Sommet international de l’Onu sur le sahel Le destin du Mali discuté aujourd’hui à New York

« Cette journée est une chance unique », reconnaît un diplomate ouest-africain. « C’est là que la communauté internationale va s’engager à soutenir efficacement le Mali pour chasser les groupes islamistes du Nord »,  a expliqué hier mercredi François Hollande, qui a prononcé hier mardi son premier discours aux Nations unies. Il a précisé qu’un « tournant important » dans le dossier malien pourrait être pris lors de la conférence internationale sur le Sahel qui doit se dérouler aujourd’hui à New-York, en marge de l’Assemblée générale de l’organisation  et sous la présidence du  Coréen Ban Ki-moon, patron de l’ONU. Il y sera bien entendu question des modalités du déploiement d’un contingent africain dans le Nord du Mali, soumis à l’arbitraire féroce de milices islamistes armées. Initiative en faveur de laquelle François Hollande a plaidé hier à la tribune du “Machin”.

Après des semaines d’atermoiements et de palinodies, reflets des dissensions au sommet de l’exécutif légal de Bamako, le président intérimaire Dioncounda Traoré et son Premier ministre Cheikh Modibo Diarra ont officiellement sollicité, dans une lettre adressée à “M. Ban”, l’adoption d’une résolution du conseil de sécurité autorisant l’intervention “immédiate” d’une ” force militaire internationale” appelée à “aider l’armée malienne à reconquérir les régions du Nord occupées”. Cette requête lève une hypothèque, mais ne dissipe pas -loin s’en faut- les nuages que le péril djihadistes fait flotter sur l’aire sahélienne. En cinq questions-clés, zoom sur une opération virtuelle.

Une grande urgence

Parce qu’il y a urgence. Et que l’on n’a que trop tardé. Il faut agir avant que l’emprise sur les deux-tiers au nord du Mali d’Al-Qaeda au Maghreb islamique (Aqmi) et de ses satellites -le Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest, ou Mujao, et Ansar Eddin- devienne irréversible. Au-delà du sort des civils asservis d’Aguelhok, Kidal, Gao ou Tombouctou, le fait accompli est intolérable pour toute la sphère sahélo-saharienne. Choisir l’inertie revient à avaliser l’émergence d’un ” Sahelistan “, foyer terroriste puissamment armé et pourvu, via les rançons et les trafics, d’un substantiel trésor de guerre, capable de rayonner dans toute la sous-région. Ce funeste sanctuaire risque de se muer en épicentre d’un pôle africain de l’internationale du djihad, tout à la fois centre de formation et bureau de liaison avec d’autres mouvances telles que Boko Haram, active au Nigeria, ou les shababs somaliens.

Mais aussi parce l’issue négociée, longtemps privilégiée tant à Bamako que par le président burkinabé Blaise Compaoré, émissaire de la Communauté économique des Etats d’Afrique de l’ouest (Cédéao), était d’emblée vouée à l’échec. Face aux boutefeux de la charia, animés par un dessein de nature totalitaire, elle s’apparentait à une chimère. Dès lors, ne reste que l’option militaire, qu’elle ait vocation à bouter manu militari l’ennemi hors du Mali ou, a minima, à instaurer un rapport de force qui le contraindra à transiger.

Abdoulaye Diakité

L’ Indicateur Du Renouveau 26/09/2012