7MOIS APRES LA FUITE DES ISLAMISTES L’Unesco lance la restauration du patrimoine culturel détruit à


A l’occasion du lancement de ces activités qui ont commencé par le crépissage de la mosquée de Djiganrey ber, en plus des notabilités locales, on pouvait noter la présence d’une mission nationale du Bureau Unesco de Bamako et l’architecte en chef Alpha Diop, nous a notifié la même source. Selon Sokona Tounkara, chargée de programme Culture Bureau Unesco Bamako, “c’est un signal pour dire que l’Unesco accompagne les communautés de Tombouctou pour réhabiliter, restaurer et protéger leur patrimoine culturel”.

Au nom des communautés de Tombouctou, Addramane Ben El Sayouti Imam de la mosquée de Djiganrey ber a salué l’Unesco pour sa promesse. “L’Unesco est en train d’œuvrer comme ils ont promis de restaurer les monuments, les mausolées qui ont été détruits et cette mission qui est arrivée nous met vraiment en confiance”, a-t- il déclaré.

Les habitants de la ville des 333 saints (Tombouctou) peuvent nourrir l’espoir que la réfection des mausolées, des monuments de Tombouctou puisse lui redonner son statut de ville historique et touristique et les actes des jihadistes ne seraient plus qu’un triste souvenir.

EXAMENS DE FIN D’ETUDES
Le ministre de l’Education confirme la tenue de sessions spéciales pour les régions du nord

Pour la deuxième année de suite,  des sessions spéciales (Baccalauréat, BT, CAP) seront organisées à l’intension des scolaires  du Nord avant l’ouverture des classes, le 15 octobre prochain. Le ministre de l’Education, Moussa Bocar Diarra, a confirmé la tenue de ces sessions extraordinaire lors d’un entretien.

Les scolaires des régions du Nord vont bénéficier d’examens spéciaux pour la seconde fois consécutive.  L’information a été donnée hier par le ministre de l’Education, Moussa Bocar Diarra, lors d’un entretien avec votre serviteur. Il a précisé la tenue de ces examens spéciaux avant le 15 octobre prochain c’est-à-dire avant l’ouverture prochaine des classes.

S’agissant de l’organisation de ces sessions, le ministre a fait savoir qu’il va falloir tout refaire puisque  les groupes jihadistes et le MNLA avaient tout saccagé sur leurs passages. A Gao, les tables de bancs ont servis de bois-de-chauffe pour les jihadistes.

«  L’Administration est aussi à refaire », a ajouté le ministre, pour faciliter la tenue de ces sessions spéciales qui vont concerner le niveau du baccalauréat, du brevet de technicien (BT) et du certificat d’aptitude professionnelle (Cap). Il a évoqué également la mise à niveau des enseignants lancée à Sikasso depuis quelques mois. « Un renforcement des capacités qui va concerner l’ensemble du territoire », a assuré le ministre Bocar Moussa Diarra.

« Il faut noter que les examens spéciaux de l’année dernière n’ont pas tenu toutes les promesses, ils ont été surtout très médiocres, souhaitons que cette année soit  bonne », a-t-il conclu.

Ousmane Daou

L’indicateur Renouveau 2013-08-20 09:35:41