DE GOUNDAM A BERLIN: Oumou Sall Seck suit son destin au service de la patrie

Oumou Sall Seck ! Une dame qui ne serait pas passée d’habitude inaperçue grâce à son charme et à son élégance. Une femme leader appréciée et réputée pour son engagement patriotique, son combat pour l’autonomisation de la Femme, l’émancipation du peuple, la paix et l’unité nationales. La sublime gazelle du désert est ambassadrice du Mali en Allemagne depuis le 31 mai 2018 ! Une juridiction qui couvre plusieurs autres Etats, surtout les pays nordiques. Et, déjà, la diplomate a marqué des points dans sa nouvelle carrière !

«Je viens d’être nommée au poste d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Mali près la République fédérale d’Allemagne. Je tiens à exprimer au Président de la République mes remerciements les plus chaleureux pour la confiance témoignée pour représenter les intérêts du peuple malien». C’est ainsi qu’Oumou Sall Seck “OSS” avait partagé la bonne nouvelle avec ses proches.

«C’est avec beaucoup d’humilité que je demande votre soutien et j’espère compter sur ce soutien pour m’aider à assumer ces fonctions combien importantes pour l’intérêt du Mali», avait-elle poursuivi. Et de promettre : «Je ferai tout pour vous faire honneur en me montrant à la hauteur de mes nouvelles responsabilités.»

Faire honneur à la patrie ! C’est l’essence même de l’engagement social et politique de celle que nous surnommons affectueusement “Gazelle du désert”. Le patriotisme est un sceau qui marque tous les actes posés par Oumou Sall Seck. Avec, en général, une touche humanitaire qui fait qu’elle est omniprésente dans la vie de ses proches, des populations de sa commune, de son prochain…

Comme dans toutes les responsabilités à elle confiées, elle est déjà engagée corps et âme dans sa mission. Le succès diplomatique de la visite officielle du président Ibrahim Boubacar Keïta en Allemagne, du 7 au 9 février 2019, en est la preuve éloquente. Déjà, après sa prise de fonction le 28 juin 2018 en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Mali en Allemagne, elle a remis à Frank-Walter Steinmeier, président fédéral allemand, ses lettres de créance le 19 juillet 2018 lors d’une cérémonie au palais présidentiel de Bellevue, à Berlin.

Après cela, le 15 novembre 2018, au palais présidentiel d’Helsinki, celle qui était le maire de Goundam, dans la région de Tombouctou, jusqu’à sa nomination a présenté ses lettres de créance l’accréditant en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire près la République de Finlande. Au cours de ses échanges avec le président Sauli Niinisto à l’issue de la cérémonie, le nouvel ambassadeur a positivement apprécié le travail qu’abattent les troupes finlandaises dans le cadre de la Mission multidimensionnelle intégrée des Nations unies pour la stabilisation au Mali (Minusma). Ces échanges ont notamment porté sur la paix, la sécurité et la coopération multilatérale et bilatérale.

Afin de dégager les opportunités de renforcement de la coopération bilatérale entre la Finlande et le Mali, elle a également eu des entretiens fructueux avec Mme Elina Kalkku, sous-secrétaire d’État en charge de la politique de développement ; Leena Kalsa Mikolla, directrice Afrique et Moyen-Orient du ministère des Affaires étrangères ; Tanja Auvinen, directrice de l’unité Egalité des sexes du ministère des Affaires sociales ; Timochenko Vuori, directeur de la Chambre de commerce ; Markov Ulvila, président de la Fondation Siemenpuu.

Auparavant, le 5 octobre 2018, elle avait présenté à Sa Majesté la Reine Maguereta ll ses lettres de créance en qualité d’ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Mali près le Danemark. «Ces moments me rappellent aussi mes responsabilités de représenter mon pays, mon président et le peuple malien. Mon engagement quotidien est de me mettre à l’écoute et au service des Maliens et des intérêts du peuple malien», avait déclaré Oumou Sall.

Une bénédiction pour Goundam, une chance pour le Mali

 Maire de Goundam depuis près d’une décennie et présidente fondatrice du mouvement Trait d’union, Oumou Sall a ainsi officiellement et brillamment entamé une carrière diplomatique prometteuse. Elle est visiblement à l’aise dans cette mission d’autant plus qu’elle incarnait éloquemment le rôle d’ambassadrice un peu partout dans le monde ces dernières années. Surtout depuis le déclenchement de la crise qui secoue le Mali depuis janvier 2012.

Symbole du brassage (peuhl et targui) qui a longtemps été le socle de l’unité nationale, elle s’est énergiquement battue pour faire face à la campagne internationale de désinformation entreprise par les mouvements rebelles et les lobbies qui les soutiennent afin de ternir l’image du Mali et favoriser sa partition.

«Cette dame est une chance pour le Mali, particulièrement pour Goundam», nous disait récemment un ressortissant de ce cercle. Un avis qui fait l’unanimité de ceux qui côtoient cette courageuse et généreuse “nyeleni du Sahara”. Et un autre de renchérir : «L’histoire a toujours fait la gloire à ceux ou à celles qui le méritent. Vous êtes une praticienne à l’écoute du peuple». «Vous méritez tous les honneurs du monde car vous avez donné tout de vous. Donc, on ne peut que vous féliciter pour le leadership exemplaire, on vous souhaite longue vie», réagissait ainsi un internaute suite à sa nomination. Juste pour dire que le choix porté sur Oumou Sall par les autorités du Mali est pertinent.

La juste reconnaissance pour une dame attachée au rayonnement du Mali

Cette promotion, une juste reconnaissance de la Nation à l’égard d’une de ses filles les plus engagées pour son rayonnement, est ressentie comme une fierté et un honneur par la gent féminine. Surtout qu’à Berlin, Oumou Sall est désormais sur les traces d’une autre figure emblématique de la lutte féminine au Mali, la regrettée Fatoumata Siré Diakité.

Elue maire de la commune urbaine de Goundam en juillet 2004, elle s’est engagée, à travers son parcours politique, en faveur de la reconstruction du Mali avec une attention particulière sur la place de la femme au sein de la société́ et dans le domaine politique.

Au cours des vingt dernières années, elle a contribué à plusieurs séminaires et conférences traitant, entre autres, des questions de gouvernance, de décentralisation et de coopération. Tel est le cas de la rencontre internationale sur la démocratie participative du local au global. Réélue maire en mai 2009, Oumou Sall a été empêchée d’exercer sa fonction d’avril 2012 à août 2013 en raison de l’occupation du Nord. Pendant ce temps, elle s’est consacrée aux domaines de la sécurité́ et de la lutte contre la violence en Afrique de l’Ouest et au Sahel, de la réconciliation et du dialogue, de la coopération transfrontalière et interrégionale.

En novembre 2016, sa liste indépendante a remporté les communales face à la coalition RPM-URD, les deux partis les mieux implantés dans le pays, en plus de l’Adéma.

De par sa volonté, son engagement, sa motivation, ses talents et surtout son envie de toujours faire mieux, Oumou Sall, membre du Collectif des élus du Nord, a fait de Goundam une commune au rendez-vous du développement universel en faisant plusieurs réalisations : centre de santé, adduction d’eau, centre multifonctionnel pour les femmes, terrain de basket, transformation de produits locaux, construction d’école, etc.

Elle a aussi eu l’ingénieuse idée de construire un centre d’éducation pour le développement (CED) accueillant les enfants issus de milieux défavorisés. Dans le cadre de la résolution de la crise multidimensionnelle de 2012, elle a joué un grand rôle, d’une part, à travers le mouvement Trait d’union et, d’autre part, en tant qu’experte auprès du Haut-Représentant du Président de la République pour le dialogue inter-malien. À ce titre, elle a pris une part active aux pourparlers d’Alger qui ont abouti à la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation.

En mai 2015, elle a mené, à Ber, dans le Nord, la médiation qui a abouti à la libération de dix otages. L’engagement de cette brave dame, Chevalier de l’Ordre national du Mali depuis décembre 2018, lui a aussi valu des distinctions de reconnaissance dans de nombreux pays. Le 20 novembre 2018, elle a reçu le “XVIe Prix international à la solidarité du Gouvernement de Navarre”, en Espagne. Une distinction remise en présence des hautes autorités dont la Présidente, Mme Berruezo ; le Président de Laboral Kutxa, M. Hernandez. Parmi les lauréates : trois de ses sœurs venues du Sénégal, de Namibie et de l’Ouganda.

Oumou Sall a également été la première lauréate du Prix de la Fondation Mano Dayak pour la paix en Afrique de l’Ouest. Une distinction qui lui a été remise le 14 décembre 2017 lors de la soirée de lancement de cette fondation à Agadez, au Niger. «La paix est un bien précieux. Elle est la garante d’un développement durable et d’un avenir meilleur pour nos enfants, pour le peuple et pour la Nation», avait réagi la lauréate lors du gala.

En décembre 2008, elle a été lauréate du prix international des droits de l’Homme “Pool Lauritzen”. La même année, elle faisait partie des récipiendaires du Trophée d’initiative, décerné à plusieurs femmes battantes, par le Président-directeur général du Groupe Airness, Malamine Koné. En mars 2010, elle a reçu le prix “Women In Excellence” de l’ambassade des Etats-Unis d’Amérique au Mali. Et on est loin d’avoir fini de récompenser le mérite de cette patriote engagée, une humaniste convaincue, éprise de paix et de solidarité entre les peuples !

Moussa Bolly