1er congrès ordinaire de l’um-rda Zoumana Sacko en profite pour dénoncer un “brigandage”

Pour ce 1er congrès Ordinaire de l’UM-RDA, la mobilisation et l’engagement était au rendez- vous. En effet, les militants et sympathisants des différentes sections de l’intérieur et de l’extérieur ont massivement effectué le déplacement. Une mobilisation saluée à sa juste valeur par le Pr. Baba Akim Haïdara, président de conseil des sages du parti, qui, dans son adresse de bienvenue, s’est réjoui en même temps de l’engagement des militants du part.

Pour lui, un an après les assises de la réunification, les objectifs de l’UM-RDA sont clairs : la construction d’un parti de conviction, de travail, sérieux et efficace sur la scène politique.  Le président Oumar Bocar Diarra, dans son discours d’ouverture, a rendu un hommage aux pères-fondateurs du parti Modibo Keita, Mamadou Konaté, Fily Dabo Sissoko etc. avant d’adresser une mention spéciale aux sections RDA de la Guinée, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, du Niger, entre autres.

Selon son premier responsable, le Parti de l’Indépendance se porte à merveille et son implantation se poursuit sur toute l’étendue du territoire nationale, exception faite des villes de Youwarou et Tenenkou dans la région de Mopti. “2012 sera une année de défi pour le Mali avec l’organisation des élections générales  présidentielles et législatives qui requiert un fichier fiable consensuel afin d’éviter des conflits post électorales qui n’arrangent personne, a laissé entendre le président de l’UM-RDA, en appelant la classe politique à s’organiser pour mériter la confiance des militants.

Et d’ajouter que l’accent portera sur la formation de la jeunesse, gage de réussite, selon M. Diarra. Les représentants de partis amis invités ont tour à tour ont exprimé leur reconnaissance à l’UM-RDA comme étant une véritable école de démocratie au Mali. L’ancien PM de la transition, Zoumana Sako du CNAS, a été pour la circonstance fortement ovationné après une brillante intervention sur “la gestion des affaires publiques par des brigands”. Et le président de CNAS d’en profiter pour les vouer aux poubelles de l’histoire, selon ses propres termes.

A noter que les travaux, qui ont pris fait hier, ont été sanctionnés par de nombreuses recommandations ainsi que par la mise en place d’un nouveau Bureau Politique National.

A.Touré

Aurore 11/07/2011