SECTEUR DU COTON AU MALI Bientôt une grande réforme pour une nouvelle politique de dynamisation de la filière

28

La désormais traditionnelle rencontre hebdomadaire du Porte-parole du Gouvernement, pour faire le point sur les grandes décisions du Conseil des ministres recevait, le mercredi 17 mai 2017, le Dr. Nango Dembélé, ministre de l’Agriculture. C’était pour parler de la communication écrite relative aux propositions d’orientations stratégiques pour une nouvelle politique de dynamisation de la filière coton au Mali.

Dans son intervention, le ministre Dembélé a fait savoir que le secteur coton demeure un pilier important de l’économie malienne et contribue au produit intérieur brut à hauteur de 15%. En dépit de cette contribution, le secteur connaît des difficultés malgré les efforts importants consentis par l’Etat pour relever la compétitivité de la filière cotonnière, notamment la subvention des intrants agricoles et l’accompagnement des partenaires au développement. Profitant donc de l’embellie que le secteur coton connaît en Afrique en général et au Mali en particulier, le Gouvernement a pris l’initiative de procéder à la définition d’une nouvelle politique de dynamisation du secteur coton.

Le ministre de l’Agriculture laissera entendre que l’atelier de réflexion, organisé dans ce cadre, propose un nouveau schéma de privatisation de la filière coton axé, notamment sur la restructuration de la Compagnie malienne pour le Développement des Textiles (CMDT), l’unification des salles régionales de classement du coton, la reconfiguration du capital de la CMDT et la promotion de la production du coton dans d’autres zones favorables. Il propose également des mesures pour le développement d’un système industriel performant de transformation du coton à travers, entre autres, le renforcement de l’outil industriel de la CMDT et la promotion de la consommation locale des produits issus des industries textiles et des huileries. La nouvelle politique de dynamisation de la filière coton au Mali prévoit enfin la consolidation des acquis de l’interprofession du coton et de la confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton.

Il importe de retenir que les orientations stratégiques proposées s’inscrivent en droite ligne de la loi d’orientation Agricole, de la loi portant sur le foncier Agricole et de la politique de développement Agricole.

Dieudonné Tembely
tembely@journalinfosept.com