PR MACKI SAMAKE, VICE RECTEUR DE L’ULSHB / «Les incertitudes sont écartées avec la libération de nos

Le Républicain : L’année universitaire 2012-2013 vient de commencer au sein de votre université. Quelles sont les dispositions prises pour qu’elle déroule dans de  bonnes conditions?

La gestion d’une université s’effectue avec plusieurs volets : la scolarité, la communication, les ressources humaines, les questions juridiques, les finances… Suite à la proclamation des résultats des évaluations, les décisions de passage, de redoublement, d’exclusion, sont traitées. C’est sur la base de ces données compilées avec celles des nouveaux bacheliers inscrits que les programmations d’activités pédagogiques sont faites. Comprenez par “programmation d’activités pédagogiques” l’organisation des salles de cours, des amphis, les emplois du temps, l’évaluation des heures supplémentaires, en cas d’insuffisance d’enseignants, etc.  Tout ce travail est abattu sans relâche par une équipe engagée dans les facultés, à l’institut et au Rectorat. Elle est animée par une volonté de servir les étudiants, de leur offrir un cadre propice pour les études.

 

Quelles sont les difficultés que votre Université a rencontrées en 2012, et que compte-t-elle faire pour les résoudre en 2013?

Les difficultés rencontrées pendant l’année académique 2011-2012 étaient beaucoup plus liées au contexte sociopolitique général du pays. L’assurance des plus hautes autorités nous a permis d’éviter la panique et de continuer avec les activités pédagogiques et celles de recherche à l’ULSHB. Cette nouvelle année universitaire s’annonce particulièrement agréable. Les incertitudes sont écartées avec la libération de nos régions du nord. Le corps enseignant affiche une totale disponibilité à animer les cours et mener les travaux de recherche. Quant aux étudiants, ils ont l’esprit tranquille et veulent étudier. On ne peut pas s’attendre à de meilleures conditions pour que notre université contribue au développement du pays.

 

Une Université doit être avant-gardiste en matière d’innovation et de gouvernance. Qu’en est-il à l’ULSHB?

L’ULSHB a hérité de quelques difficultés structurelles de la défunte Université de Bamako : effectifs élevés d’étudiants, manque d’infrastructures et d’équipement, difficulté de mise en œuvre du LMD, insuffisance d’enseignants. En plus des actions de grande envergure engagées par notre département de tutelle, nous envisageons de mettre en place deux nouvelles structures d’appui: la Fondation ULSHB et le Centre de Prestation de Services. L’objectif est de diversifier les sources de financement, donner plus de moyens d’émancipation aux enseignants et aux étudiants dans un contexte de gouvernance universitaire moderne et transparent.

 

Depuis la reprise, on constate qu’il n’y a pas eu degrève d’enseignants et d’étudiants. Quel commentaire avez-vous à faire sur cette situation d’apaisement?

Nous saluons cet esprit de clairvoyance de nos collègues enseignants. La politique du dialogue et de la bonne gouvernance qui sous-tend le travail de notre département de tutelle mérite d’être salué. Signalons de passage l’accompagnement professionnel du Centre National des Œuvres Universitaires (CENOU) dans la mise à disposition des bourses, des trousseaux, des dortoirs ainsi que des moyens de transport aux étudiants.

 

Pensez-vous que l’année pourra-t-elle être validée avec le retard accusé?

Nous sommes convaincus que l’année universitaire 2012-2013 ne sera pas seulement validée à l’ULSHB. Elle constituera surtout la relance pour plus de dynamisme de la communauté universitaire dans le développement socio-économique d’un Mali de paix, de sécurité et de réduction de la pauvreté.

 

Propos recueillis par Hadama B. Fofana le republicain 2013-03-07 00:43:23