Mali: le chef des putschistes signe un accord pour rétablir l’ordre constitutionnel

Flanqué de plusieurs ministres des pays de la CEDEAO (Communauté économique des Etats d’Afrique de l’Ouest), le capitaine Amadou Haya Sanogo est sorti vendredi soir de son bureau, dans la base militaire d’où était partie la mutinerie le mois dernier, et a lu le texte de l’accord qu’il venait de signer.

L’accord rappelle que l’article 36 de la Constitution prévoit que le président de l’Assemblée nationale assure l’intérim en cas de vacance du pouvoir et forme un gouvernement d’intérim, chargé d’organiser de nouvelles élections.

“Dans l’éventualité d’une vacance de la présidence de la République pour quelque raison que ce soit, ou en cas d’un empêchement absolu et définitif”, a lu Amadou Haya Sanogo, “les fonctions du président de la République seront exercées par le président de l’Assemblée nationale”. L’accord ne précise pas toutefois quel rôle jouera dans l’avenir la junte. Il ne fixe pas la date à partir de laquelle le président de l’Assemblée nationale assumera l’intérim, ni la durée de la transition avant la tenue des élections.

Dioncounda Traoré, le président de l’assemblée nationale, a fui le Mali après le coup d’Etat. Mais selon un haut responsable impliqué dans les négociations de l’accord il pourrait rentrer dès samedi.

L’article 36 de la Constitution stipule que les nouvelles élections doivent se tenir dans les 40 jours. Mais l’accord signé vendredi précise que ce délai sera vraisemblablement prolongé, en raison de l’insurrection dans le nord du pays.

“En raison des circonstances exceptionnelles que traverse le pays, à cause de la crise institutionnelle et de la rébellion armée dans le nord qui ont sérieusement affecté le fonctionnement des institutions de la République et à cause de l’impossibilité d’organiser des élections en 40 jours comme le stipule la Constitution”, a poursuivi Amadou Sanogo, “il est indispensable d’organiser une transition politique avec l’objectif d’organisation des élections libres, démocratiques et transparentes”.

Le 21 mars, à la tête d’un groupe de soldats mutins, Amadou Sanogo avait pris d’assaut le palais présidentiel, renversant le président Amadou Toumani Touré, qui s’était enfui.

L’accord conclu vendredi soir a été salué par le ministre des Affaires étrangères du Burkina Faso, qui se trouvait aux côtés du capitaine Sanogo. Il a expliqué ensuite que les pays voisins du Mali avaient accepté de lever les sévères sanctions imposées en début de semaine par la CEDEAO, y compris la fermeture des frontières du pays. Le Mali enclavé importe tout son carburant et déjà de nombreux quartiers de Bamako sont privés d’électricité la moitié de la journée.

Un diplomate occidental en poste à Bamako restait prudent, dans l’attente de la mise en oeuvre de l’accord. “Il faut attendre de voir”, a expliqué cette source qui a requis l’anonymat. “J’espère certainement que c’est vrai et que le pays va retrouver un gouvernement civil pour que le Mali puisse se remettre sur pied”.

L’annonce de l’accord a eu lieu quelques heures après la proclamation par les rebelles touaregs, qui se sont emparés de tout le nord du pays à la faveur de la confusion créée par le coup d’Etat, de l’indépendance de leur nation Azaouad. Les rebelles du Mouvement national de libération de l’Azaouad (MNLA), qui revendique l’autonomie de la région de l’Azaouad, foyer traditionnel des nomades touaregs, avaient lancé le 17 janvier un nouveau soulèvement dans le nord du pays. AP

sb/v039

(AP / 07.04.2012 11h28)