DESIGNATION DE BAH N’DAW A LA PRESIDENCE DE LA TRANSITION Le satisfecit de Bouba, secrétaire général de la section Asma-CFP de Kati

Boubacar Traoré dit Bouba salue le choix porté sur Bah N’Daw pour diriger la transition. Le secrétaire général de la section ASMA CFP de Kati, non moins 1er adjoint au maire de la commune urbaine de Kati, pense que l’ensemble du peuple malien doit l’accompagner pour la réussite de cette exaltante mission. Car pour lui, Bah N’Daw peut donner l’impulsion, mais le vrai changement ne viendra que par les Maliens.

En effet, quelques jours après l’investiture du Président de la transition, les acteurs politiques s’expriment sur le choix de cet homme de 70 ans pour conduire le Mali vers une sortie définitive de crise politique qu’il traverse depuis plusieurs mois. L’intégrité de l’ancien aide de camp du Général Moussa Traoré est saluée par le secrétaire général de l’ASMA CFP du cercle de Kati, Boubacar Traoré dit Bouba. Pour lui, M. N’Daw est connu de par sa rigueur, son intégrité, son patriotisme et le travail bien fait. Le parcours du désormais homme fort du Mali le prouve suffisamment.

Un autre aspect qui rassure le patron des héritiers de Soumeylou Boubèye Maïga est le contenu très riche du 1er discours du Président de la transition lors de son investiture au CICB. Une prise de parole marquée par de grandes annonces comme la disponibilité à servir le Mali jusqu’au sacrifice suprême et la volonté d’appliquer les conclusions des concertations nationales du 10 au 12 septembre dernier. Le Mali étant un pays très corrompu, Bah N’Daw a promu zéro tolérance contre le fléau. Aussi, il a promu que justice sera faite dans tous les dossiers pendants au niveau de la justice et que tous les gros dossiers de corruption seront transmis à la justice. Des annonces qui rassurent Boubacar Traoré dit Bouba quand à la réussite de sa mission haut bien délicate.

Selon notre interlocuteur du jour, Bah N’Daw peut donner l’impulsion, mais le vrai changement ne viendra que par le peuple. C’est pourquoi, il invite l’ensemble des acteurs politiques et de la société civile à se passer des intérêts personnels au profit du bonheur du Mali. Car à ces dires, personne ne viendra faire le Mali à notre place.

André Traoré