AQMI:Le deuxième otage français au Niger n’a pas été exécuté

La levée du secret-défense sur l’intervention de l’armée française, décidée fin janvier, pourrait éclaircir les circonstances de l’incendie de la voiture, qui a provoqué la mort de Vincent Delory.

Des trois voitures du convoi de ravisseurs qui a été confronté  par les soldats français sur le territoire malien, deux ont été  calcinées.

La cause de la mort de cet otage, floue jusqu’ici, a pu être déterminée par des expertises médico-techniques et balistiques.

“L’expertise a démontré que son décès n’était pas en relation avec des plaies par armes à feu mais était à mettre sur le compte des effets thermiques dégagés par un foyer d’incendie”, dit le procureur de la République Jean-Claude Marin dans un communiqué.

L’expertise confirme que l’autre otage, Antoine de Léocour, a été tué  d’un tir “à très courte distance, voire à bout touchant”.

CALIBRE .30

Le corps de Vincent Delory portait des traces de balles en cinq endroits mais aucune balle ne l’a atteint directement, affirme le parquet.

Une des balles, de calibre .30, “a possiblement été tirée par une arme française” mais ne l’a atteint qu’après ricochets, écrit le parquet, précisant que la capacité d’Aqmi à disposer de telles munitions n’est pas “connue à l’heure actuelle”.

Cette balle probablement française a atteint l’otage à un moment où  celui-ci était soit décédé, soit proche de la mort, ajoute Jean-Claude Marin.

Devant la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée national, le ministre de la Défense Alain Juppé avait jugé “probable” que Vincent Delory ait été tué par des “balles de kalachnikov, qui ne sont pas des armes de l’armée française”.

Les deux hommes, originaires du Nord, ont été enlevés 24 heures avant leur mort dans un restaurant de Niamey, parce qu’ils étaient les plus proches de l’entrée.

Après une course-poursuite et des affrontements avec les forces de sécurité  nigériennes, le convoi a été localisé par l’armée  française.

Il y a eu au total neuf morts: deux otages, trois membres des forces de l’ordre nigériennes et quatre ravisseurs. Deux ou trois ravisseurs ont pu s’échapper dans le Sahel, avait affirmé le procureur à  la mi-janvier.

Aqmi détient toujours cinq ressortissants français enlevés en septembre dernier sur le site d’extraction d’uranium d’Arlit, dans le nord du Niger, et qui seraient détenus au Mali.

Le groupe a revendiqué en juillet l’exécution du touriste français Michel Germaneau, enlevé trois mois plus tôt au Niger.

L’ Indicateur Renouveau 04/02/2011