CERCLE DE TOMINIAN :Kits et fonds de démarrage pour les nouveaux entrepreneurs

Le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mahamane Baby, a présidé la cérémonie de lancement pour la remise de kits et de fonds de démarrage à 1080 micro-entreprises, le mardi 4 octobre 2016, dans le cadre du Projet de développement des compétences et emploi des jeunes (Procej).

C’était en présence des autorités coutumières, politiques et administratives de la Commune urbaine de Tominian, mais aussi du directeur général de l’Agence pour la promotion de l’emploi des jeunes (Apej), Amadou Cissé, et du coordonnateur du Procej, Drissa Ballo.
Mme le maire de la Commune urbaine de Tominian, Mme Néma Théra, a souhaité la bienvenue à la délégation ministérielle, avant de se réjouir du lancement, dans sa ville, de cet important projet de développement au profit des jeunes et de toute la population de Tominian et environs.
La même satisfaction se lisait sur le visage du porte-parole des bénéficiaires, GnakariDakouo, qui n’a pas manqué de saluer les efforts de l’Apej à l’endroit des jeunes du Mali en général et ceux de Tominian en particulier.
“Nous prenons l’engagement d’utiliser correctement ces kits et ce fonds”, a-t-elle promis, souhaitant vivement “l’émergence de jeunes entrepreneurs” dans la localité de Tominian et ailleurs dans le pays.
Ce sont des kits qui doivent servir dans le domaine agro-sylvo-pastoral permettant de se constituer des revenus sûrs parce que ce sont des activités importantes, a précisé le ministre Baby qui a exhorté les bénéficiaires à “faire un bon usage de ces kits et à persévérer dans l’effort, gage de toute réussite et moyen sûr de sortir de la pauvreté et de la précarité”.
“Les kits qui vous ont été remis sont le fruit d’immenses sacrifices consentis par vous-mêmes, l’Etat et ses partenaires”, a-t-il justifié.
A cet effet, a précisé le ministre BABY, un accent particulier a été mis sur la prise en compte des besoins spécifiques des jeunes non scolarisés ou faiblement scolarisés, à travers un dispositif original confié à l’Apej par le truchement du Procej avec le soutien financier de la Banque mondiale dont il a salué, au nom des plus hautes autorités de notre pays, l’engagement au Mali.

3 à 15 millions de F CFA pour les plus entreprenants
Selon le ministre Baby, ce dispositif d’accompagnement est dédié exclusivement aux jeunes ayant un faible niveau d’éducation, voire non-scolarisés et il concourt, entre autres, à la sensibilisation sur les questions de l’entreprenariat, à l’encadrement sur l’élaboration de plans d’affaires simplifiés, à la fourniture de fonds de démarrage qui est une dotation en capital, à hauteur de 300 000 F CFA, sous forme de subvention, tout en facilitant l’accès au microcrédit et à l’assistance opérationnelle aux jeunes entrepreneurs et leur encadrement sur 12 mois.
Ce 2e contingent est constitué de 1080 jeunes, sur l’ensemble du territoire, contre 750 pour le contingent formé en 2015, sans compter l’octroi de 7 kits supplémentaires issus des cas de désistement du contingent 2015, a indiqué le ministre Baby, soulignant que les femmes représentent 45 % du nombre des bénéficiaires pour un coût total des kits s’élevant à 324 millions de F CFA.
L’ensemble des efforts fournis en faveur des jeunes, notamment ceux issus des milieux défavorisés ou faiblement scolarisés, est le témoignage de l’engagement du président de la République, S. E. El hadj Ibrahim Boubacar Kéita, à soutenir ce groupe cible, a rappelé le ministre BABY, avant de comptabiliser qu’à ce jour, “ce sont en tout 3000 jeunes qui sont entrés en formation et 1800 de ces jeunes formés ont déposé un plan d’affaires”.
Auparavant, le DG de l’APEJ avait présenté tout le processus qui a abouti à ces résultats, précisant que ces kits et ce fonds représentent 300 000 F CFA non remboursables pour chaque bénéficiaire, y compris les 22 jeunes qui sont retenus à Tominian. Cette enveloppe peut être revue à la hausse, à hauteur de 1,5 million de F CFA, pour ceux qui réussissent cette première phase. Ensuite, ce sera des prêts à hauteur de 3 à 15 millions de F CFA pour les plus entreprenants.
Source : CCOM/MEFP