Me DEMBA TRAORE, EXPRIME SON INTENTION DE CANDIDATURE À SIKASSO

“Je suis prêt pour porter haut le flambeau de notre parti et celui de nos alliés”

Après les étapes de la ville de Kayes et de Ségou,

pour présenter sa candidature aux sections régionales de l’Union pour la République et la démocratie (URD), Me Demba Traoré,

accompagnée  d’une forte délégation, s’est rendu, du 13 au 14 novembre 2021, dans la ville de Sikasso, où il  s’est dit prêt à relever les défis…

C’est au cours de cette rencontre avec toutes les sous-sections du parti de la cité verte, que le Secrétaire à la communication du BEN de l’URD,

Me Demba Traoré, a déclaré ceci : “Prêt, je le suis pour porter haut le flambeau de notre parti et celui de nos alliés “.

A peine arrivé dans la ville de Sikasso, comme exigent les traditions, la délégation, constituée des membres et représentants des sous-sections de Bougouni, de Ségou, de Koutiala, de Kayes, s’est rendue dans la famille royale de Sikasso, les «Traoré »  de la ville de Kénédougou  pour les salutations d’usage.

Dans le vestibule, Me Demba a reçu les bénédictions et les conseils des descendants de Tièba et Bemba Traoré, en présence de plusieurs notabilités de ladite famille.

Après cette étape, la forte délégation peut maintenant se diriger vers le siège du parti Vert et blanc de la section régionale de Sikasso où s’est déroulée la rencontre de la présentation de la candidature de Me Demba Traoré. 

Etaient présents en cette cérémonie,  l’un des vice-présidents du bureau national de l’URD, Madani Traoré, le président des mouvements des jeunes, Moussa Dissa, la présidente du mouvement des femmes, Nassoun Traoré et plusieurs militants et amis de ladite Section.  

A l’entrée du siège à Wayerna II, on pouvait lire sur les pancartes, « Kénédougou soutient la Candidature de Me Demba Traoré », « Candidature de l’URD à la prochaine élection présidentielle, Me Demba Traoré, patience-maturité-union »

 Et c’est avec ces notes d’espoir que l’un des 9 prétendants potentiels pour porter les couleurs du parti de feu Soumaila à la prochaine élection présidentielle, en la personne Me Demba Traoré, prendra la parole devant ses inconditionnels soutiens et sympathisants.

D’emblée, Me Demba Traoré va assurer toute la section régionale en ces termes : « Soyez assurés de ma détermination, de mon engagement et de ma disponibilité à faire aboutir notre idéal commun, qui reste et demeure la poursuite du combat et de l’œuvre de notre cher et défunt Président, Feu Soumaïla Cissé »

Selon lui, c’est une obligation pour l’ensemble des membres de l’URD, d’honorer la mémoire de ce  Grand Homme auquel il ne fut donné autre alternative à la piété, au courage, à la justice sociale, au dialogue, à la rigueur et à la vertu d’humanité, un homme qui a dédié toute sa vie au Mali. A l’âge de la maturité de notre parti, et dans la douleur de la perte, ajoute l’avocat, « le devoir nous incombe d’honorer la mémoire de l’illustre disparu, en inscrivant notre candidature dans l’esprit d’une  œuvre collective, pour relever le Mali ». 

A l’en croire, si l’URD n’a pas encore gouverné en tant que parti majoritaire, notre cheminement à nul autre pareil fait de nous, incontestablement, les mieux préparés à relever le Mali et redonner espoir aux Maliens. Et de poursuivre que  ce but supplante toute autre considération. 

Appel à l’union sacrée  au sein du parti

Pour lui, ce but exige un profond sens de l’Etat et un patriotisme, qui ne souffrent d’aucune ruse, d’aucune cupidité, d’aucune considération individuelle.

Aux dires de cet ancien ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’intégration africaine, leur  capacité à absorber les chocs et autres crises de croissance est le meilleur indicateur de solidité de leur parti et de fiabilité des hommes et des femmes qui l’animent. 

Ces acquis ne doivent aucunement occulter les signaux faibles de tension, précise Me Traoré,  voire de dérives comportementales perceptibles  en ces temps-ci. 

Avant d’estimer que ces comportements sont susceptibles de fragiliser le socle de leur cohésion interne.

« Notre savoir-faire, moteur de notre efficacité, a toujours bénéficié de nos postures individuelles et de notre savoir-être ensemble. Ces acquis sont précieux », a-t-il ajouté. 

Avant d’appeler à prendre soin du bien commun.

« Il est de notre devoir d’en prendre soin et de ne faire aucune place à l’esprit de division au sein de notre famille. Éloignons-nous des préjugés et cessons les invectives.

Nous devons rester unis, quoi qu’il advienne. La quête de cette unité est au cœur de ma démarche.

Je ne perds pas de vue le fait que notre comportement a valeur d’exemple ».

Il a indiqué que plus que jamais, l’union est un enjeu crucial pour le Mali et que l’URD se doit de réussir la sienne pour être l’artisan de celle de tout le peuple malien, en quête d’une démocratie apaisée.

Parlant de la transition en cours, Le fidèle compagnon de feu Soumaïla Cissé dira qu’en plus de la crise post électorale de 2018 et de 2020, et à la volonté de changement largement exprimée par le Peuple malien, l’URD est animé toujours par l’esprit constructif et, malgré nos difficultés internes, «nous contribuons activement à la réussite de cette transition ». 

« Je sens le moment venu pour moi… »

A propos de sa détermination pour le parti, l’orateur souligne d’abord que pour l’URD et pour le Mali, il sent le moment venu pour lui d’engager et de gagner la bataille politique suprême, celle de l’élection présidentielle.

  « Ma candidature, forte d’une légitimité d’appartenance sans ambiguïté, ne souffrira point de défaut de cohérence.

Elle participera à la clarté de notre discours politique. 

Pour que l’union soit au service exclusif de la République et de la démocratie, je m’engage devant dieu, devant vous, devant les militants et devant nos alliés futurs, à incarner la vision d’un grand parti, le vôtre, le mien, l’URD et à définir de façon participative, notre programme politique en réponse au diagnostic posé sur l’état du Mali » a-t-il clarifié.

Il a rappelé ses interlocuteurs qu’il a eu  la chance et l’opportunité d’exercer de hautes fonctions au sein des trois pouvoirs, piliers de notre démocratie, comme pour dire que son parcours d’homme politique, d’ancien ministre et d’ancien député d’avocat et d’acteur actif de la vie associative l’a préparé à une telle rencontre avec le peuple malien

Avant de déclarer qu’il est prêt pour porter haut le flambeau du parti de la poigné de mains et celui des alliés politiques afin de redonner confiance et espoir aux Maliens.

Il n’a oublié de demander aux membres de la section de Sikasso de respecter l’actuel président du parti, Pr Salikou Sanogo (originaire de la région) car, estime-t-il, « Pr Sanogo mérite respect et considération au sein du parti vert et blanc ». 

Après son passage, les représentants des sous-sections se sont succédés, qui pour la plupart, ont réclamé la candidature de Me Demba Traoré. Selon ces intervenants, au sein du parti la seule candidature naturelle, c’est-à-dire qui connait bien le parti, est bel et bien Me Demba Traoré.

Par ailleurs, ils n’ont pas manqué d’inviter les autres candidats, y compris Me Demba Traoré, de s’entendre pour le bien-être du parti en vue d’honorer la mémoire de feu Soumaila Cissé.

Rappelons que sur le chemin de retour, la délégation a saisi l’occasion pour des escales dans les localités comme N’Kroula, Niena, Koumantou, Bougouni, Sido et Banansolé.

Au cours de ces différents passages, Me Demba Traoré a profité non seulement pour parler de sa candidature à la prochaine élection présidentielle aux populations, mais leur a expliqué comment le parti se porte.

En retour, ses interlocuteurs ont demandé aux responsables du parti URD de tout faire pour enterrer la hache de la guerre, qui n’arrange aucun d’eux. A les entendre parler, feu Soumaila Cissé n’a jamais fait et connu cette division que le parti vert et blanc est en train de subir, juste après sa disparition    

Lamine BAGAYOGO, envoyé spécial à Koutiala