COMMÉMORATION DE L’ANNIVERSSAIRE DU M5-RFP : L’imam Dicko absent pour échapper aux critiques

A la commémoration du 1er anniversaire du Mouvement du 5 juin, l’imam Dicko, qui avait pourtant accepté la main tendue du mouvement, le lundi 30 mai, a brillé par son absence au rassemblement, le 4 juin à l’esplanade de la place de l’indépendance.

Non sans raisons?

Depuis plusieurs mois, les relations étaient tendues entre les membres du M5-RFP et l’ex-autorité morale du mouvement, Mahmoud Dicko, qui avait effectivement pris ses distances à l’égard du mouvement tombeur d’IBK.

Il était accuse d’être personnellement responsable de la mise à l’écart de certains cadres dans la mise en place des organes de la transition. 

Mais le 31 mai dernier, une délégation conduite par Jeamille Bittar, l’un des porte-parole du mouvement, est venue présenter des excuses au leader religieux devant certains médias de la place.

Une initiative qualifiée de “personnelle” par certains leaders, dont Konimba Sidibé du MODEC qui s’en était totalement désolidarisé

C’est après cette rencontre, que beaucoup de Maliens pensaient que l’imam Mahmoud Dicko allait participer à l’événement, comme annoncé par lui-même.

Mais à la grande surprise de tous, l’imam Dicko, qui avait pourtant lancé l’appel de mobilisation à l’endroit de ses fidèles, a brillé par son absence.

Devant cet état de fait, beaucoup  se sont posé la question sur les raisons de cette absence.

Selon les proches de l’ex-“autorité morale” du mouvement, la présence de l’imam allait suiciter beaucoup plus de débat, voire des critiques vis-à-vis de leur leader religieux.

D’autres sont allés jusqu’à affirmer que cela était trop facile que l’imam accepte de prendre part à cette rencontre.

Avant d’indiquer qu’après la réconciliation initiée par Jeamille Bittar, que des voix discordantes dont celle de Konimba Sidibé se sont désolidarisées de la démarche entamée par le reste du regroupement (M5-RFP).

C’est pourquoi certains proches de l’imam Mahmoud Dicko ont traduit “cette incohérence” comme une décision de réconciliation, qui ne mérite pas la présence de leur leader à ladite cérémonie et ont qualifié cet acte comme un manque de considération vis-à-vis de leur imam.

L  BAGAYOGO