçoit intellectuellement d’abord. D’où le réarmement culturel comme préalable en tant que capacité de compréhension et de création. L’arme culturelle est transversale à toutes les étapes de la lutte. Dans l’évolution du rapport de forces morales, politiques et économiques, c’est toujours le meilleur traducteur qui gagne. En guerre économique comme militaire, il faut savoir traduire l’évolution des rapports de force en adaptant ses armes à celles de son adversaire.

«Le conservateur qui a entrepris la lutte pour préserver les armes est vaincu d’avance», dit-on. En ce 21e siècle où le savoir est la première richesse, la science et la technologie doivent être les vecteurs de la Renaissance africaine. Dans cette vision, il ne faut pas concevoir l’émergence de l’Afrique en fonction des valeurs et critères impérialistes néolibéraux. Mais, en fonction des enjeux et défis de la construction d’une nouvelle Afrique, celle qui sera conçue par les Africains et pour les Africains.

La croissance économique et le développement humain durable est liée à une doctrine politique appelée “déconnexion”, c’est-à-dire, selon Samir Amin, «la soumission de nos rapports avec l’extérieur aux exigences de notre développement interne». Une telle doctrine n’est applicable qu’à travers l’union des forces africaines face à des partenaires et (ou) adversaires plus puissants, d’où l’application de la théorie bambara des 100 bâtonnets que j’ai rebaptisée “théorie du bouquet synergique de l’intégration africaine” !

L’union permet de résister à de puissants adversaires mais aussi de donner un impact multiplicateur aux actions collectives convergentes. L’effet synergique se caractérise par la formule : 1 + 1 = 3 au lieu de 2. Contrairement à l’Union européenne, les USA fonctionnent sur la base du marché d’un Etat politiquement intégré dans toutes ses dimensions. Il y a ainsi une circulation du capital, des marchandises et des travailleurs sans aucun handicap.

Concevoir un projet d’émergence de l’Afrique au 21e siècle. Il n’y a pas de bon vent pour celui qui ne sait où il va et celui qui ne pense pas à l’avenir n’a pas d’avenir. Quand les responsables africains s’épuisent dans la gestion des urgences, les stratèges des grandes puissances ont leur vision sur l’Afrique et travaillent sur des plans de 25 à 50 ans.

En ce 21e siècle, exister c’est produire et vendre (biens et services). L’Afrique produit et vend des matières premières sans grande valeur ajoutée. En effet, les produits agricoles africains sont exportés pour être transformés hors d’Afrique. Les ressources naturelles ne subissent aucune transformation sur place. Les producteurs de pétrole importent de l’essence. Grand producteur de coton, le Mali ne transforme par exemple que 2 % de sa production. Seule l’Egypte transforme 100 % de sa production de coton.

Avec la soumission actuelle de l’Afrique aux exigences de l’ajustement structurel néolibéral, le continent ne se développera pas et l’intégration africaine restera une tribune de discours creux. Dans le meilleur des cas, le néolibéralisme, qui n’est pas une technique économique mais une doctrine d’imposture politique de prédation, n’admet pas l’émergence de puissance économique concurrentielle.

Le patinage continu de l’Afrique sur le chemin du développement n’est que l’effet débilitant de la dépendance culturelle et politique de ses dirigeants. Le continent ne va décoller dans sa totalité que quand nous serons capables de prendre notre part dans la division internationale du travail, de préparer nos ressources humaines à cette ouverture au monde. Et, cela, à travers l’éducation, la formation, le soutien sans réserve aux nationaux dans les domaines économiques comme les petites et moyennes entreprises industrielles de transformation des produits locaux.

Il faut aussi évoluer de l’agriculture familiale traditionnelle extensive (à traction humaine ou animale) vers une agriculture moderne et intensive. Toute autre production de biens et services à portée des nationaux. Sans ce soutien, toute autre rhétorique est imposture face à la concurrence internationale dite libre.

Il est aussi indispensable de revisiter le NEPAD en ne comptant pas directement sur les financements occidentaux mais en ouvrant l’Afrique et ses chantiers d’infrastructures, d’industries sidérurgiques et métallurgiques au monde entier sur des bases légales, transparentes qui lient croissance économique et développement humain durable. Les investissements en question seront adossés aux ressources naturelles à exploiter.

Sur les cinq monopoles de domination du monde, en ce début du 21e siècle, l’Afrique ne peut agir immédiatement que sur une seule, à savoir l’accès aux ressources naturelles de la planète. Et nous ne devons pas oublier que si «l’industrie est notre avenir, l’agriculture est notre éternité».

L’AFRIQUE FACE AUX ENJEUX DE L’EMERGENCE: Nous inspirer des expériences extérieures pour créer un modèle à la hauteur de nos défis

Qu’elle soit athénienne, européenne ou africaine au 21e siècle, la démocratie n’a de sens qu’en tant que processus de création collective face aux difficultés de la vie de la cité. Au-delà de toute considération idéologique, un peuple ne peut être démocrate en se contentant de singer d’autres. La démocratie initiale, l’athénienne, a été, en dehors de toute contrainte extérieure, l’élaboration et l’application de lois et règlements régissant le vivre-ensemble et le bonheur collectif.

L’évolution de la procédure démocratique d’acquisition du pouvoir par des élections au suffrage direct, sans garde-fou, ouvre la porte à la prédominance des soucis électoraux à court terme des acteurs politiques au détriment des perspectives collectives à long terme. On dit que «l’homme politique a les yeux rivés sur la prochaine élection ; alors que l’homme d’Etat se préoccupe de l’avenir à moyen et long termes de son peuple».

Le politicien est, par essence, un faible, contrairement à l’homme d’Etat qui est fort parce que soustrait des contingences électoralistes. C’est ainsi que les grands hommes mettent en jeu leur poste de dirigeant face aux exigences des réformes fondamentales.

Ainsi, après les évènements de mai 1968, le général Charles de Gaule organisa des élections législatives que son parti a gagnées. L’année suivante (1969), il organisa un referendum sur son projet de régionalisation. D’entrée de jeu, il précisa qu’en cas de rejet de son projet il quittera le pouvoir. La majorité des Français se prononça contre son projet à cause de la non-implication effective des élites de son propre camp. Le jour-même de la proclamation des résultats du référendum, de Gaule quitta le pouvoir. L’année suivante (1970), il mourut dans son village. Onze ans après, ses adversaires de gauche, arrivés au pouvoir, ont réalisé la régionalisation en y apportant leur touche personnelle.

En 2016, les Américains ont élu démocratiquement Donald Trump. Ce dernier applique sa vision d’homme d’affaires doublé d’homme politique électoraliste. Il le fait sans hypocrisie politique ou morale en dévoilant le vrai visage du capitalisme néolibéral foulant aux pieds les intérêts du reste du monde. Et, cela, en dénonçant les accords sur le climat, sur le commerce mondial, les armes de destruction massive.

La doctrine néolibérale d’avidité, de refus du partage, d’intolérance vis-à-vis de toute puissance concurrente met à nu l’imposture de la démocratie occidentale. Les gens oublient que d’Athènes à Washington en passant par la Rome impériale, le pouvoir a été démocratique en Occident mais esclavagiste à l’extérieur. Ce sont d’ailleurs les Grecs qui inventèrent l’esclavage dans sa forme que nous connaissons. Dans un tel contexte, toute singerie de l’Occident par l’Afrique est une opération subtilement empoisonnée.

L’Afrique ne doit pas se priver de l’expérience du reste du monde en s’y inspirant. Mais elle a l’ardente obligation de créer son modèle à la hauteur des enjeux et défis de son passage de lanterne rouge au phare du développement dans un monde de science et de technologie…

Sortir des sentiers battus de la colonisation

 L’indépendance des colonies devait être une rupture avec les conceptions et pratiques de l’administration coloniale, d’une part, mais aussi avec certaines idéologies et pratiques précoloniales, d’autre part. Face à la nécessité de transcender ces deux gouvernances, il fallait sortir des sentiers battus pour répondre aux questions de développement pour lesquelles il n’y a pas de réponse a priori.

Si la démocratie est «le gouvernement du peuple par le peuple et pour le peuple», les Africains ne doivent pas singer l’Occident mais aussi éviter de se fixer sur le rétroviseur. Ils doivent concentrer leur regard et leurs efforts sur l’horizon collectif du peule en quête d’une vie meilleure tout en surveillant l’environnement à travers les rétroviseurs.

Ainsi, comme à la naissance de la démocratie athénienne, l’Afrique doit s’affranchir du passé (colonial et précolonial) à travers un projet de société régi par une vision, des lois et règlements émanant du peuple et qui les change à la lumière des succès et échecs de sa gouvernance, de sa praxis.

Contrairement à une telle démarche participative par objectifs, les leaders ont rarement su se soustraire des influences coloniales qu’ils prétendent combattre. L’esprit démocratique, c’est le symbole d’un peuple qui s’affranchit en créant continuellement les moyens et les conditions du progrès collectif.

 

 L’AFRIQUE FACE AU DEFI DU DEVELOPPEMENT: Concrétiser la volonté d’arracher le peuple à la pauvreté

 Le développement est d’abord hautement politique en tant que vision et volonté d’arracher le peuple à la pauvreté. En l’absence de ces deux concepts, toute référence au développement est une imposture. Avant d’aborder les avantages et inconvénients des politiques de développement capitaliste, voyons ce qu’est le capitalisme, système dans lequel nous évoluons actuellement.

«Quiconque veut comprendre le passé et façonner l’avenir aurait intérêt à examiner avec attention non seulement la pratique mais aussi le cadre doctrinal qui la soutient», dit un penseur. Pour de nombreux économistes, le capitalisme est l’aspect économique de la civilisation occidentale contemporaine depuis deux cents ans…

«L’échange marchand qui permet la constitution de fortunes colossales et fonde, comme aujourd’hui, les rapports des marchands avec les princes et les grands n’est pas le capitalisme. On sait que le marché est né à l’extérieur et que la constitution du marché intérieur fut la transformation impulsée par les princes comme ils impulsèrent (ou subirent ou accompagnèrent) les mondialisations. Le marché n’est pas le capitalisme. Certes, il ronge la vieille société, notamment il fait marchandise, mercantilise les biens fondamentaux de la vieille société, la terre, le travail, l’argent qui relèvent de la noblesse, de la corporation et du Prince. L’enclos, les enclosures, la privatisation des communaux, l’extension de la propriété privée qui sera consacrée par la déclaration des droits de l’Homme rongent les aspects collectifs de la société précapitaliste. Mais, le marché et la marchandisation ne sont pas encore le capitalisme.»

Aussi longtemps que l’Afrique n’aura pas su et pu s’affranchir de sa dépendance infrastructurelle et super-structurelle du reste du monde, elle ne développera que le développement du sous-développement dans la compétition des nations sur le sentier du progrès. Pour éviter cela, nous devons nous désaliéner et nous réarmer triplement sur les plans culturel, politique et économique.

Qu’est-ce qu’un pays “riche” ou “développé” ? «Il n’y a pas une ligne de démarcation qui, lorsqu’elle est franchie, fait passer un pays dans le camp des riches. Ni de chiffre magique qui caractérise les pays riches ou permet de les distinguer des pauvres. Bien ! Mais alors, qu’est-ce qu’un pays riche ? C’est celui qui produit suffisamment de biens pour offrir des conditions de vie décente à la majeure partie de sa population

Avant notre XXe siècle, il n’y a jamais eu un seul pays riche. En effet, avant 1900, aucun pays au monde n’était capable de donner à la majorité de ses citoyens l’éducation, la santé et plus généralement des conditions de vie qui leur permettent de vivre assez vieux pour, par exemple, connaître leurs petits-enfants : «La vie était trop courte et, pourtant dominée par un combat incessant contre la nature et pour se nourrir !»

«En ce début du 21e siècle, les pays dits riches sont une trentaine dans le monde, regroupés au sein d’un club : l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE). Les pays pauvres sont les cent cinquante membres de l’ONU qui n’appartiennent pas à cette organisation. Dans l’histoire du genre humain, le plus important mouvement de libération est donc ce passage de la pauvreté à la richesse».

Comme on peut le constater, le développement est une notion récente (20e siècle de notre ère) issue du développement de la science économique. Elle est surtout liée à la planétarisation de l’information, particulièrement de l’information économique. Elle exprime également la comparaison chiffrée de la production et de la répartition des richesses des pays du monde. Le développement est donc une notion relative : le Mali n’est pauvre que comparé à un pays riche comme par exemple la France ou les Pays-Bas.

 

Le poids des médias dans la comparaison entre les moyens de vie

 

Ce qui rend de plus en plus insupportable le sous-développement (la pauvreté) et donne un caractère absolu au développement, c’est la planétarisation de l’information. Grâce à la radio et à la télévision, le paysan malien sait comment on vit ailleurs en Afrique, en Asie, en Europe et en Amérique.

Cette connaissance entraîne automatiquement la comparaison entre lui et le reste du monde. Cette comparaison aboutit soit à la motivation d’aller en avant vers l’objectif atteint par les autres, soit à la frustration, mère de tous les dérapages (motivation ou frustration). A ce niveau de prise de conscience de soi par rapport aux riches, on quitte la rationalité chiffrée de la science économique pour entrer dans le tourbillon des aspirations au bonheur, au bien-être, à valoir plus, à être plus. Un pauvre sans repaire n’est pas conscient de sa pauvreté, donc progresse sans pour autant être consciemment impliqué dans la chaîne mondiale du développement.

L’ensemble des progrès économiques est une fusée mais l’élément information (économique, sociale et culturelle) est le propulseur. En terme humain, je dirais la conscience, la motivation. On n’est sous-développé, on n’est pauvre que par rapport à un autre.

Avant la révolution industrielle, les rapports de productivité, pour 90 % de la population mondiale, étaient très voisins allant de 1 à 3, peut-être de 1 à 2. Ils sont maintenant de 1 à 60, c’est-à-dire que la polarisation est un phénomène moderne lié au capitalisme. Les systèmes antérieurs (de production) n’étaient pas des systèmes polarisants. La preuve, c’est que jusqu’à la fin du premier millénaire, il n’y avait pas de différence entre l’Europe et l’Afrique au Sud du Sahara.

Et c’est entre l’an 1000 et l’an 1500 (cinq siècles seulement) que l’Europe passe du statut de région périphérique de l’ancien système à celui de centre du monde. «Nous avons été habitués, depuis la révolution industrielle jusqu’à la seconde guerre mondiale, à ce que le contraste centre-périphérie soit pratiquement synonyme d’opposition entre pays industrialisés et non industrialisés», souligne Samir Amin (J.A N° 234 de février 1997). Après la seconde guerre mondiale, les choses ont commencé à se modifier.

Pour cet économiste, «les périphéries sont entrées, bien que très inégalement, dans l’industrialisation en Asie, plus particulièrement l’Asie du Sud-est. Et l’on souligne la concordance entre l’expansion mondiale du capitalisme et le développement. Il est vrai qu’il y a croissance du produit intérieur brut (PIB) et transformation des structures au bénéfice de l’industrie».

 

Les monopoles du centre historique

 

L’économie mondiale en ce début du 21e siècle se fait sur la base de ce que Samir Amin appelle “les cinq monopoles du centre historique” (Amérique du Nord-Europe). Ils sont concentrés, sur le contrôle des secteurs comme la technologie, les flux financiers à l’échelle mondiale, l’accès aux ressources naturelles de la planète, les médias, les armes de destruction massive (nucléaire et non nucléaire) …

Comme la mondialisation se passe sous forme de putting out, le Mali ne possède d’avantage comparatif qu’en matière d’offre de matières premières et de main-d’œuvre. Nous ne pouvons que saisir ce levier pour soulever la barrière qui nous retient sur la route du développement. Nous devons donc commencer par la valorisation de ce que nous possédons en premier lieu, à savoir nos ressources naturelles et la main-d’œuvre constituée par nos jeunes.

Pour soutenir la compétition économique régionale et internationale, nous sommes obligés d’avoir une stratégie de recherche de moyens à hauteur des défis du 21e siècle. C’est cette démarche volontariste, d’anticipation que j’appelle “réarmement économique du Mali” (REMA). Il s’articule autour de deux axes.

Primo, la création d’un environnement propice à l’investissement et à la compétitivité économique du Mali. Et, secundo, la réalisation des investissements nécessaires à la constitution d’un tissu économique national capable de soutenir une forte croissance durable débouchant sur un décollage économique irréversible en 25 ans.

Le REMA doit nous permettre d’atteindre la modernisation et le développement du monde rural en vue de l’autosuffisance alimentaire ; la création des infrastructures de base ; la réalisation de l’industrialisation et de la diversification de notre économie ; le développement de l’agro-industrie et la manufacture (surtout textile) ; la transformation des ressources minières (sidérurgie, métallurgie) ; l’accès aux technologies de pointe…

Il doit aussi favoriser le développement du tertiaire, entre autres, du secteur financier, des transports, de la santé, d’une administration publique équipée et performante. Il est aussi le socle de la bonne gouvernance.

 

Cultiver la démocratie et le patriotisme par la bonne gouvernance

 

La gouvernance du réarmement économique ne peut être qualifiée que de patriotique et démocratique à hauteur des défis du 21e siècle. La bonne gouvernance, c’est la tête du serpent. Et, disent les Maliens : «Un serpent sans tête est une corde».

La bonne gouvernance symbolise un Etat mur et démocratique dans lequel l’alternance ne ralentit pas la marche du pays vers le progrès. Les hommes passent mais “le Peuple, le But et la Foi” (devise de la République) demeurent. Si la classe politique pérennise cette culture, la stabilité et l’unité nationale dans les épreuves garantissent le réarmement économique du Mali.

 

 

LES ARMES ECONOMIQUES

 

Certes, le pétrole, l’or, le diamant et toutes les ressources du sous-sol malien ne sont pas des armes économiques. Mais, ce sont de précieux moyens permettant de les acquérir.

 

«Il est des structures sociales qui affament l’homme autant qu’un sol aride et qui l’étouffent autant que l’ignorance», défend un chercheur. La première arme économique du 21e siècle est culturelle. Au sens large du terme, c’est la manière de comprendre, de sentir et d’agir. Au sens dynamique, il s’agit de se doter de la capacité de compréhension et de création. Ces deux notions renvoient directement au système d’éducation de base et de formation continue dans un monde où les connaissances évoluent à une vitesse vertigineuse.

Nous disons que la culture est la première arme économique du siècle parce que le sous-développement n’est pas l’absence de ressources mais l’incapacité d’en tirer profit. «Pour que les hommes apprennent à utiliser leurs ressources, à exploiter leurs sols, il faut qu’ils sachent comment le faire. La lutte pour une éducation de base de qualité est ainsi la première étape de la lutte pour l’amélioration des conditions de vie. Mais celle-ci ne sera acquise que si la lutte est conduite jusqu’à ces ultimes conséquences».

Lutter contre la faim et la pauvreté consistera donc à mettre les paysans en mesure de se procurer l’outillage et l’équipement nécessaires. Il s’agit, en même temps, de leur permettre d’acquérir la formation professionnelle nécessaire, de leur donner les moyens de maîtriser une technique qui ne devra pas être plaquée sur leurs modes de vie mais progressivement intégrée à ceux-ci.

Quant au réarmement culturel, il doit se traduire par la souveraineté culturelle qui consiste à penser par nous-mêmes (Maliens et Africains) et pour nous-mêmes sans aucune contrainte extérieure. La Révolution culturelle qui est, à la lumière des contraintes et exigences des gaps à combler sur les plans de la gouvernance, de la science, de la technologie pour le développement de l’Afrique. Le pari, c’est de remettre en cause, sans se renier, notre manière de penser, de sentir et d’agir dans la production des biens et services afin de satisfaire la majorité des Africains.

Le développement culturel est celui de notre capacité de compréhension et de création dans un monde où la science et la technologie sont les vecteurs de développement. Organiser et développer nos aptitudes et compétences à la recherche stratégique et à la formation continue de “capital” culturel, politique, économique, scientifique, technologie, etc.

Le réarmement culturel est l’enracinement profond qu’il nous faut pour «assurer la renaissance et la mutation de l’Afrique dans la turbulence d’un monde en évolution rapide». Il n’y a pas d’accumulation et de développement sans supports durables.

L’écriture permet de conserver mais aussi d’accumuler le savoir. Le papier (qui a remplacé les morceaux de bois, d’os, de pierre…) a constitué une capacité illimitée de conservation et d’accumulation du savoir. L’imprimerie a donné une capacité fulgurante à la production écrite du savoir. L’informatique a non seulement repris le support papier, d’une part, mais aussi la capacité de production de l’imprimerie, d’autre part. Cette technologie a ouvert la voie à une capacité illimitée de calcul, de conception assistée dans tous les domaines de la capacité humaine de compréhension et de création.

L’Afrique doit s’approprier, maitriser et appliquer à sa praxis (production de biens et services), la science et la technologie, particulièrement les TIC. Cela lui permettra de combler son gap scientifique et technologique.

 

Priorité à l’agro-industrie

 

La seconde arme économique est la dynamique et la pertinence de notre organisation économique et sociale réalisant «la synthèse permettant de conserver le meilleur de nous-mêmes et d’intégrer le meilleur de ce qui nous vient de l’extérieur». Nous devons organiser notre économie sur l’affectation des ressources au développement simultané de l’agriculture et de l’industrie. Si l’industrialisation ne se fait pas au profit de la compétitivité agricole, à travers la révolution technologique et scientifique dans ce secteur, aucune aide, aucune rente minière ne nous fera sortir du sous-développement.

Dans ces conditions, nous ne réussirons qu’à faire quelques riches et beaucoup de pauvres. D’où la nécessité aussi d’un réarmement politique. Cela passe par la conception d’un projet africain de renaissance et de mutation de l’Afrique afin d’acquérir la capacité de réaliser ce renversement du cours de l’histoire du continent. Et, pour ce faire, il faut une vision claire de la renaissance et de la mutation se déclinant en programmes et projets. Cette vision doit être axée autour de la paix et de la sécurité, de la justice et de la démocratie, de la croissance économique et du développement humain durable.

La renaissance africaine passe par la reprise en main, par le continent, de son présent et de son devenir à travers un triple réarmement culturel, politique, économique ; une évolution sociale rapide, mais maitrisée ; la production suffisante de biens et services nécessaires à la satisfaction des besoins de la majorité des Africains.

Il est aussi indispensable que les Africains puissent se soustraire des contraintes et des exigences des puissances extérieures. L’environnement de la dynamique du développement de l’Afrique est constitué de toutes les parties prenantes (externes et internes) pouvant influer sur le développement de l’Afrique. Or, les Africains ont tendance à rejeter sur l’Occident la responsabilité de tous les maux dont souffre notre continent. Ce qui est faux. Par rapport à la culture du développement (recherche, accumulation et formation de capital, etc.), notre passé culturel et nos pratiques sociales sont à revoir à la lumière d’un monde dominé par la science et la technologie.

Si nous n’avons pas le courage de nous remettre en cause, nous ne pourrons pas changer la direction du train de développement de l’Afrique, encore moins soutenir la charge du triple réarmement culturel, politique et économique qui est la condition du développement du continent africain en ce 21e siècle.

La 3e arme économique est la combinaison dynamique de la première et de la deuxième pour innover dans le management, dans la maîtrise de la technologie. Pour cela, je citerai deux manières qui expriment la même chose. Primo, c’est faire comme le Japon, c’est-à-dire «écouter le maître, assimiler et faire mieux» (O. GELINIER). Secundo, comme le défend Samir Amin, «maîtriser ce que l’on importe (la technologie) graduellement et être capable de le reproduire, de l’adapter et d’inventer autre chose à terme. Et c’est valable dans tous les domaines, notamment politique, militaire, sécuritaire, technico-culturel».

En résumé, la troisième arme n’est rien d’autre que nos efforts d’imagination, d’innovation et de créativité. Quant à la 4e, elle est l’arme absolue, celle qui détermine en dernière instance. Il s’agit de l’action économique et juridique consistant à vivifier les immenses capitaux dormants dans notre patrimoine immobilier et foncier, dans nos entreprises non déclarées. C’est aussi et surtout l’exploitation et la mise en valeur des richesses du sous-sol, des ressources hydro-électriques et hydro-agricoles. Si le Mali arrive de façon innovatrice à donner vie à ses
immenses capitaux morts, il forcera le destin de l’Afrique par son exemple. Nous avons des ressources énormes mais nous n’arrivons pas à les rendre actives, à leur donner le souffle vivifiant.

Quant à la 5e arme économique, elle est liée à l’intégration régionale. Les défenseurs de ce concept pensent que «le développement endogène sera intra-africain ou ne le sera pas. Et l’ouverture au monde, qui n’est pas une fin en soi, ne sera positive qu’à travers des structures régionales seules capables de faire de l’Afrique une force parmi les forces du monde. L’Afrique doit se constituer avant de descendre sur le terrain de jeu, dans l’arène, même et surtout si c’est pour délivrer un message de paix» selon Joseph Ki Zerbo.

 

 

CAPITALISME

 

Une avidité destructrice pour l’homme et la nature

 

Le capitalisme exige un saut qualitatif, génétique, a-t-on envie de dire, qui s’est produit avec la révolution industrielle anglaise et l’application systématique de la technique à la production. On sait aujourd’hui que tout ou presque tout a été inventé par les Chinois. La poudre, le papier, l’imprimerie (ce qui, pour une société écrivant par idéogrammes, est un exploit), l’horloge, le gouvernail d’étambot, le harnais, l’étrier, les lunettes et instruments astronomiques, la porcelaine…

 

Mais, on sait moins que la navette volante de Kay (1733), qui multiplie simplement par deux la productivité du tissage fut transmise des Chinois aux Italiens par le truchement des marchands musulmans au XIIIe siècle et que la water frame d’Arkwright (1785, machine à filer beaucoup plus productive mue par moulin à eau puis la machine à vapeur de Watt) fut inspirée de l’invention du Chinois Wang Chen que les historiens des inventions font remonter à 1313.

Au XIe siècle, les hauts fourneaux chinois produisaient deux fois plus que les hauts fourneaux anglais au XVIIIe. Il faudra la révolution définitive des fours Martin (1853) et Bessemer (1856) pour faire exploser la production de fonte et d’acier dont le procédé de fabrication fut copié en Inde. Et les procédés Martin et Bessemer étaient bien connus des Chinois dès le Ve siècle.

Tout cela, non pas pour inciter à un peu plus de modestie. Au contraire, nous conforter dans l’idée que ce sont bien les Européens qui inventèrent le capitalisme. Ce que ne firent ni les Chinois ni personne d’autre. Seule l’Europe possédait les ingrédients de la mixture prête à naitre. Il y a quatre éléments qui manquaient aux économies précapitalistes : l’application systématique de la technique à la croissance de la productivité, c’est-à-dire la recherche incessante de gains de productivité et, pour ce faire, la science commise et soumise à la technoscience, à la rationalisation systématique de la production et, au-delà, la vie des hommes.

Pour la première fois, la science se distingue de la connaissance et devient intéressée, appliquée, destinée à accroitre la productivité du travail. Rassurons-nous, les hommes inventeront toujours par hasard et par plaisir. Mais l’esprit du capitalisme veut que toute découverte soit, directement ou indirectement, destinée à l’augmentation de la productivité du travail. L’esprit du socialisme aussi.

 L’exigence d’un travail

 L’exigence d’un travail libre, différent de l’esclavage bien sûr, mais différent aussi du travail de la corporation soumis à des règles strictes, hiérarchisé, exigent en matière de qualité (constitution du chef-d’œuvre), de paiement à juste prix selon la vieille thèse aristotélicienne puis thomiste. L’esprit du socialisme niera également la corporation : tout pour le salarie libre, porteur de sa propre émancipation.

L’exigence d’une production de masse corrélative de grandes séries, d’un crédit généralisé, d’une recherche de productivité incessante (aussi bien dans la fabrication des séries télé que dans celle des voitures ou des yaourts promus entre deux séries télé), là aussi, le socialisme approuvera : produire en masse pour la masse par les masses laborieuses grosses de la révolution. Le congrès de Marseille de 1875 dira non à la coopérative, trop petite.

Un rapport nouveau au temps est enfin un dernier élément essentiel. Les Européens ont laïcisé, démocratisé le temps qui n’appartient plus à Dieu, maître des moments de prière, ou à l’empereur, maître des calendriers comme en Chine, mais à tous les hommes. Et surtout le temps n’est plus cyclique comme dans la vieille société, il n’est plus celui de la reproduction à l’identique et de l’éternel retour des choses mais il devient linéaire et permet désormais l’accumulation infinie.

Le temps du capitalisme, linéaire, est en contradiction radicale avec celui de la nature, cyclique. Et même avec celui de la vie : il n’y a pas de raison que la vie humaine s’arrête ! C’est cette vision démente que va proposer le capitalisme, un oubli de la mort, mieux une lutte acharnée contre la mort. C’est une lutte acharnée qui, à terme, contient la destruction de l’environnement, donc de l’espèce, à tout le moins de l’espèce humaine en tant que telle ! «Le capitalisme a donc un rapport particulier à la science, au temps, au travail», dit Bernard Mari dans “Plaidoyer impossible pour les socialistes”.

Contribution de Diatrou Diakité, consultant et analyste politique